Le tour du Queyras en 7 jours (GR58)

  • Grande Randonnée
  • par Pierre Ferrolliet
  • 20 septembre 2022 5 avril 2024

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Nous avons réalisé le tour du Queyras en 7 jours (GR58), une incroyable aventure dans les Hautes-Alpes ! On vous explique tout dans cet article : itinéraire, étapes et retour d’expérience.

Préparer et organiser son tour du Queyras en 7 jours (GR58)

Le Tour du Queyras est une randonnée de moyenne-haute montagne exceptionnelle sur plus de 110km. Les paysages extrêmement diversifiés invitent à l’introspection : forêts de mélèzes, alpages verdoyants, vallée la plus élevée des Hautes-Alpes et mythiques sommets. L’eau y coule en abondance et vous ne serez jamais loin d’une rivière ou d’un lac de haute montagne !

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Le topoguide du Tour du Queyras (GR58)

Nous vous recommandons de toujours acheter le TopoGuide avant de vous lancer dans une randonnée :

Infos pratiques

De notre côté, nous avons réalisé le tour du Queyras en 7 jours, ce qui est assez sportif pour être honnête mais tout à fait faisable en étant en bonne condition physique.

  • Durée : 7 jours
  • Quand ? Du 20 au 27 Août
  • Où ? Parc naturel régional du Queyras
  • Distance : 110 km
  • Dénivelé positif : 10 000m
  • Difficulté : Le tour du Queyras est réputé pour être un GR de difficulté modéré. En effet, il n’est pas très technique et les chemins sont plutôt roulants, même si les dénivelés importants en font une randonnée exigeante. Faire le tour du Queyras en 7 jours comme nous est une belle expérience sportive sans être trop exigeante non plus, un bon compromis je trouve.
  • Budget : tout dépend de si vous faites du bivouac ou dormez en refuge (50€ la nuit en demi-pension), et de si vous mangez uniquement dans les refuges où si vous avez un réchaud et des lyophilisés. De notre côté, nous n’avons quasiment fait que du bivouac !
  • Dans quel sens faire le tour du Queyras ? Le GR58s se fait historiquement dans le sens anti-horaire ( comme le TMB d’ailleurs ), avec comme point de départ le village de Ceillac . C’est le sens que nous avons suivi mais il est bien sur possible de le faire dans l’autre sens.
  • Hébergements sur le GR58 : Le bivouac est autorisé sur le Tour du Queyras sauf autour du mont Viso. Il y a également de nombreux gîtes, camping et refuges sur le GR 58.

Notre guide complet sur le Tour du Queyras

Itinéraire et étapes de notre tour du Queyras en 7 jours (GR58)

Nous avons découpé notre tour du Queyras en 7 jours de randonnée, en essayant de choisir des spots de bivouac sympas tous les soirs. Certains jours sont plus difficiles que d’autres, même si l’ensemble est assez équilibré !

  • Jour 1 : De Ceillac à la Chapelle de Clausis
  • Jour 2 : De Chapelle de Clausis au lac Egorgéou
  • Jour 3 : Du lac Egorgéou à Abriès
  • Jour 4 : De Abriès au col de Péas
  • Jour 5 : Du col de Péas au Plan du Vallon
  • Jour 6 : De plan du Vallon à Bramousse
  • Jour 7 : De Bramousse à Ceillac

Notre matériel sur le GR58

  • Sac Deuter Futur Pro 40L
  • T-shirt mérinos Forclaz
  • Caleçon mérinos Forclaz
  • Chaussures Lowa Renegade
  • Veste GoreTex Rab Latok
  • Doudoune Patagonia Nanopuff
  • Sous-couche Forclaz MT500
  • Buff Forclaz MT500
  • Collant Forclaz MT500
  • Réchaud Jetboil Stash
  • Pierre à feu Forclaz MT500
  • Pantalon Millet All Outdoor
  • Short Quechua MH500
  • Chaussettes Icebeaker
  • Poche à eau 2L Forclaz
  • Filtre Katadyn Befree
  • Duvet 0° Forclaz MT900
  • Drap soie Forclaz MT500
  • Matelas Thermarest Neoair Xlite
  • Tente MSR Hubba Hubba
  • Frontale Petzl Swift RL
  • Casquette Ciele
  • Bâtons marche Forclaz MT500
  • Coussin Forclaz MT500

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 1 – De Ceillac à la Chapelle de Clausis

Nuit au camping municipal de ceillac.

On vous recommande d’arriver la veille au soir et dormir directement sur Ceillac pour démarrer votre randonnée tôt le lendemain matin. Ceillac est un joli village avec une boulangerie, un office de tourisme, quelques restaurants et un camping municipal très bon marché. La nuit au camping municipal de Ceillac nous a couté 11,20€ pour 2 personnes avec une voiture (il faut ajouter 1€ pour une douche). La vue est très chouette et les emplacements de tente sont libres. De nombreux autres randonneurs font comme nous pour démarrer le tour du Queyras frais et dispo le lendemain matin !

Nous nous réveillons tôt, avec l’excitation du départ de cette grande randonnée ! Tous les autres randonneurs sont aussi sur les starting-blocks, en train de déjeuner ou de ranger leurs affaires dans leur sac à dos. Nous plions tout assez rapidement, garons la voiture sur le parking longue durée dédiée au tour du Queyras et filons à la boulangerie du village pour petit déjeuner.

Parking longue durée gratuit à Ceillac

Il est possible de se garer sur le parking longue durée gratuit un peu avant le camping municipal dans le village de Ceillac. Nous y avons laissé la voiture pendant toute la durée de notre tour du Queyras en 7 jours (GR58).

Montée au col des Estronques (2651m)

Une fois le ventre plein, c’est parti pour ce Tour du Queyras en 7 jours ! Une longue montée dès le démarrage jusqu’au col des Estronques (2651m d’altitude tout de même !) nous attend. Le décor est posé : démarrage en sous bois au départ avant de rapidement dépasser la lisière de la forêt en prenant de l’altitude. Nous arrivons dans les alpages, les points de vue s’ouvrent. Le chemin est bien entretenu, roulant et très très bien balisé.

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

La deuxième partie de la montée est coriace, avec des pourcentages qui augmentent (des pentes à 20-35%, 700m de D+ sur 3,5km). Nous sommes agréablement surpris par le décor déjà grandiose et cette plongée dans la nature sauvage dès le premier jour de randonnée. Le col des Estronques est le point de passage entre la vallée de Ceillac et la vallée de l’Aigue Blanche, culminant à 2 651 m d’altitude.

Saint-Véran : plus haut village d’Europe

Une fois le col passé, nous continuons sur le GR58 par une descente assez caillouteuse avec une jolie vue sur le petit village de Saint-Véran en contrebas de la vallée. Nous continuons à descendre jusqu’aux alpages du fond de vallée. Il y a une fontaine d’eau potable et une table de pique-nique pour ceux qui veulent faire une pause ou remplir leurs gourdes. Une dernière difficulté nous attend avec une montée très raide pour Saint-Véran (100m de D+ sur 400m de distance).

Une fois arrivés, à Saint-véran, profitez-en pour faire des courses : épicerie (ouverte le dimanche), restaurants, bureau de tabac et office de tourisme (tous 2 fermés entre midi et deux). Ce village est un endroit parfait pour s’arrêter manger et couper la journée en deux. Saint-Véran possède de nombreux commerces d’artisanat local, si vous voulez acheter un souvenir alors c’est le lieu idéal ! Nous y faisons une pause repas. Il y a également plusieurs fontaines dans Saint-Véran pour remplir les gourdes avant de repartir pour la seconde partie de la journée. Un incontournable sur notre Tour du Queyras en 7 jours.

Le saviez-vous ? Le petit village de montagne de Saint-Véran est le plus haut village d’Europe ! Il culmine à 2 042 mètres d’altitude et a été classé parmi les plus beaux villages de France.

Bivouac à la chapelle de Clausis sur le Tour du Queyras

Nous repartons bien repus de Saint-Véran avec une descente très roulante dans la vallée (attention à ne pas se tromper de chemin au niveau du panneau parc Queyras après Village, le chemin descend à droite). Passez la petite rivière et la longer en remontant doucement avant de repartir pour les derniers kilomètres assez faciles de la journée (400m de D+ sur 5km). Il y a de nombreux spots de bivouac tout le long de la rivière une fois la forêt passée, jusqu’à la chapelle de Clausis où il est possible de bivouaquer également.

Ne pas hésiter à tremper ses pieds dans l’eau glacée de la rivière. Nous dénichons un bivouac génial en contrebas de la chapelle, très plat, proche de la rivière et offrant une vue imprenable. Nous en profitons pour laver nos vêtements, tremper un moment nos pieds fatigués dans l’eau très fraiche de la rivière et nous reposer. De très nombreuses marmottes habitent les lieux, ouvrez l’oeil et n’hésitez pas à vous balader au coucher de soleil pour les observer ! Pour finir cette belle journée de randonnée, un petit plat lyophilisé et au dodo.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 2 – De Chapelle de Clausis au lac Egorgéou

Montée au col de chamoussière (2 884 m).

Nous nous levons très tôt pour démarrer le journée avec la fraicheur du matin. On démarre par une montée raide en direction de la chapelle de Clausis (le GR n’y passe pas directement, nous la verrons seulement de loin). Pour accomplir notre tour du Queyras en 7 jours, il va falloir avoir un sacré rythme vu le dénivelé tous les jours !

La chapelle de Clausis (2 400 m d’altitude) a été construite en 1846 et rénovée en 1988, n’hésitez pas à y faire un détour si vous avez le temps. Le point de vue y est très chouette.

On croise quelques tentes sur des spots de bivouacs magnifiques le long du GR. Il y a une fontaine un peu après la chapelle au niveau de l’embranchement après un petit pont en bois. On en profite pour remplir nos gourdes avant la longue montée qui nous attend.

Ensuite, nous suivons une longue montée en lacets dans les alpages pour atteindre le très joli col de Chamoussière (c’est le plus haut passage du GR58). On aperçoit au loin un énorme cheptel de moutons lors de la montée. Nous avalons tout de même 600m de D+ sur 4km !

Le pic de Caramantran (3021m)

Au niveau du col de Chamoussière, il est possible de faire un aller-retour au pic de Caramantran (3021m), situé à la frontière italienne. C’est le sommet de plus de 3000m le plus facile d’accès sur leGR58. En effet, il ne reste « que » 141 m de D+ pour atteindre le col et il est possible de laisser son sac à dos en bas juste pour faire l’aller-retour plus rapidement. De nombreux randonneurs choisissent cette option mais de notre côté nous préférons continuer notre route car nous en sommes au début de notre Tour du Queyras en 7 jours et on préfère garder notre énergie.

Descente vers le refuge Agnel

Nous attaquons ensuite une descente assez raide avec de la caillasse qui casse bien les jambes après le col précédent. Le décor est lunaire et la vue vertigineuse. Nous atteignons rapidement le refuge Agnel, en environ 1h de descente. Le refuge Agnel est un très beau refuge situé à 2 580 m d’altitude. Nous y mangeons un bon repas chaud en profitant de la jolie vue (attention, ils ne prennent pas la CB). En plus, le personnel est sympa et on y rencontre d’autres randonneurs avec qui nous partageons une table. C’est donc un endroit parfait pour bonne une pause de midi à mi-parcours du 2e jour.

Lac Foréant

Après ce bon moment, nous repartons pour une belle montée de 250m de D+ de la journée jusqu’au Col Vieux. Le Col Vieux est un superbe col situé à 2 806 m d’altitude. Nous avons un panorama à 360° sur les Alpes, les sommets du Pain de Sucre, de la Taillante, le Pic de Foréant et le col Agnel. Le col Vieux est très venteux avec sa végétation rase et son exposition. Nous ne nous y attardons donc pas longtemps ! De plus, l’endroit est vraiment plus fréquenté que le reste du GR.

On se régale avec la magnifique vue sur le lac de Forant en contrebas et les montagnes tout autour. La descente est longue jusqu’au lac Foréant, mais offre des points de vue incroyables sur la vallée. Nous arrivons finalement au lac, que nous longeons. La faune et la flore y sont protégés mais il est possible de s’y baigner dans certaines zones démarquées. Située à 2 618 m d’altitude, le lac de Foréant est le lac le plus élevé en altitude du Tour du Queyras. Il peut être encore partiellement gelé ou enneigé jusqu’à fin juin !

Bivouac au lac Egorgéou sur notre tour du Queyras en 7 jours

On continue de descendre (passage bien raide) jusqu’à apercevoir le second lac de la journée en contrebas : le lac Egorgéou (2400m), où nous avons prévu de poser notre bivouac. Le lac reflète les nuages et les montagnes aux alentours, incroyable. Une fois arrivés, on se lance un petit défi : aller se baigner dans ce lac d’altitude glacial ! C’est une première pour nous deux et, pour être honnête c’est plus un aller-retour rapide qu’une longue baignade 😀

Une fois séchés et tout contents de ce défi, on se cherche un petit bivouac sur les hauteurs autour du lac. On vous conseille de bifurquer à droite au panneau à la fin du lac, de traverser le petit passage à gué et de monter un petit peu pour vous installer en hauteur. Il y a de nombreux emplacements de bivouac sur les hauteurs et autour du lac (mais plus humide et donc froid aux abords du lac), au pied de la Taillante. Un des plus jolis bivouacs sur notre Tour du Queyras en 7 jours !

On vous recommande d’aller voir les deux autres petits lacs tout proches et intimistes (dont le lac Baricle), en haut du lac Egorgéou (environ 300m à marcher pour l’atteindre). Il suffit de continuer à monter en suivant le chemin tracé pour atteindre ce magnifique lieu caché. Il est possible d’installer un bivouac pour 2 ou 3 tentes aux alentours du lac Baricle. Il y a déjà deux tentes installées quand nous découvrons cette pépite.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 3 – Du lac Egorgéou à Abriès

Du lac egorgéou au refuge de la monta.

Nous passons une nuit fraîche aux abords du lac Egorgéou et repartons le matin à l’aube pour notre troisième grosse journée. L’itinéraire débute par une longue descente dans la vallée. Pour ceux qui veulent, il y a plusieurs possibilités de bivouac à différents niveaux le long de la descente pour l’Echalp. La vue est incroyable et le dénivelé négatif agréable, avec des sentiers roulants dans les hauteurs (parfois un peu raides), puis en sous bois pour finir dans les alpages. Nous descendons l’air de rien 800m de D- en 6 km.

Si besoin, il y a une fontaine d’eau potable à l’Echalp (et un gîte d’étape). L’Echalp est un petit village de montagne très pittoresque situé à 1 730 mètres d’altitude, au bord de la rivière du Guil. Nous continuons jusqu’au refuge de la Monta où nous prenons un café sur l’agréable terrasse et remplissons nos gourdes. On y fait la connaissance de Thibaud et Camille, deux sympathiques randonneurs qui font le tour du Queyras en 7 jours également, au même rythme que nous.

Attention : il n’y a pas d’eau jusqu’à Abriès après le refuge de la Monta. On vous recommande vivement de remplir vos gourdes à l’Echalp ou à la Monta.

Du refuge de la Monta à la colette de Gilly

Nous laissons nos compagnons au refuge de la Monta et démarrons une (très) longue ascension abrupte entre forêts et alpages. Les pentes sont très raides (on avoisine régulièrement les 30%, rien que ça !) et le soleil du matin est déjà très fort.

On vous conseille de vous retourner régulièrement pour admirer la vue sur la vallée que vous aurez descendu juste avant. Heureusement pour nos jambes fatiguées, il y a une petite zone de plat sur le plateau avant la dernière partie de la montée jusqu’aux crêtes… qui est bien raide également (rires). Décidément, faire le Tour du Queyras en 7 jours ça se mérite !

Ensuite longue partie sur les lignes de crêtes avec point de vue à 360° sur la réserve du mont Viso en Italie et la vallée du Guil en France. Vous suivez la frontière sur cette ligne de crête. À 2 366 m d’altitude, la Collette de Gilly offre un superbe panorama sur tous les sommets environnants : la Taillante, le Pelvas, le Bouchet et le col d’Urine, à la frontière avec l’Italie. Vraiment magnifique !

Nous nous arrêtons manger en contrebas des crêtes, bien fatigués par cette matinée éprouvante : saucisson, comté et cacahuètes pour se remettre d’aplomb. Après cette section très aérienne, nous continuons notre descente vers Abriès. Attention, l’itinéraire principal du GR prête à confusion à l’embranchement : il faut prendre à droite en soulevant la clôture à bêtes et non pas redescendre tout droit (comme nous et de nombreux randonneurs avons fait 😀 ). En effet, l’itinéraire officiel contourne la montagne en basculant sur l’autre versant. De notre côté, nous avons suivi une variante et sommes redescendus du même côté en dessous des télésièges.

Abriès est un charmant petit village, perché à 1 550 m d’altitude. Il se situe à la confluence des torrents du Guil et du Bouchet. Il y a de quoi se restaurer, faire des courses, et deux gîtes d’étape où passer la nuit, ainsi qu’un camping. De plus, la ville possède un office de tourisme/poste, et un distributeur de banque pour retirer de l’argent car souvent les refuges n’acceptent pas la carte bancaire.

Nous passons la nuit au camping Caravaneige (20€ / 2 personnes) qui est parfait pour les randonneurs : des sanitaires incroyables (surtout la taille des douches… waouh), de quoi faire sécher et laver son linge, et des emplacements libres pour les tentes. On vous recommande également de manger leurs pizzas incroyables (c’est une tradition transmise de génération en génération). Une belle soirée bien reposante sur notre Tour du Queyras en 7 jours !

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 4 – De Abriès au col de Péas

Les lacs du malrif : lac du grand laus, lac mézan et lac du petit laus.

Nous prenons un départ matinal avec un nouveau compagnon de route : Riccardo (un randonneur italien rencontré au camping). Depuis Abriès la montée démarre franchement sans préavis ! En même temps, le nom de la montée nous avait mis la puce à l’oreille : « le calvaire » (rires). Le chemin grimpe sec et passe par une belle chapelle, de jolies maisons restaurées, avant de déboucher sur un grand alpage. Ensuite, la route serpente et monte franchement sec jusqu’au lac du grand Laus (1000m de D+), l’un des trois lacs Malrifs. Clairement un des plus beaux passages sur notre Tour du Queyras en 7 jours !

Il est possible de faire l’aller-retour au lac Mézan puis au lac du Petit Laus, qui surplombent le lac du Grand Laus. Ils offrent un superbe point de vue avec les trois lacs alignés. On vous conseille de laisser votre sac de randonnée au Grand Laus et de faire l’aller-retour en étant léger car il y a tout de même 220m de D+ pour y grimper.

Le Grand Laus est un superbe lac à 2 579 m d’altitude. C’est le plus grand des trois lacs du Malrif (Lac du Grand Laus, lac du Petit Laus et lac Mézan). Avec le Mont Viso en toile de fond, c’est un spot vraiment grandiose. De nombreux randonneurs s’arrêtent pour leur pique-nique du midi ici, et ils ont bien raison !

Montée au col du petit Malrif

Le Col du petit Malrif est un superbe col, culminant à 2 830 m d’altitude. Mais il se mérite ! En effet, une impressionnante montée à 30% sur 1 km nous attend après le lac du Grand Laus. Une fois la difficulté passée, le col du petit Malrif offre une vue plongeante sur la vallée et le lac. On croise un Patou qui dévale littéralement la pente à 30% à toute vitesse en direction du troupeau de montons en contrebas. Impressionnant d’agilité.

Les Fonts de Cervières

Descente tout aussi affreuse sur 300m de dénivelé négatif. Ensuite descente très longue mais moins difficile le long de la rivière jusqu’à Font de Cervière. On prend notre pause pique-nique le long de la rivière un peu avant Font de Cervière et on en profite pour rafraichir nos pieds fatigués dans l’eau fraiche.

Si vous en avez l’occasion, on vous recommande chaudement de goûter aux tourtons , une spécialité locale des hautes Alpes. Ce sont des genres de ravioli fourrés (viande, fromage, épinards…etc) et frits : un vrai délice !

La dernière partie de la descente est relativement facile, à moitié les pieds dans un ruisseau jusqu’à l’arrivée à Font de Cervière. C’est un très joli petit hameau, au pied du Pic Lombard qui a longtemps été un village d’alpage. On y voit beaucoup d’anciens chalets d’alpage typiques des hautes Alpes. Plusieurs fontaines se trouvent dans le hameau pour remplir les gourdes avant la dernière montée de la journée. Possibilité de se restaurer ou de prendre un café au Refuge des Fonts de Cervières. De notre côté, nous voulons faire ce Tour du Queyras en 7 jours et devons continuer encore un peu, une dernière grosse montée nous attend.

Longue montée au col de Péas

La dernière difficulté – et pas des moindres – est la traversée d’un alpage puis une montée très difficile jusqu’au plateau de ravin des Chalmette (sans S à la fin, j’ai vérifié deux fois !). Il y a de nombreuses vaches qui pâturent au ravin des Chalmette, le bivouac y est donc sûrement délicat.

Depuis le ravin des Chalmette, il est possible de prendre la variante pour le lac des Cordes.

Finalement, une terrible montée dans du pierrier avec des pourcentage qui avoisinent les 25% nous attend jusqu’au col de Péas. Les jambes tirent après cette longue journée de marche mais heureusement les paysages sont incroyables. Une fois arrivés au col de Péas, le décor est lunaire. Honnêtement, le Col de Péas est vraiment un des plus jolis passages du GR58, à 2 629 m d’altitude tout de même. Ce tour du Queyras en 7 jours nous réserve de belles surprises !

Bivouac au col de Péas sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Nous continuons un moment après le col de Péas et installons notre bivouac un peu en contrebas avec une magnifique vue sur l’autre versant de la vallée très montagneux. Il y a de nombreuses possibilités de bivouac des deux côtés du col, mais il peut faire froid la nuit car l’altitude est élevée ! On vous conseille de redescendre un petit peu en altitude si vous êtes limite niveau température du sac de couchage.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 5 – Du col de Péas au Plan du Vallon

Du col de péas au village de souliers.

Après un bon petit déjeuner, nous démarrons notre 5e jour de randonnée, toujours en compagnie de Riccardo. Une belle et longue descente nous mène au charmant village de Souliers. Souliers compte aujourd’hui une vingtaine de résidents à l’année. Nous nous arrêtons prendre un café au Gîte de Souliers-le grand Rochebrune. Honnêtement, on vous conseille de vous arrêter manger le midi comme ça a l’air délicieux et tout est local. En plus la terrasse est superbe, avec un panorama sur la Font Sancte et l’aiguille de Chambeyron ! Il y a également une fontaine à Souliers pour remplir les gourdes.

Col de Tronchet

Nous enchainons ensuite par une courte montée jusqu’au col de Tronchet. Ce col est un très joli passage à 2 347 m d’altitude. Il offre un point de vue magnifique sur la vallée de l’Ubaye. On se trouve alors juste en-dessous du pic de Rochebrune, le second plus haut sommet du Queyras (3 320 m).

Picnic à Brunissard sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Une fois le col Tronchet passé, on enchaine par une belle descente jusqu’à Brunissard pour manger notre pique-nique. Brunissard est le dernier hameau de la commune d’Arvieux. C’est un joli petit hameau perché à 1 760 m d’altitude. On y trouve plusieurs restaurants et gîtes d’étape. C’est donc l’endroit parfait pour une petite pause dans un cadre très pittoresque avec eau potable et tables de pique-nique. On en profite également pour faire sécher nos tentes 😀

Brunissard est à la jonction entre le GR5 et le GR58. Il y a une navette pour Guillestre depuis Brunissard pour terminer le GR plus rapidement si besoin.

Se ravitailler à Arvieux sur le GR58

Il est possible de faire un détour par Arvieux après Brunissard pour se ravitailler en suivant l’itinéraire du GR5 ou en tournant à gauche au niveau des panneaux au torrent de Combe Bonne (40min l’aller contrairement au 20min annoncé par le topoguide). Il y a une excellente pâtisserie, un supermarché proxy avec plein de choix et une fontaine à Arvieux.

Bivouac au plan du vallon sur notre Tour du Queyras en 7 jours

Après une bonne pause, on repart pour la deuxième partie de la journée. Une belle montée nous emmène sur les hauteurs de Arvieux et nous offre des points de vue sur la vallée d’Arvieux en contrebas. Hélas, la redescente est vraiment difficile et même un peu dangereuse dans certains pierriers jusqu’au torrent de Combe Bonne. On enchaîne ensuite avec une montée en sous bois avant une descente ultra raide dans les pierriers jusqu’au torrent du Champ la Maison. C’est à ce niveau que ceux qui ont fait le détour par Arvieux rejoignent à nouveau le GR58.

Puis dernière montée en forêt assez jolie le long du torrent jusqu’à plan du vallon. Nous avons trouvé cette journée moins bien balisée que les autres parties, on vous recommande de vérifier régulièrement la trace GPX du tracé sur votre smartphone.

La cabane est toujours fermée, il n’est pas possible de s’y abriter en cas d’orage. Il n’y a pas de fontaines non plus, mais 2-3 tables de pique-nique.

Nous installons notre bivouac juste en contrebas du Plan du Vallon sur un emplacement parfait (bien mieux que certains camping !) avec un accès au torrent, des bancs pour manger et un terrain parfaitement plat. Seules les fourmis rouges pimentent un peu la fête (rires). Une petite toilette fraîche dans la rivière, une soupe, un aligot lyophilisé et on va se coucher le sourire aux lèvres après cette soirée parfaite. Un spot de bivouac 4 étoiles sur ce Tour du Queyras en 7 jours !

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 6 – De plan du Vallon à Bramousse

Du plan du vallon au refuge de furfande.

La météo du jour n’est pas franchement engageante. En effet, de gros orages sont annoncés dès le début d’après-midi et devraient continuer jusqu’en soirée. Tous les différents sites web de météos sont unanimes pour une fois : ça va être le déluge (rires). Or, aucun de nous trois n’a envie d’expérimenter les orages en montagne ! On décide donc de réserver un gîte pour la nuit et d’y arriver le plus tôt possible en fin de matinée, pour éviter les orages si possible. Nous prenons donc un départ très matinal du Plan du Vallon.

La montée est difficile jusqu’au col de Furfande, avec de beaux pourcentages et de la caillasse (430m de D+ sur 2,70km). Heureusement, la vue est tout simplement magnifique au col ! Nous descendons ensuite au refuge de Furfande en contrebas à un bon rythme. Le refuge de Furfande est un très chouette refuge dans l’alpage d’altitude de Furfande, entièrement rénové en 2014. Il est possible d’y prendre un café, manger et remplir ses gourdes. Du refuge, on a un superbe panorama sur les montagnes alentours. Hélas, nous ne trainons pas, la météo devenant vraiment menaçante.

Longue descente dans la vallée

Nous enchainons donc par une descente raide en lacets jusqu’au village des Escoyères. Les points de vue de la descente sont magnifiques, mais nous avançons rapidement, le ciel orageux nous donnant des ailes.

Le village des Escoyères

Le village des Escoyères est le plus ancien village du Queyras. Il est divisé en quatre hameaux : les Esponces, le Serre, les Escoyères et le Châtelard. Les Escoyères était situé au carrefour de voies romaines. Le village est centré autour d’une belle fontaine en pierre, on vous recommande de vous y arrêter un moment (s’il fait beau haha).

Nuit en gîte-étape à Bramousse

Petit à petit la météo se découvre, on en vient presque à se demander si finalement la pluie ne va pas passer son chemin. On a même franchement chaud avec nos imperméables que l’on quitte rapidement. Surtout que le sentier descend à pic jusqu’au fond de la vallée puis remonte de façon toute aussi abrupte sur Bramousse. Ce passage est très difficile, avec un pourcentage moyen avoisinant les 20%.

Nous arrivons finalement au gîte d’étape « Le riou vert » en fin de matinée, bien fourbus pour être honnête. La nuitée sans demi-pension coûte 25€/personne en dortoir de 7 personnes. Les sanitaires sont propres, la literie confortable, et en plus ils font de bonnes frites et ont de la bière. Camille et thibaud que l’on a rencontré il y a 3 jours arrivent également et ont aussi pris une chambre privée dans le gîte pour la nuit (30€/personne). La météo est toujours au beau fixe mais nous espérons tous que les orages vont arriver maintenant que nous sommes bien au chaud et en sécurité (rires).

Imaginez donc notre joie quand en début d’après-midi de gros orages remplissent rapidement le ciel et qu’un déluge s’abat sur le refuge. Nous passons l’après-midi à faire la sieste, discuter, rire (beaucoup) et jouer au cluedo pendant que l’orage gronde et que la pluie tombe drue dehors.

Tour du Queyras en 7 jours (GR58) – Jour 7 – De Bramousse à Ceillac

Dernière ligne droite sur notre tour du queyras en 7 jours.

Nous y voilà : la dernière journée de notre tour du Queyras en 7 jours. Nos sentiments sont mêlés : excitation d’arriver et d’y être parvenus mais aussi tristesse de finir et de devoir quitter ce Queyras que l’on a tant aimé. Promis, nous reviendrons !

On attaque notre dernière ascension, pour le col de Bramousse. La montée est longue mais tout à fait faisable. Nous avalons facilement les 400m de dénivelé jusqu’aux chalets de Bramousse. Il y a une fontaine et il est possible d’installer son bivouac aux chalets de Bramousse. Ensuite, la dernière montée en forêt pour rejoindre le col de Bramousse (2200m). C’est un très joli col à 2 251 m d’altitude. Une fois en haut, nous sommes récompensés par un point de vue incroyable sur la vallée du Guil et la vallée du Cristilla.

Clap de fin pour ce Tour du Queyras en 7 jours

Finalement, une descente facile mais qui devient raide en sous-bois nous ramène au charmant village de Ceillac. La boucle est bouclée, nous sommes vraiment sous le charme de ce Queyras, sauvage et fascinant. Il est temps pour nous de rentrer sur Lyon, notre esprit déjà occupé à rêver de nos prochains GRs !

Merci le Queyras, merci les copains.

Le tour du Queyras (GR58) en 6 jours ?

Il est franchement faisable de faire le GR58 en 6 jours si vous êtes en très bonne forme, en faisant nos deux derniers jours en un seul avec une bonne pause à Bramousse. Nous aurions probablement fait cela si les orages ne nous avaient pas coincés au refuge. Et les orages en randonnée, on s’en méfie ! Ce qui fait quand même une très grosse sixième journée. Il est également possible d’allonger notre 2e étape et de ré-arranger les autres étapes. On a essayé de vous indiquer dans cet article tous les lieux de bivouac possibles, pour que vous puissiez vous organiser comme vous voulez et organiser votre propre tour du Queyras !

Notre avis sur le GR58 en 7 jours

Pour conclure, on vous recommande chaudement de réaliser ce tour du Queyras en 7 jours, ce qui est sportif mais pour de bons randonneurs ça se fait bien et on a quand même bien le temps de profiter des superbes bivouacs et paysages !

Fondateur de Toporando, je suis un amoureux des grands espaces et de la nature que j'explore chaque fois que j'en ai l'occasion !

16 commentaires sur “Le tour du Queyras en 7 jours (GR58)”

Merci pour ce beau résumé dont je vais m’inspirer pour préparer mon tour cet été ! Les photos sont superbes ! 🙂

Avec plaisir Marine ! Merci ☺️

Bonjour, Je suis en train de préparer le tour du queyras en rando pour cet été et je tiens à vous remercier pour votre article et ses précisions! La description de chaque étape avec les anecdotes rendent la lecture vivante et on s’y voit déjà sur les chemins !

Bonne continuation !

Merci pour le gentil commentaire Camille !

Sympas, les mecs ! Ça donne grave envie. Je suis partis dans les Dolomites* l’été passé et j’avais hésité à partir marché dans le Queyras.

Par contre vos deux (trois) étapes de ~20kil sont un peu chaudes, non ? Il y a pas mal de dénivelé, j’ai l’impression. Je compte avec quelqu’un non initié à la rando — vous pensez que c’est faisable ?

Merci du partage en tout cas !

*Mon tour des Dolomites si jamais : https://www.komoot.fr/tour/854346197?ref=aso

Bonjour Tarek, Merci pour le gentil message ! Effectivement, ça donne envie de retourner faire ce tour du Queyras haha Oui, certaines étapes sont difficiles, avec quelqu’un qui a moins l’habitude de randonner je te conseille d’en faire de plus courtes.

Bonne journée, Pierre

Merci bien pour votre retour d’expérience! Une super aide nous permettant d’appréhender ce tour du Queyras! Les détails et vos ressentis sont précieux! Merci bien!

Merci pour le gentil commentaire !

Merci pour votre partage . Nous partons avec mon épouse aux alentours du 19 Juin mais sur 9 étapes, voir plus si nécessaire. L’avantage des retraités.

Profitez bien, le tour du Queyras en 9 jours c’est très bien pour profiter ☺️

Bonjour Su le tour du queyras y a il des passage vertigineux, avec des passages aériens en bord de falaise immédiate ? J’hésite entre le tour du beaufortain et le queyras

Bonjour, Non pas de passages vertigineux sur le tour du Queyras ☺️ il est exigeant physiquement mais pas engagé en terme de technicité et de dangerosité !

J’ai été fascinée par le descriptif de votre rando et des lieux de bivouacs. Vos photos font rêver. Je compte le faire en 8 jours et on annonce des orages tous les jours. Je lis qu’il y a deux lieux de ravitaillement (Saint Véran et Abriès). Il y en a-t-il d’autre? Merci pour le partage 🙂

Merci Angélique pour le gentil message ! Il y a quelques autres endroits où se ravitailler et surtout pas mal de refuges où manger et dormir en cas de mauvais temps ! Bon tour du Queyras à vous ☺️

Je viens à peine de finir le GR738 ce Samedi 12 Aout 2023 que j’étais déjà en recherche de mon trek de l’été 2024, je pense que vous m’avez convaincu pour choisir ce GR 58.

Magnifiquement détaillé, merci pour votre grande publication sur ce GR.

Peut être à une prochaine dans les montagnes.

P.S. si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille le GR54 😉

Merci pour le gentil commentaire ! Ce GR58 est incroyable, on vous recommande vraiment ce tour du Queyras en autonomie !

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire *

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

Privacy Overview

Visorando

Tour complet du Queyras par le GR®58 et ses variantes

Magnifique circuit sur le GR ® 58 sur 9 jours en prenant des variantes.

Nous avons effectué ce parcours du 3 au 11 juillet en bivouac, tout en profitant des repas dans les refuges, gîtes et camping. En cette période, outre le risque de trouver des névés, la flore était en effervescence, rendant ce parcours encore plus magnifique. Circuit difficile avec certes des distances kilométriques raisonnables mais avec des dénivelés importants : près de 10000 m de d+ sur 140 km.

Fiche technique

Pédestre

  • Chargement...

Ceillac

Randonnée étape par étape

Cette randonnée se fait sur plusieurs jours, voici le détail de chacun.

Ceillac - Saint-Véran

Ceillac - Saint-Véran

Une bonne mise en jambes pour cette 1 re étape. Un 1 er col, celui des Estronques puis un aller-retour au sommet tout proche de la Tête de la Jacquette, où un panorama exceptionnel vous attend sur les Pics de la Font Sancte, l'Aiguille de Chambeyron, le Bric de Rubren, le Peouvou et au Nord, le Grand Glaiza et le Rochebrune.

Saint-Véran - Refuge Agnel

Saint-Véran - Refuge Agnel

Une deuxième étape du GR ® 58, mais en empruntant une variante par le Col de Saint-Véran ou de la Cavale et une ascension à 3000 m d'altitude, le Pic de Caramantran. Une vue magnifique sur le Mont Viso au point culminant de cet itinéraire. En ce début de saison, de nombreux névés étaient présents. Itinéraire très sauvage, que je conseille afin d'éviter le sentier du Col de Chamoussiére, plutôt très fréquenté.

Refuge Agnel - Refuge La Monta

Refuge Agnel - Refuge La Monta

Troisième étape de ce périple sans difficulté majeure, avec des vues exceptionnelles auprès des lacs. seul le dénivelé négatif du Col Vieux au Refuge de la Monta donne vite mal aux jambes. Une flore très présente, rendant de facto cette étape encore plus belle.

Refuge la Monta - Camping Abriès

Refuge la Monta - Camping Abriès

Cette 4 e étape est une variante du GR ® qui part du Refuge de la Monta pour aller au camping caravaneige d'Abriès. Un début de randonnée difficile au travers des mélèzes pour atteindre les Crêtes de Peyra-Plata puis celle de Gilly. Le sentier passe sur une belle ligne de crêtes qui permet d'observer au Sud : Le Grand Queyras, Le Viso, les Crêtes de Taillante, La Vallée de Ristollas et au Nord, la Tête du Pelvas, le Bric Bouchet, le Bric Froid, le Grand Glaiza, le Pic de Roquebrune.

Camping Abries - Refuge des Fonts de Cerviéres

Camping Abries - Refuge des Fonts de Cerviéres

Cette 5 e étape est l'une des plus belles mais également des plus difficiles, notamment par son dénivelé jusqu'au Pic de Malrif. Une ascension en partie en balcon pour atteindre le magnifique Lac du Grand Laus. Ensuite la 2 e difficulté de la journée est le Col du Petit Malrif puis la courte ascension du Pic de Malrif. La flore est remarquable après Malrif et en sortie du bois qui suit.

Les Fonts de Cerviéres - Gîte du Grand Rochebrune

Les Fonts de Cerviéres - Gîte du Grand Rochebrune

Une sixième étape sur une variante du GR ® 58 qui mettra vos muscles à rude épreuve par le passage de deux cols successifs pour atteindre le charmant hameau de Souliers au gite étape / Refuge le Grand Rochebrune. Cette étape emprunte une variante par le Lac des Cordes puis le Col des Marseilles. Les paysages aux abords du Lac des Cordes sont splendides et très sauvages. Le sentier passe au pied du Pic de Rochebrune, pour atteindre le Col de Péas.

Gîte du Grand Rochebrune - Gîte le Teppio

Gîte du Grand Rochebrune - Gîte le Teppio

Cette étape emprunte une partie du GR ® 58, puis une variante hors GR ® pour monter au Col d'Izoard. Certes cette ascension s'effectue par la route, mais un jour interdit aux véhicules, permettant de profiter de ce paysage lunaire avec ses monolithes. Le retour se fait par un ravin désertique. Les paysages calcaires de cette étape n'ont rien de comparable avec ceux parcourus depuis le départ du Tour du Queyras fait d'ardoise.

Gîte le Teppio - Refuge de Furfande

Gîte le Teppio - Refuge de Furfande

Avant dernière étape du tour complet du Queyras, sans grande difficulté technique. Seule la descente au début de l'étape est très instable. L'ascension au Col de Furfande reste assez difficile, d'autant qu'après 7 étapes la fatigue commence à se faire sentir. Possibilité de monter au Pic du Vacivier, voire celui du Gazon. Lors de cette étape , le détour jusqu'aux Granges de Furfande restaurées en partie, est à ne pas manquer.

Refuge de Furfande - Ceillac

Refuge de Furfande - Ceillac

Neuvième et dernière étape de ce fabuleux Tour du Queyras. Cet itinéraire vous mènera du Col de Furfande, en passant par le Col de la Bramousse, pour arriver au village de Ceillac et au gite des Baladins. Le dénivelé négatif est particulièrement éprouvant, notamment la descente jusqu'à la Combe du Queyras. Le dénivelé positif est tout aussi important, mais sans difficulté technique. La vue du col vous permet d'avoir une splendide vue sur les Pics de la Font-Sancte.

Pour continuer à proposer des fonctionnalités gratuites et pratiques en randonnée, soutenez-nous en donnant un petit coup de pouce !

Informations pratiques

Ce circuit ne présente pas de grandes difficultés techniques, ni de passages dangereux. En juillet, les points d'eau n'ont pas manqué.

Le tour du Queyras est un circuit en montagne et demande une bonne préparation physique, mais également un équipement adapté. Nous avons eu tous les types de temps et de températures. En cette période, nous avions prévus également des sur-chaussures pour passer les névés si besoin, notamment au dessus de 2800 m, que nous avons utilisés au Col de Saint-Véran mais également lors de l'ascension du Col du Petit Malrif. Sur ce passage, nous nous sommes même encordés par sécurité.

Lors de nos circuits en montagne, je prends toujours une corde de 15 m avec moi. Certes, cela alourdit le sac, mais la corde en montagne, c'est comme le gilet de sauvetage en mer : on n'est jamais assez prudent. Le nombre d'accidents et de morts en randonnée en montagne ont été très nombreux cette année.

Tout au long du parcours, l'accueil dans les refuges, gîtes et camping ont été des plus chaleureux, hormis au Refuge Agnel. Il profite de leur monopole sur ce parcours, dommage, le site est splendide.

Ci-dessous Je vous mets à disposition la liste de ce que nous avons emporté dans chacun de nos sacs pour une première expérience, ça peut vous aider :

Sac à dos de randonnée (un de 70l le mien et un de 50l mon épouse) / Housse de sac à dos X1 Sac de couchage X1 / Matelas (autogonflant ou en mousse) X1 Chaussures de randonnée X1 / Chaussettes de randonnée X2 / Sandales ou Tongs X1 Sous-vêtements X2 Short de repos X1 / T-shirts de repos X1 Pantalon de randonnée X1 / T-shirt(s) de randonnée à manches longues x1 et à manches courtes X2 Veste imperméable 3 en 1 X1 / Pochon x1 Bonnet X1 / Gants ou mitaines X1 / Casquette ou chapeau X1 Lampe frontale X1 / Couverture de survie x2 / Gourdes X1 /Poches à eau X1 / Couteau + cuillère 1 /Téléphone portable x1 / Chargeur téléphone X1 / Bâtons de randonnée X1 / Caoutchouc de bâtons X1 / Lunettes de soleil Nécessaire de toilette individuel : Brosse à dent X1 / Serviette X1 / Lingettes (hygiène féminine) Matériel en commun :

Tente de randonnée X1 Ruban adhésif X1 / Fil et aiguille X1 / Aiguilles à nourrisses X4 / Briquet X1 / Sacs poubelles ou sacs plastiques X2 / Piles de rechange X1 / Carte IGN X1 / TOPO Guide / Protège carte X1 / Boussole X1 / Trousse de secours X1 / Lacets X2 / Batterie portable X3 / Stylo X2 / Carnet ou papier X1 / Appareil photo X1 / Lessive X1 / Corde de montagne X1 / Mousquetons X2 Dentifrice X1 / Papier toilette X2 / Savon (biodégradable) X1 / Crème solaire / Stick à lèvres X1 / Peigne X1 / Coupe ongles X1 / Produit anti-insecte X1 Argent en espèce / Chéquier X1 / Carte bleue X1

Pendant la rando ou à proximité

Toutes les étapes sont exceptionnelles par les paysages et la flore.

Avis et discussion

le dd

Bon courage A cette période de l'année la flore sera de toute beauté. Si vous pouvez n'hésitez pas à faire le variante avec l'Ascension du pain de sucre après le départ du refuge d'agnel. Bon gr

Marc LB

Bonjour à toutes et tous Toutes mes réservations sont faites. Je pars du 26/06 au 04)07 Je donnerai mes impressions à mon retour. Marc lb

Autres randonnées dans le secteur

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Une bonne mise en jambes pour cette 1re étape. Un 1er col, celui des Estronques puis un aller-retour au sommet tout proche de la Tête de la Jacquette, où un panorama exceptionnel vous attend sur les Pics de la Font Sancte, l'Aiguille de Chambeyron, le Bric de Rubren, le Peouvou et au Nord, le Grand Glaiza et le Rochebrune.

Ceillac - Saint Véran

Ceillac - Saint Véran

Troisième étape entièrement sur le GR®58 avec une orientation vers le soleil levant.

La Bergerie de Lacas

La Bergerie de Lacas

Visite à une bergerie d'alpage dominant le vallon du Cristillan.

Tour de la Font Sancte

Créé récemment, ce tour de 3 jours permet de relier 3 vallées fort connues de tout randonneur. Le vallon du Cristillan dans le Queyras, celui du Rif Bel dans le Val d'Escreins et enfin la vallée de l'Ubaye.

Ceillac - Basse Rua

En passant par le Pic d'Escreins réaliser la liaison entre le vallon du Cristillan et le Val d'Escreins.

Le belvédère Jean Grossan

Le belvédère Jean Grossan

Visite à un belvédère dominant Ceillac et offrant une vue remarquable sur la Fonct Sante tout en face.

Le Col Fromage

Le Col Fromage

Le Col Fromage, carrefour de sentiers, est un lieu stratégique du Parc Naturel Régional du Queyras.

La Bergerie d'Andrevez

Découverte d'une belle bergerie d'alpage sous la pointe de la Saume au dessus du village de Ceillac.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche .

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.

Pour continuer à proposer des fonctionnalités gratuites et pratiques en randonnée !

QR code indisponible.

Scannez ce QR Code avec l'appareil photo de votre smartphone.

Afin d'ouvrir cette randonnée sur votre smartphone, l'application Visorando doit y être installée. Si ce n'est pas le cas, rendez-vous dans l' Apple Store (iPhone) ou le Google Play Store (Android) pour télécharger l'application.

  • Ajouter mon activité
  • Le Tour du Queyras GR58
  • Queyras | Vallée
  • Randonnée / Trail
  • Vallée du Queyras

Le Tour du Queyras GR58

Voici une belle manière de découvrir la variété des vallées du Queyras, via l'un des plus réputés sentier de grande randonnée pédestre en itinérance : le GR58 Tour du Queyras. Vous trouverez ici une présentation du parcours, et nos précieux conseils afin de vous permettre de construire votre séjour.

Plusieurs d'entre vous effectuent le parcours et ses variantes sur plusieurs années, afin de varier les plaisirs. D'autres n'emprunte qu'un tronçon. Vous trouverez sur ce site l'ensemble des tronçons du parcours, avec des itinéraires découpés en randonnées à la journée : chacun y trouvera son compte, les randonneurs à la journée comme les GR-istes !

A noter : nos applications mobiles , disponibles pour Android comme iOS, seront vos précieux compagnons afin de ne pas perdre votre chemin : avec les Cartes IGN embarquées (Top25 ou ScanExpress), la géolocalisation, et le mode hors ligne, le GR58 c'est facile, ça marche même sans connexion et en pleine montagne !

Au sommaire :

Qu'est ce que le GR58 ?

  • Le GR58 en quelques chiffres

La grande histoire du GR58 Tour du Queyras

  • Le tracé historique et la naissance des premiers gites et refuges pour faire le Tour du Queyras

Durée d'un tour du Queyras : en combien de jours peut-on faire le GR58?

  • Le tracé actuel : les étapes du GR58 Tour du Queyras
  • Les variantes du GR58 Tour du Queyras
  • L'interconnexion avec les GRP, la GR5, la Via Alpina et le Tour du Viso
  • Le Tour du Queyras en gites et refuges
  • Effectuer le GR58 en bivouac
  • Effectuer le GR58 avec un âne de bât, idéal pour les familles avec enfants

Le Tour du Queyras (numéroté GR 58 par la Fédération Française de Randonnée Pédestre FFRP, FFRandonnée ou FFR en plus court) est LE grand sentier de grande randonnée qui permet de faire le tour du Parc Naturel Régional du Queyras et ce en passant dans ses différentes vallées/villages du territoire :

  • Il traverse le territoire des 8 communes
  • Il emprunte des sentiers aux paysages variés de moyenne montagne : forêt de mélèzes, grands lacs, hameaux et villages, prairies, chalets d'alpage et paysages lunaires, plus haute commune d'Europe (Saint-Véran), faune et flore
  • Vous passerez par le plus haut col emprunté par un sentier de grande rando (col de Chamoussière), mais rencontrerez aussi de belles descentes ou de beaux parcours en balcon ! A vous les belles vues !
  • Il est interconnecté au GR5 , au GR541, à la Via Alpina , au Tour du Mont Viso ainsi qu'aux 3 GRP du Queyras.

C'est donc un des grands circuits itinérant pédestre de référence. Il fait partie des GR les plus fréquentés, avec le GR Tour du Mont-Blanc (TMB) et le GR20 Traversée de la Corse.

A noter que le Tour du Queyras peut se pratiquer également en VTT, certains le font en trail sur 2 jous, mais encore mieux et plus sympathique,vous pouvez randonner accompagné d'un âne de bât (sans compter le cheval), idéal pour un séjour en famille !

Le GR58 en quelques chiffres : km, distance, durée, points culminants, période

  • Nombre de Kilomètres : 130
  • Durée totale marche (itinéraire officiel) : 50h
  • D+ : 7725 m
  • D-  7675 m
  • Col de Chamoussière (2884m)
  • Pic de Malrif (2906m) - optionnel
  • Pain de Sucre (3208m) - optionnel
  • Pic de Caramantran (3021m) - optionnel
  • Col de Saint-Véran (2844m) - optionnel
  • Carte Topo  IGN Top 25 : 3637OT et 3537OT
  • Balisage FFR : Rouge et Blanc (GR)
  • Topo Guide FFR GR58 : Réf 505 Edition 2019
  • Interconnexion avec 3 GRP, le GR5 et 2 Via Alpina (Rouge et Bleue) ainsi que le Tour du Viso
  • Itinéraire entièrement balisé/jalonné
  • début mai et novembre : attention à la neige. En mai/juin notamment sur les secteurs les plus hauts (Vol Vieux, Agnel, Chamoussière). En fin de saison également où des chutes sont possibles dès octobre
  • du 20 au 30 juin : cette période est réputée pour sa flore intense
  • septembre/octobre est la meilleure période côté couleurs (mais hébergements ferment à compter fin septembre)

Le Tour du Queyras a été mis en oeuvre 1971, sous l'impulsion de Philippe Lamour (1903-1992), maire de Ceillac (1965-1983) :

  • Philippe Lamour est le père de l'amènagement du territoire : création de la DATAR, réalisation du Canal Bas Rhône Languedoc (rebaptisé Canal Ph. Lamour) figurent parmis ses réalisations;
  • Philippe Lamour, alors maire de Ceillac, a été à l'origine de la création de l' Association Grande Traversée des Alpes ) créée le 21 juin 1971 (la GR5 Hollande Méditerrannée existait dès 1949, une officialisation des premiers tronçons dès 1955, et un balisage progressif de la totalité de l'itinéraire jusqu'à son inauguration totale de 1972 ). Sa vision est de développer l'activité autours des GR en promouvant la création des Gites et Refuges
  • Les stations village de  montagne - si cher au Queyras (en réaction aux stations intégrées dites de 3ieme génération comme les Arcs ou Tignes)
  • Le tourisme doit être piloté par les locaux et leur profiter - comme outil de développement -  et non pas être donné aux promoteurs immobiliers.
  • Le développement doit être harmonieux
  • Pour rappel, le Parc Naturel Régional du Queyras a été officiellement crée en 1977, il en a été le premier Président.

GR5, GR58, GTA et PNR Queyras sont sont très intimement liés, fruit de l'impulsion du même homme : Philippe Lamour.

C'est pour cela que le GR58 fut nommé "Sentier Philippe Lamour" (à l'instar du Canal du Bas Rhône Languedoc) lors d'une cérémonie le 14 octobre 1984 (inauguration du panneau au départ du sentier du Col des Estronquues de Ceillac), celui-ci a vu son tracé modifié depuis.

Le tracé historique du GR58, et la naissance des premiers gites et refuges pour faire le tour du Queyras

Le premier balisage a été posé par M. et Mme Lamour, assisté par M. Diès Directeur Départemental de l'Agriculture des Hautes-Alpes et le Dr Paul Cabouat, vice président du CNSGR. Rendons leur hommage.

Le premier tracé de mars 1971 ne passait pas par Cervières ni Brunissard, et empruntait les étapes aujourd'hui variantes :

  • Ristolas avant de remonter à Gilly
  • Aiguilles depuis le Malrif

A l'époque :

  • il n'y avait pas de refuge au Col Agnel (seulement des ruines d'un ancien refuge, mais une cabane pastorale neuve simplement),
  • la route du Col Agnel venait d'être construite tout juste. Le premier topo guide du GR58 de 1971 indique même un commentaire cocasse : "Le beau cirque du Col Agnel, qui constituait jadis un lieu exceptionnel de solitude pour les vrais montagnards, a été recemment violé par la construction d'une de ces inutiles routes de montagne, sans intêret majeur assouvissant la passion de certains obsédés du bull-dozer. Il faut souhaiter que la politique de sauvegarde de la nature, actuellement à l'ordre du jour, permette dans l'avenir de mettre un terme à de telles manifestations de vandalisme".
  • Pas de Refuge à Furfande, un GR541 Saint-Crépin/Furfande (permettant de relier le Tour de l'Oisan au Tour du Queyras) était en cours de balisage seulement,
  • Ristolas disposait d'un bureau de Poste,
  • Ceillac d'un télésiège et d'un téléski construits en 1969 jusqu'en haut du Col de Bramousse ! 
  • Et la route du Guil était la nationale 202 qui se poursuivait par la N547 jusqu'au Grand Belvédère du Viso.

Souvenir souvenirs !

Dès les premières années, de multiples gites ont fleuris tout au long du parcours. Ainsi en 1974 sont déja mis en avant dans les guides :

  • le Gite Grande Traversée des Alpes de Ceillac (15 places)
  • le Curé et l'agent technique de l'Office National des Forêts acceuillent les randonneurs toute saison, en complément des hotels notamment lorsqu'ils sont fermés
  • la cabane pastorale du Col Agnel est devenue un refuge de la Grande Traversée des Alpes de 40 places, non gardé en permanence
  • l'ancien batiment des douanes de l'Echalp est devenu un gite d'étape
  • à Abriès un relais-refuge Grande Traversée des Alpes de 30 places est né. Existent aussi l'hotel restaurant Relais du Mont Viso, et la pension Les Edelweiss (dortoir de 40 places)
  • à Souliers, un gite d'étape de 20 places a ouvert

On cite encore  les endroits où il est possible de dormir dans les granges et la paille, avec accueil chaleureux de Queyrassins !

Bref, l'économie s'organise autours du GR, avec années après années de nouveaux services et établissement , mais aussi des modifications sur le parcours. Des variantes ont été mises en oeuvre, jusqu'à être nommées A,B,C,D.

Ces variantes ont été supprimées en 2009, et ont donné naissance pour plus de clareté à 3 GRP :

  • Le Tour du Pain de Sucre,
  • Le tour de la Dent du ratier,
  • Le tour de la Font Sancte

A noter que le balisage est entretenu par les équipes du Parc Naturel Régional du Queyras et la Fédération Française de Randonnée, section Hautes-Alpes.

Tout d'abord il n'y a un seul Tour du Queyras, mais le vôtre ! La durée de votre randonnée en itinéraire dépendra :

  • du parcours que vous choisirez : le parcours dans sa globalité, avec ou sans variante, avec ou sans sommets mythiques additionnels
  • de votre forme physique : le temps de marche varie beaucoup, vous seul ête capable de connaître votre endurance
  • de votre équipement : les campeurs devront augmenter leur horaire de 10/15%

La durée standard est de 7/8 jours. Les meilleurs marcheurs le pratiquent en 4/5 jours, mais cela s'assimile plus à du Trail .

L'idéal c'est quand même de profiter des paysages, de discuter dans les gites, et d'en profiter pour faire quelques sommets au passage (ex : Pain de Sucre 3208m, Pic de Caramantran 3021m , tête de la Jacquette 2757m, Pic Malrif 2906m, Crête des Chambrettes 2582m, etc.), ce qui pourra vous amener à 10 jours d'exception.

Les sentiers du Queyras ne sont pas difficiles : ce n'est pas de la haute montagne, mais c'est la montagne quand même.

On parle de "randonnée facile de moyenne montagne, à la portée de tout randonneur, habitué à la marche en terrain varié, au port du sac à dos et sachant lire une carte". Ce GR est bien moins difficile que le GR20 de Corse.

Il faut donc être correctement équipé (aux pieds, pour la nuit et les changements de condition météorologique) et être dans une forme physique acceptable : on ne marche pas 8 heures par jours pendant 8 jours par hasard !

Il n'y a donc pas qu'1 tour du Queyras, mais celui qu'on se compose. Tout dépend en fait votre connaissance préalable du Queyras. C'est d'ailleurs aussi pour cela que des variantes ont été mises en place.

Le tracé actuel et les étapes du GR58 Tour du Queyras

Le point de départ du gr58.

Le Tour du Queyras peut se faire bien naturellement dans les deux sens (Sens Horaire ou Sens Anti-Horaire), avec un point de départ depuis l'un des 8 villages. Les sentiers sont très bien balisés, il est difficile de se perdre !

  • Classiquement le GR58 est amorcé à Ceillac (premier village lorsque l'on entre dans la vallée du Queyras), et dans le sens anti-horaire, mais ce n'est pas obligatoire, vu que le circuit est circulaire
  • Vous pouvez rejoindre le GR58 directement depuis le Gare SCNF d'Eygliers Mont-Dauphin, en commençant par Furfande via le Col Garnier, notamment avant la haute saison où les navettes depuis la gare pour Ceillac sont plus rares.

Les étapes du GR58

Voici le découpage standard du parcours en 8 étapes (sens anti-horaire) :

  • 6h de marche
  • Dénivelé + : 1160 m
  • Dénivelé - : 840 m
  • 5h30 de marche
  • Dénivelé + : 960 m
  • Dénivelé - : 405 m
  • 4h de marche
  • Dénivelé + : 235 m
  • Dénivelé - : 1150 m
  • 6h30 de marche
  • Dénivelé + : 850 m
  • Dénivelé - : 900 m
  • 8h de marche
  • Dénivelé + : 1380 m
  • Dénivelé - : 880 m
  • 5h de marche
  • Dénivelé + : 640 m
  • Dénivelé - : 850 m
  • 7h de marche
  • Dénivelé - : 890 m
  • Dénivelé + : 1120 m
  • Dénivelé - : 1760 m

Certains regroupent l'étape 6 et 7 en allant directement depuis le Lac de Roux vers Arvieux centre village (on ne pousse pas jusqu'à Brunissard).

D'autres prolongent l'étape 6 jusqu'à Brunissard et repartent le lendemain avec un peu moins de marche, avant la grande étape du dernier jour.

Enfin plusieurs cherchent à faire un tour en 4 jours, dans ce cas là il faut soit presser le pas en mode Trail, soit trouver des raccourcis, comme ceux-ci : 

  • A la descente des Estronques, ne pas passer par Saint-Véran mais rejoindre le Refuge Agnel voire la Monta, ce qui fait une étape maousse.
  • A la Monta, prendre la Crête de Peyra Plata (on shunte Ristolas)
  • Au Lac Malrif (Grand Laus), redescendre sur Aiguilles et rejoindre Château-Queyras (on loupe les Fonts de Cervières)
  • A Château-Queyras, rejoindre Ceillac par le GR5 Col Fromage (on loupe Furfande)

Les Variantes du GR58 Tour du Queyras : à la découverte des autres pepites du Queyras

  • Au niveau de la Chapelle de Clausis : variante par le Refuge de le Blanche et/ou le Pic de Caramantran
  • variante par le Col Lacroix / Col d'Urine
  • variante pour les crêtes de Peyra Plata (le tracé officiel originel passe de nouveau depuis 2015 à Ristolas)
  • Au niveau du Roux : variante par le Col des Thures (col de Rasis et Crêtes aux eaux pendantes). Attention : l'horaire de marche est de 8h entre le Roux et le Fonts de Cervières (le topo FFRP 2015 est erroné sur ce point, ils parlent de 10h30). Garder les courbes de niveau en suivant le sentier depuis le Col de Razis pour rejoindre le Col de Malrif : la tentation est en effet de descendre aux lacs de Malrif pour remonter une très belle côte ardue pour rejoindre le Col de Malrif (à éviter sauf si vous aves les jambes pour et avez envie de faire trempette dans le Grand Laus !)
  • Au niveau des lacs Malrif : variante par Aiguilles , Mériès, Château-Queyras
  • Au niveau des fonts de Cervières : boucle par le lac des Cordes / Col des Marsailles
  • variante par le lac de Souliers et la Casse Déserte pour rejoindre Brunissard
  • variante par Arvieux (via Lac de Roue) : variante non officielle mais souvent pratiquée
  • Au niveau d'Arvieux : petits boucles de ravito vers la Chalp ou le Bourg
  • Au niveau de Furfande , variante depuis les Escoyères vers Villargaudin et Montbardon

L'interconnexion / les liaisons du GR58 avec les GRP, la GR5, le GR541, les Via Alpina et le Tour du Viso

Le GR58 croise plusieurs grands autres sentiers de grande randonnée :

  • liaison avec la GR5 (qui entre dans le Queyras par le col des Ayes et en ressort par le Col Girardin): les deux itinéraires se croisent au niveau de Ceillac et de Furfande
  • liaison avec le GR541 au niveau de Furfande
  • liaison avec la GRP Tour de Font Sancte : au niveau de Ceillac
  • liaison avec la GRP Tour du Pain de Sucre : au niveau du Refuge Agnel
  • liaison avec la GRP Dent du Ratier : au niveau d'Aiguilles, Souliers, Arvieux ou Furfande
  • liaison avec la Via Alpina Rouge : au niveau de Ceillac et de Furfande
  • liaison avec la Via Alpina Bleue : au niveau du Roux/Abriès
  • liaison avec le Tour du Viso : au niveau de l'Echalp

Vous pourrez ainsi élargir votre Tour du Queyras, si l'on prend les zones où les sentiers se croisent, au niveau de :

  • Ceillac : liaison avec la GRP Tour de Font Sancte, la GR5 , la Via Alpina Rouge
  • Refuge Agnel : liaison avec la GRP Tour du Pain de Sucre
  • Roux/Abriès : liaison avec la Via Alpina Bleue
  • Aiguilles, Souliers, Arvieux ou Furfande :liaison avec le GRP Tour de la Dent de Ratier
  • Furfande : liaison avec le GR541 et la Via Alpina Rouge
  • Echalp : liaison possible avec le Tour du Viso

Le Tour du Queyras en Gites et Refuges

C'est certainement le moyen le plus simple / confortable : vous trouverez un grand nombre de Gites et Refuges accessibles tout au long du parcours, y compris pour les variantes.

Il est très fortement conseillé de réserver votre gite ou refuge pour votre Tour du Queyras en période haute (mi-juillet/mi-août).

Vous pouvez voir les disponibilités et réserver vos gîtes et refuges directement sur notre site (paiement en ligne), pour plus de sécurité.

A noter qu'un service Sherpa est disponible pour ses affaires personnelles - de refuge en gites.

Effectuer le GR58 Tour du Queyras en bivouac

Il est tout à fait possible d' effectuer le Tour du Queyras en totale autonomie, à savoir en bivouac . C'est le moyen le plus roots !

En effet, l'itinéraire traverse un Parc Naturel Régional, et non pas National : le planté de tente est autorisé si situé à plus d'une heure de marche des habitations, et seulement la nuit - c'est une tolérance (sinon c'est seulement dans les campings).

Attention, le secteur de la Réserve Nationale Ristolas Mont-Viso dispose d'une règlementation spécifique notamment en ce qui concerne le Bivouac . Les sentiers du tracé officiel du GR ne traversent pas la réserve nationale : celle-ci commence en effet de l'autre côté de la Taillante et à partir de la Roche Ecroulée, mais elle ne manque pas de charme. Cela peut être une variante interessante.

Par ailleurs, il est interdit de faire des feux en forêt ou en lisière de bois, ou à proximité de tout élément facilement inflamable (meule de foin, paille, tas de bois, haies,,etc.)

L'enjeu pour une rando itinérante agréable avec bivouac est la correcte gestion du poids du sac à dos : outre la tente et l'équipement pour la nuit et les intempéries/le froid, il vous faudra prendre des provisions suffisantes pour vos repas, et ne pas oublier de se ravitailler dans les hameaux/villages traversés, sous peine de ne pas profiter des bons produits frais (fruits, légumes) voire des spécialités locales (les bons fromages du Queyras notamment).

A noter : tous nos topos présent dans notre guide précisent les lieux où l'on peut se ravitailler en eau (mais nous vous conseillons les gourdes à filtre / gourdes filtrantes, bien pratiques dans les cas extrèmes, il en existe des ultra-légères).

Voici les lieux de bivouac les plus couramment choisis :

  • Ceillac Le Tioure en dessous du Col des Estronques

Chapelle de Clausis

  • Sous le col Vieux ou Lac Egorgeou/Foréant
  • Ristolas (Camping La Monta)
  • Hameau de Malrif
  • Font de Cervières
  • Vallon de Souliers (Clot Charin / Pré de Soubeyran)
  • Lac de Roue
  • Cabane Gardère/Le Coin d'Arvieux (jonction sentier pour Lac du Lauzon)
  • Bramousse ou Chalets de Bramousse

Effectuer son GR58 avec un âne de bât, idéal pour les familles avec enfants

Voilà une pratique qui se développe depuis plusieurs années en France, et dans le Queyras. Pas mal de familles avec enfants choisissent ce mode de randonnée, sachant que l'âne porte les bagages de 2/4 personnes (30/40 kgs), marche à une vitesse régulière (3/4km/h). Seuls quelques rares passages du GR58 ne seront pas adaptés pour lui, votre ânier vous conseillera sur les secteurs à éviter et les alternatives à éviter. Cette formule est souple : pas mal de gîte acceptent les ânes, vous pourrez ainsi mixer nuit en gîte/refuge et bivouac, sachant qu'un âne mange de l'herbe et boit très peu. Les enfants adorent !

Bref, un beau tracé, de beaux sentiers bien entretenus, de belles rencontres, et de multiples possibilités pour le réaliser, en toute simplicité. Et vous, quelle a été votre expérience du Tour du Queyras? Quelles étapes avez-vous suivies pour votre randonnée itinérante? A pied ou en VTT, voire à cheval ? N'hésitez pas à ajouter ici votre propre commentaire/avis sur votre GR58.

marc

Apportez votre propre éclairage et vos précieux conseils sur cet itinéraire, ce point d'intérêt ou patrimoine

Type de Rando

  • Altitude de départ (m) : 1665
  • Altitude finale (m) : 2884
  • Distance (km) : 130
  • Carte IGN Top 25 : 3637OT et 3537OT

Evènements associés

Il n'y a pas d'èvement pour cet élément

Professionnels recommandés à proximité

Abries Le Villard® - Gîte d'Etape et de séjour Abriès

Abries Le Villard® - Gîte d'Etape et de séjour Abriès

Les Astragales Ville Vieille

Les Astragales Ville Vieille

Carte de l'itinéraire, a découvrir à proximité.

Col Agnel

Lac Egorgeou

Lacs Malrif (depuis Abriès)

Lacs Malrif (depuis Abriès)

Lac Foréant

Lac Foréant

Pain de sucre

Pain de sucre

Lac de la Blanche

Lac de la Blanche

Tour des Granges et Chalets de Furfande

Tour des Granges et Chalets de Furfande

Col Vieux

La Via Alpina dans le Queyras

Le GR5 dans le Queyras

Le GR5 dans le Queyras

Tour du Mont Viso

Tour du Mont Viso

Chapelle de Clausis

Col de Bramousse

Col Fromage (depuis Ceillac)

Col Fromage (depuis Ceillac)

Crêtes de Gilly et Peyra Plata (depuis la Collette de Gilly)

Crêtes de Gilly et Peyra Plata (depuis la Collette de Gilly)

Crêtes de Gilly et Peyra Plata (depuis la Monta)

Crêtes de Gilly et Peyra Plata (depuis la Monta)

Col de Furfande

Col de Furfande

Col de Péas

Col de Péas

Col des Estronques

Col des Estronques

Col des Thures

Col des Thures

  • Queyras Guillestrois
  • Planificateur d'itinéraire
  • Fonctionnalités

Le tour du Queyras en 7 jours de randonnée (GR58)

Le Tour du Queyras est un sentier de grande randonnée qui parcourt les montagnes du Queyras dans les Hautes-Alpes, en France. Le sentier circulaire de 180 kilomètres est réputé pour sa beauté naturelle, avec des paysages spectaculaires de montagnes, de forêts, de lacs et de rivières. Le sentier suit également des chemins de randonnée historiques et traverse des villages traditionnels préservés qui offrent une expérience culturelle unique. Les randonneurs doivent être en bonne condition physique pour parcourir le sentier, qui est considéré comme modérément difficile, avec des montées et des descentes fréquentes. Des refuges et des gîtes sont disponibles tout au long du sentier pour offrir des options d'hébergement et de restauration aux randonneurs.

Faites-le vous-même

Planifiez votre propre version de cette aventure dans le planificateur multi-jours en vous basant sur les étapes proposées dans cette Collection.

Le Tour du Queyras (GR58) en 7 jours - Jour 1 - De Ceillac à Saint-Véran

Le tour du queyras (gr58) en 7 jours - jour 2 - de saint-véran à ristolas, inscrivez-vous pour découvrir des lieux similaires.

Obtenez des recommandations sur les meilleurs itinéraires, pics, et lieux d'exception.

Le Tour du Queyras (GR58) en 7 jours - Jour 3 - De Ristolas à Abriès

Le tour du queyras (gr58) en 7 jours - jour 4 - de abriès à ville-vieille, le tour du queyras (gr58) en 7 jours - jour 5 - de ville-vieille à arvieux, le tour du queyras (gr58) en 7 jours - jour 6 - de arvieux à ceillac, le tour du queyras (gr58) en 7 jours - jour 7, fan de cette collection , commentaires.

Créez un compte komoot gratuit et rejoignez la conversation.

Collection Stats

  • Distance 111 km
  • Durée 48:10 h
  • Élévation 7 360 m 7 390 m

Vous aimerez peut-être

Le site de la Randonnée Itinérante

Gr ® 58 : 4 jours de randonnée pédestre dans le queyras.

Avec 130 kilomètres de sentiers balisés, le GR ® 58 est l'un des itinéraires des Alpes françaises les plus réputés. Suivez-nous pour quatre jours de randonnée dans le Queyras, de Saint-Véran aux Fonts-de-Cervières, à la rencontre de ses vallées fertiles façonnées par l’homme, ses alpages verdoyants, ses forêts foisonnantes, ses anciennes routes d’altitude et ses cols menant en Italie...

Jour 1 : de Saint-Véran à l’Échalp

Nous entamons notre randonnée sur le GR® 58 à Saint-Véran, petit village au coeur du parc naturel régional du Queyras. L’ombre de l’aiguille termine sa course sur les cadrans solaires. Stoïques, les gargouilles de l’église regardent passer quelques randonneurs qui musardent. « Il est plus tard que vous ne croyez », dit la devise de l’un des cadrans du quartier de Pierre-Belle, comme pour rappeler le temps écoulé et ses activités artisanales d’autrefois : vannerie, outillage, ébénisterie, ardoiserie, charpentes, agriculture, élevage de chèvres et de vaches…

De ce passé, demeurent de fières bâtisses, dont les balcons ajourés servaient à sécher foin et seigle. On vient aujourd’hui de loin pour admirer cette architecture unique de la « plus haute commune d’Europe ». Au reste, à la table du gîte, la plupart des promeneurs sont des habitués. « Quand on y a goûté, on revient toujours dans le Queyras », lance l’un d’eux. Revenir, repartir…

Au bout du hameau, une piste mène à la Chapelle de Clausis, puis vers le col de Chamoussière. À droite, les sommets toisent le randonneur : tête des Toillies, Rocca Bianca et pic Caramantran, frontière avec l'Italie. Sans s’annoncer, les prairies fleuries du col Agnel l’accompagnent tandis qu’au loin se détachent les Écrins. Rapidement, nous voilà au col Vieux d’où s'amorce la longue descente du vallon de Bouchouse. Les marécages qui entourent les lacs Foréant et Égorgéou regorgent de raretés comme le jonc arctique ou la laîche bicolore, vestiges de la glaciation. Cet écrin de verdure contraste avec l’austérité minérale de la crête de la Taillante, royaume des bouquetins. D'une vaste terrasse dominant la vallée du Guil, le chalet de la Médille regarde vers la face nord du Viso. Quelques pas encore et voici le gîte d’étape « 7 degrés Est » du hameau de l’Échalp, but de la première étape de cette randonnée dans le Queyras .

Jour 2 : de l’Échalp au refuge Jervis

Jadis, L’Échalp, dernier hameau de la vallée du Guil, était un point de passage des marchands qui vendaient leurs produits en Italie et des Piémontais qui venaient travailler dans le Queyras. A son tour, le randonneur délaisse le tracé du GR ® 58 pour sa variante italienne. Au tiers de la montée, le mélézin cède la place à une pelouse fleurie de rhododendrons.

Bientôt, apparaissent les ruines de l’un des six refuges « Napoléon », construits pour remercier la population haute-alpine de l’accueil fait à l’empereur lors de son retour de l’île d’Elbe. Las ! La montée vers le sommet de Praroussin s’effectue dans le brouillard. C’est même à l’aveuglette qu’il faut maintenant suivre un large chemin de muletiers. Au fond du vallon, se distingue la silhouette du refuge Jervis . Soirée dans la salle commune avec des compagnons transalpins qui s’abritent, eux aussi, du mauvais temps.

Jour 3 : du refuge Jervis au Roux d’Abriès

Demain est un autre jour. C’est sous le soleil que le randonneur quitte le vaste pâturage de Ciabot del Pra et file vers les pentes pelées qui le séparent du col d’Urine où le terrain schisteux efface le sentier à chaque fonte des neiges. Au terme d’une montée un peu monotone, une borne frappée d’une fleur de lys et d’une croix de Savoie rappelle les conflits entre les royaumes de France et du Piémont-Sardaigne. Un alpage amorce la descente côté français. Le sentier part en balcons pour rejoindre le GR ®  58 . Piquant vers la vallée, le randonneur traverse alors le bois Noir dont les fleurs ne peuvent que le ravir : trolles d’Europe, géraniums sylvestres... Aux abords du torrent du Bouchet et le Roux d’Abriès, le Gîte le Cassu est le terme de l'étape du jour.

Jour 4 : du Roux d’Abriès aux Fonts de Cervières

En remontant, dès l’aube, le vallon de la Montette, un troupeau de gasconnes aux yeux ourlés de noir nous regarde passer près de la chapelle Saint-Antoine. Au bout de l’alpage et de la passerelle enjambant le torrent, le randonneur devine le col des Thures qui culmine à 1000 mètres plus haut ! Surnommé « col de l’exode », les protestants queyrassins l'empruntèrent vers les principautés allemandes après la révocation de l’Édit de Nantes.

Trois heures d’effort sont nécessaires pour atteindre enfin la crête qu’il faut maintenant longer jusqu’au col de Rasis, dans un paysage devenu lunaire. Plus bas, les pics de la Font Sancte se reflètent sur la surface du lac de Costetes. Quatre patous inspectent, en jappant, le randonneur avant de le laisser passer. Celui-ci contourne le troupeau qui paît dans l’immense cirque de la montagne du Malrif. Au pied des pierriers, le chemin s’égare en plusieurs sentes mais le balisage blanc et rouge nous guide sans peine jusqu’à la crête des Eaux Pendantes.

Une pause avec vue sur le Grand Glaiza et ses presque 3300 mètres de haut. En contrebas, vers le vallon de Pierre Rouge, des marmottes mi-apeurées, mi-taquines, semblent donner l'alerte. Le torrent a beaucoup grossi. Depuis le Glaiza, il a recueilli l'eau d’innombrables sources, ces « fontaines » qui auraient donné leurs noms aux Fonts de Cervières. En outre, la pluie a repris. Elle tombera sans discontinuer jusqu'au gîte de Fonts , tenu par Gilbert, point ultime de ces quatre jours de randonnée dans le Queyras .

Découvrir le Queyras avec GR @ccess

Le GR ®  58, ou Tour du Queyras, f orme une boucle de 130 kilomètres sur le bassin versant du Guil. Parmi ses  quatre variantes, l'une fait une incursion en Italie.

Découpage : quatre étapes de 3h15 à 7h45, de Saint-Véran au hameau des Fonts de Cervières.

Topo-guide :   Pour continuer l'aventure, randonnez avec «  Tour du Queyras - Parc naturel régional du Queyras »

Topoguide FFrandonnée GR58 Tour du Queyras

Avertissements : le GR ®  58 traverse des zones pastorales. Respectez les troupeaux et les règles à suivre face aux chiens de protection. L’essentiel du parcours se situe dans le périmètre du Parc naturel régional du Queyras, n’enfreignez pas la réglementation .

Équipement : chaussures de randonnée à tige montante et semelles antidérapantes, bâtons de marche fortement conseillés.

À mettre dans le sac à dos : veste de pluie/coupe-vent, veste polaire, doudoune fine, chapeau, bonnet, gants, lunettes de soleil, crème solaire, trousse de premiers secours, lampe de poche, gourde, aliments énergétiques, sans oublier l’indispensable topoguide .

Infos pratiques

  • Accès : en voiture par la N94 jusqu’à Mont-Dauphin puis la D902 pour monter dans le Queyras. En train, arrêt à Montdauphin gare (Guillestre), puis bus jusqu’à Saint-Véran.
  • Dénivelés : sur ce tronçon flirtant avec la crête frontière, le Tour du Queyras montre son caractère sportif avec des dénivelés importants et des passages escarpés. Comme tout itinéraire de haute montagne, ne sous-estimez pas sa difficulté. Toutefois, la variété des hébergements proposés sur le parcours permet d’adapter la longueur des étapes.
  • Période : traditionnellement de juin à septembre, avec un pic de fréquentation entre la mi-juillet et fin août, pendant lequel il est recommandé de réserver les hébergements à l’avance. Au printemps, l’enneigement tardif peut interdire certains passages. L’automne est certainement la période la plus agréable, mais certains hébergements sont alors fermés. Renseignez-vous avant de partir.
  • Balisage : blanc et rouge des GR ® .
  • Topo-guide :  « Tour du Queyras - Parc naturel régional du Queyras » ed. FFRandonnée, réf.505, 13 e édition, 2015, 15,70 €

Sites et numéros utiles :

  • FFRandonnée Hautes-Alpes : 04 92 53 65 11 et www.ffrandonnee05.net
  • Office de tourisme du Queyras : 04 92 46 76 18 et www.queyras-montagne.com
  • Office de tourisme de Saint-Véran : 04 92 45 82 21 et www.saint-veran-queyras.com
  • Office de tourisme de Molines-en-Queyras : 04 92 45 83 22 et www.molinesenqueyras.com
  • Office de tourisme d’Abriès : 04 92 46 72 26 et www.abries-queyras.com
  • Parc naturel régional du Queyras :  04 92 46 88 20 et www.pnr-queyras.fr

Aller plus loin ...

GR ®  58, boucle au départ de Ceillac

À lire aussi

Gr ® 5 - traversée du massif des vosges, gr ® 58 - tour du queyras, ces gr ® qui sillonnent le parc national du mercantour, gr ® 5 : la vanoise de haut en bas.

Tour du Queyras (Hautes-Alpes)

Google Maps - Google Earth

106 122 vues au 23/01/21 - 180 075 vues au 9/03/23

GR58 Randonnée sur le Tour du Queyras (Hautes-Alpes) 1

Distance: 107km, Altitude maximum: 2888m, Altitude minimum: 1175m, Dénivelé cumulé montée: 7674m Cartes IGN: Guillestre Vars Risoul PNR du Queyras (3537ET). Mont Viso St-Véran Aiguilles PNR du Queyras (3637OT). Haut Queyras - Mont Viso (ASF8).

Sentiers aux allentours: GR®5 Du Luxembourg à la Méditerranée GR®5C De Névache à Briançon (Hautes-Alpes) GR®50 Tour du Parc National des Ecrins (Hautes-Alpes, Isère) GR®54 Tour des massifs de l'Oisans et des Ecrins (Isère, Hautes-Alpes) GR®56 Tour de l'Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes) GR®69 La Routo (Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-de-Haute-Provence) GR®653D Via Domitia

Mon GR

® Les sigles GR® GRP® PR, ainsi que les signes de balisages correspondants (blanc/rouge, jaune et jaune/rouge), sont des marques déposées par la   Fédération Française de la Randonnée Pédestre . Ils ne peuvent être reproduits sans son autorisation. La FFRP, reconnue d'utilité publique, regroupe les  associations qui créent et entretiennent les itinéraires de randonnées pédestres sur les GR® GRP® PR. Elle édite des topo-guides de ces itinéraires de  randonnée. Avec vos dons , soutenez les actions des milliers de baliseurs bénévoles de la FFRP.

GR-Infos.com est partenaire éditorial de MonGR.fr.

Facebook GR-Infos Randonnées

  • Soutien des randonneurs à GR-INFOS
  • GR-Infos App
  • Echanges internationaux entre Aubergistes

L'Etoile Maison d'hôtes en Lozère

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier , L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère , l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des chemins de randonnées GR®7 , GR®70 Chemin Stevenson , GR®72 , GR®700 Voie Régordane , Cévenol , GR®470 Sources et Gorges de l'Allier , Montagne Ardéchoise , Margeride . Nombreuses randonnées en étoile . Idéal pour un séjour de détente.

Copyright©gr-infos.com (Autorisation d'utilisation uniquement à usage privé)

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

TOUR DU QUEYRAS 6 JOURS : ITINéRAIRE ET TRACES GPS

  • Ecrit par Julie
  • Le 24 février 2021

15 commentaires

On ne le présente plus… Le Tour du Queyras ou GR58 est un des plus connus et réputés GR de France ! Collé à la frontière italienne juste un peu en dessous de Briançon, le massif du Queyras est un condensé de paysages incroyables ! Alpages verdoyants et lacs glaciaires, le tout entouré de nombreux pics escarpés et sommets de plus de 3000m. De quoi mettre l’eau à la bouche et s’affûter les mollets voire même se préparer et s’acclimater en vue d’une ascension d’un 4000m… Il existe plusieurs variantes pour réaliser le GR58, mais faire le  tour du Queyras en 6 jours, c’est un excellent compromis. Il est possible de faire le tour du queyras en 6 jours, en autonomie complète, ou en dormant tous les soirs en refuge.

MON TOUR DU QUEYRAS EN QUELQUES CHIFFRES :

6 jours 100 kms 6000m de D+

Il existe de nombreuses variantes et le tour du Queyras peut se réaliser en 6 à 14 jours.

Lors de ce trek de 6 jours, j’ai passé 3 nuits en bivouac sous tente, 1 nuit en refuge et 1 nuit en gîte. Bien entendu, il est possible de faire ce trek en autonomie complète ou en dormant en refuge pendant 6 jours.

Itinéraire tour du queyras

itinéraire de mon tour du queyras 6 JOURS

Jour 1 : ceillac (1640m) - col des estronques (2651m).

Temps de marche sans les pauses : 3h30 / 4h

Distance : 8km

Dénivelé positif : +1011m

Dénivelé négatif : -345m

L’installation de notre bivouac se fera un peu en contrebas du col à l’abri du vent et au bord d’un petit ruisseau, idéal pour le repas du soir.

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Jour 2 : Saint véran - Col de chamoussière (2884m) - refuge agnel (2580m)

Temps de marche sans les pauses : environ 5h30

Distance : 16,5km

Dénivelé positif : +1180m

Dénivelé négatif : -800m

La nuit se fera au refuge Agnel à 2580m d’altitude… Et oui on était parti pour un bivouac sous tente, mais finale de coupe du monde oblige : il fallait trouver une TV pour ne pas louper ça !

Tour du Queyras Jour 2

Jour 3 : refuge agnel (2580m) - Col Vieux - pain de sucre (3208m) - LACS FOréant et egorgéou - ristolas

L’ascension du Pain de Sucre à 3208m d’altitude est facultative. C’est un petit bonus pour les courageux qui veulent s’affûter les mollets et s’acclimater à l’altitude.

Temps de marche sans les pauses : environ 6h00

Distance : 14,9km

Dénivelé positif : +430m

Dénivelé négatif : -1500m

La nuit se fera dans un gîte du petit village de Ristolas (1604m). Il est également possible de dormir au refuge La Monta, un peu avant Ristolas.

Tour du Queyras en 6 jours

Jour 4 : Ristolas (1604m) - Abriès - Lac du Grand Laus (2580m) - Pic du Malrif (2830m)

Temps de marche sans les pauses : environ 5h30 – 6h00

Distance : 16,4km

Dénivelé positif : +1300m

Dénivelé négatif : -610m

La nuit se fera en bivouac, en contre-bas du pic du Malrif, dans une belle zone plane et verdoyante, au bord du torrent de Pierre Rouge. Le coucher de soleil y est absolument incroyable !

Tour du Queyras Jour 4

Jour 5 : Fonts de Cervières - Col de Péas (2629m) - Château Queyras (1380m)

Une journée au profil globalement descendant, u ne journée à faire souffrir les genoux…

Dénivelé positif : +570m

La nuit se fera en bivouac. On pensait dormir dans le camping de Château Queyras, finalement une fois sur place on s’est rendu compte que le camping n’existait plus… Enfin qu’il n’en restait plus grand chose. Tant pis on n’est pas les seuls, on décide donc de planter notre tente sur ce qui était auparavant un emplacement. Et pour ce qui est du repas qu’on pensait prendre à la guinguette du camping… On fera finalement quelques rapides courses à l’Intermarché du coin.

Tour du Queyras Jour 5

Jour 6 : Château Queyras (1380m) - Col Fromage (2301m) - Ceillac (1604m)

Temps de marche sans les pauses : environ 4h30

Distance : 13,8km

Dénivelé positif : +980m

Dénivelé négatif : -700m

Découvre Mes guides pour T'AIDER à ORGANISER TES TREKS

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Salut, on a découvert le Queyras l’an passé avec 7 jours sur Ceillac et on a adoré.On y retourne cette année mais pour explorer la vallée de Saint Véran. Le Queyras est une superbe région aux possibilités de balades nombreuses et variées, un paradis pour la randonnée en montagne .On se lancera peut être un jour en itinérance.Merci pour le topo et les photos, vous nous faites rêver.

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

benedicte catteau guerin

pouvez vous me conseiller une date pour faire ce tour? juin ?

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Bonjour Benedicte, nous l’avions fait en juillet, aux alentours du 14… Et nous n’avons pas croisé grand monde donc même juillet est une bonne option ! 🙂

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Marc Le Bouëdec

bonjour Julie De tres belles photos qui font rêver je suis inscrit sur ta new lettre, je t’ai suivi sur tes différents topo, vidéo, conseils et recommandations diverses. tout est superbement bien fait. j’ envisage de faire le tour du Queyras en 2022, pas en bivouac( dos trop fragile) mais en gites. Alors aurais tu sur chaque étapes la liste des gites à contacter. Merci d’avance Amicalement Marc LB

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Côme VILLAIN

Hello, Super itinéraire, on va se lancer cet été avec des amis, donc merci pour le partage ! Petite question : est ce que que des chaussures montantes sont obligatoires ? J’ai des chaussures d’approche basse et me pose réellement la question de partir avec celles ci ou de prévoir des montantes. Tout dépend des chemins empruntés…. Est ce que tu aurais une recommendation ? A titre perso je fais de la rando de temps en temps et j’ai l’habitude de randonner avec les basses sur des trek de quelques jours (mais jamais en haute montagne)

Merci d’avance pour tes conseils !!

Salut Côme ! Difficile à répondre, c’est assez au cas par cas… tout va dépendre du poids de ton sac mais aussi de la solidité de tes cheville… perso j’ai tendance à avoir l’entorse facile donc dès que mon sac dépasse les 8 kilos, j’opte pour les montantes ! Surtout si le terrain est un peu caillouteux. Sur le tour du Queyras les sentiers sont globalement très bons ! Bon trek à toi 🙂

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Merci pour votre blog qui va me permettre de suivre peu ou prou vos traces mais en automne !!

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Lors du tour du mont viso, j’avais approché de près le QUeyras notamment en partie de l’Echalp, hameau perdu au fin fond de Ristolas. On avait voulu aller au Pain de Sucre mais le temps en a décidé autrement, c’est partie remise. En tout cas, ça a l’air d’être le paradis du bivouac ! Belle aventure !

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Bonjour, Sur ce tour du Queyras, y a-t-il des endroits ou passages difficiles pour quelqu’un qui a le vertige ? merci

Bonjour, non aucune difficulté technique ni passage vertigineux ☺️👍🏼

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Bonjour.Julie, Tout d’abord merci pour le topo et la vidéo. Les paysages sont juste magnifique. Je réfléchissais à le faire et vous m’avez convaincu!!! Je compte le faire en juin, avec mon chien ( un golden) . Je voulais savoir si ce serait accessible pour lui dans la partie minérale? J’ai remarqué qu’il y avait pas de mal de sources . Encore merci pour toutes les infos.

Bonjour Aline ! Ravie si mon article et mon itinéraire vous ont inspiré ☺️👍🏼 ce trek ne présente aucune difficulté technique je pense qu’il ne devrait donc pas y avoir de souci avec votre chien. Idem pour les points d’eau 👍🏼

Aline Thiery

Merci pour votre réponse. Je vais pouvoir préparer mon trek avec tous vos conseils. C’est top!! Bonne continuation dans vos aventures que je vais suivre attentivement. 🥾🏕😊

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Le Tour du Queyras, c’est du sérieux ! Les lacs glaciaires te donnent envie de plonger et les pics escarpés te font sentir tout petit! Et ce coucher de soleil au lac du Grand Laus, c’était digne d’une carte postale ! Personnellement mes mollets s’en souviennent, mais ça en valait la peine !

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Bonjour Julie ! Merci beaucoup pour la trace GPX de la rando, on avait que 6 jours devant nous et on a adoré. Je fais beaucoup de rando sur plusieurs jours et je crois que celle la a été ma préférée : de l’eau (beaucoup d’eau), des fleurs, des paysages à couper le souffle, des beaux villages … Bref on recommande à fond ! Merci encore Alex

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire *

Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.

Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par e-mail.

Ca pourrait aussi t'intéresser...

Pico Arieiro et pico ruivo Madère

Randonner à Madère : Top 7 des plus belles randos à faire sur l’île

Pico grande madère

Le Pico Grande à Madère : une rando coup de coeur hors des sentiers battus

Tour du Queyras en 6 jours

Le Tour du Queyras en 6 jours : itinéraire et traces GPS

Rando raquettes dans les vosges

Rando raquettes dans les Vosges : du Hohneck au Schiessrothried

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Tour de Mafate : itinéraire d’un trek de 5 jours

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Tour des Fiz : itinéraire d’un trek de 4 jours en autonomie

Logo I-Trekkings

  • Recherches avancées de Carnets Outdoor
  • Les derniers carnets
  • Moyen-Orient
  • Comparateur de billets d’avion
  • Canoë, Kayak, paddle & Rafting
  • Raquettes à neige
  • Ski de Randonnée & Splitboard
  • Ski de randonnée nordique
  • Vélo & VTT
  • Test chaussures de randonnée
  • Test sacs à dos
  • Test sacs de couchage
  • Test sous-vêtements techniques
  • Test tentes
  • Test vestes imperméables
  • Autres types de produits
  • Par Marques
  • Actualités sur la Randonnée, le Matériel et l’Outdoor
  • Conseils sur la Randonnée, le Matériel et l’Outdoor
  • Livres et topoguides
  • Déconnexion
  • Mot de passe Perdu
  • Edition de mon profil
  • Devenir membre
  • Devenir auteur
  • Classement des membres

Tour du Queyras (GR 58 ®)

Télécharger la "trace gps tour du queyras " (téléchargement :4579 fois).

Carnet de trekking du Tour du Queyras (GR 58) à pied réalisé en solitaire. Ce sentier de randonnée dans les Alpes du sud passe par une des plus belles régions des Alpes françaises. En dépit de son altitude élevée, le GR 58 traverse de jolis villages pastoraux, des forêts de mélèzes et des alpages peuplés de marmottes. Un grand classique !

Le Queyras est une magnifique région de montagne située dans les Alpes du sud. Il fait saillie dans le territoire italien qui l’entoure à l’est, au nord et au sud, et avec lequel, il ne communique que par des cols situés à des altitudes supérieures à 2273 m. Le Queyras est relié au reste du territoire français par une route unique. Cette isolement fait du Queyras un territoire au développement “a tout va” limité.

Tour du Queyras

La zone est d’ailleurs qualifiée en parc naturel régional afin de concilier les aspects économiques, sociales et naturelles de la région. Le coin mérite d’être protéger, il est splendide.

Le temps d’une semaine, j’ai parcouru le tour du Queyras (GR 58). En voici le récit…

Note : les temps de marche correspondent au mien et non pas au temps moyen des topo-guides.

GR58

Ceillac – Saint-Véran

7h15, je quitte le gîte des Baladins et traverse Ceillac (1639 m). C’est un charmant village de montagne au confluent du Cristallin et du torrent du Mélézet. Jolie église Saint Sébastien.

Je sors de Ceillac par le nord par une petite route qui longe le Cristallin. Le sentier part ensuite sur la gauche et rejoint le Villard, petit hameau de quelques maisons.

GR58

Je laisse les sentiers qui rejoignent les cols de Bramousse et du fromage et poursuis car le col des Estrongues (2651 m). J’atteints les hameaux de Tioure et de Rabinous et passe un bosquet de mélèzes.

Le sentier part ensuite sur la gauche et serpente à travers une épaule herbeuse. Au pied de celle-ci se trouve un agréable emplacement de bivouac. Je suis au col après 2h15 de marche. Je m’assois au pied d’un rocher et profite de la vue pendant ma pause de 15 minutes.

Marmotte

Je reprends ma route  à travers la rocaille puis le pâturage peuplés de marmottes. Le sentier traverse un bosquet de mélèzes qui constitue encore une fois un lieu idéal pour bivouaquer, puis atteint le rif du Lamaron que je traverse. A la sortie du bois de Moulin (1849 m), il me reste 140 mètres de dénivelé positif pour arriver à saint Véran.

Je m’installe à l’hôtel Beauregard (aujourd’hui fermé !) au pied de la plus haute commune d’Europe où est donné le pain de Dieu. Ce village jouit d’une belle église et de chalets traditionnels disposant à l’étage de grands séchoirs à fourrage à bois.

Saint-Véran

Saint Véran – Refuge Agnel

Petit-déjeuner à 8h00 ce matin dès l’ouverture du restaurant de l’hôtel pour un départ tardif à 8h30. je traverse Saint Véran. Au petit matin, les ruelles ne sont arborées que par les randonneurs. au parking de Sainte Luce, je bifurque plein sud pour rejoindre le torrent de l’Aigle Blanche à hauteur du pont Vieux (1953 m). Le sentier longe le cours d’eau en montant légèrement jusqu’au pont de l’Aigue Blanche (2340 m).

Saint-Véran

Les chemin est plus ardu ensuite. De nombreuses marmottes ont élu domicile dans les alpages. A hauteur du rocher des Marrons, je laisse la variante du GR 58 de côté et prend le sentier principal qui me conduit au col de Chamoussière (2884 m). J’y suis en 2h30.

Queyras

Du col, belle vue sur le Pain de Sucre (3208 m), le pic d’Asti (3220 m) et le Mont Viso (3841 m) à la cime enneigée. Je m’attarde un instant pour casser la croûte. En contrebas, j’aperçois la route qui passe jouxte le refuge Agnel.

J’entame la descente dans le gigantesque pierrier qui peut s’avérer dangereux par mauvaises conditions climatiques (pluie, neige, brouillard). Le sentier gagne enfin la prairie, bifurque vers le nord ouest pour atteindre le confortable refuge Agnel . En chemin, belle vue sur les sommets des Ecrins.

Malheureusement, l’accueil du refuge est impersonnel. Les propriétaires ont même refusé un randonneur à 20h00 car le refuge était complet. N’aurait-il pas oublié le sens du mot refuge ?

Refuge Agnel – Ristolas

7h30, premier départ. Je traverse la route et commence ma montée au col Vieux (2806 m). A mi parcours, je stoppe subitement ma progression. Je me rends compte que j’ai oublié ma casquette au refuge. Je dépose le sac à dos derrière un rocher et redescend.

Linaigrette

8h00, second départ. Le bon cette fois-ci, casquette sur le crâne. Je récupère mon sac et poursuit vers le col. Je coupe le ruisseau de l’Eychassier et m’arrête un peu plus loin dans un encaissement du cours d’eau. A cette endroit, une pelouse de ligrainettes s’est formée. je reste quelques instants à apprécier différents angles de vue.

Queyras

J’atteints le col et préfère renoncer à monter le Pain de Sucre car le ciel est noir à 360 ° et des orages ont été annoncés. Je descend le sentier caillouteux et longe la rive ouest du lac Foréant (2618 m). A l’extrémité nord du lac, des randonneurs désinstallent leur bivouac. L’endroit est en effet idéal pour planter la tente. Je me pose quelques instants à regarder les marmottes vaquées à leurs occupations matinales. Le gros des nuages noirs ont été balayés par le vent.

Marmotte

Le chemin se poursuit à flanc longeant le torrent de Bouchouse et atteint une barre schisteuse. Le lac Egorgeou (2394 m) est en contrebas. Je le longe par l’ouest puis par l’est pour atteindre le lac Baricle. Pause pique-nique à admirer les reflets du ciel dans sur les plans d’eau. L’endroit est de tout beauté !

Je reprend le chemin. La descente s’accentue et atteint rapidement les premiers mélèzes. Dans le prolongement de la vallée du Guil, belle vue sur le Mont Viso si le temps est dégagé (préférez la fin d’après-midi). La descente devient lassante. J’atteints le pont du Guil (1687 m) et poursuit à flanc de la D 947 pour atteindre Ristolas où je passe la nuit au Quey’r de l’Ours . Le gîte hôtel organise également des randonnées avec des lamas de bats. De quoi ravir petits et grands !

Ristolas – Abriès

8h05, je franchis le Guil puis emprunte la départementale à gauche sur 200 mètres pour m’enfoncer à droite dans un chemin qui monte (Attention : balisage situé en renfoncement dans le sentier). L’itinéraire assez raide au départ  traverse des espaces d’herbes jaunis par le soleil, passe à proximité de l’étang de Moussou et monte en zig-zag à travers une forêt de mélèzes avant d’atteindre les premières pistes de ski de la petite station d’Abriès.

Queyras

J’aboutis au collet de Gilly (2366 m) après une montée d’1h40. Petite pause. Je quitte le col par l’est ) traves une langue herbeuse d’où s’enfuit des dizaines de marmottes.

Queyras

Le sentier continue par le bois Noir et le bois de la Brune en empruntant en partie une piste forestière, puis quitte la forêt pour tomber sur le village d’Abriès.

Comment soutenir I-Trekkings ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin et pensez à accepter les cookies de nos partenaires dès l’arrivée sur leur site). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici .

Le top de nos partenaires pour vous équiper :

  • Alltricks : Déstrockage sur plus de 4 300 produits.
  • Cimalp : Jusqu’à-50% jusqu’au 25 mars sur une sélection d’articles de Trail.
  • Ekosport : -20% supplémentaire sur les nouveautés Trail & Running avec le code NEW20.
  • I-Run : Race’s Days – Réduction jusqu’à -50% sur la Randonnée, le Trail, le Running.
  • Les petits Baroudeurs : La Boutique Outdoor pour équiper vos enfants et petits enfants.
  • Lyophilise & Co : La boutique spécialiste des plats lyophilisés & du bivouac (-10% sur les lyophilisés avec le code LYO10).
  • Snowleader , The Reblochon Company : -10% sur tout l’univers Ski de Rando avec le code TOURING10.
  • Trekkinn  : 10 000 bons plans

Le top de nos partenaires pour partir en rando et en trekking :

  • Allibert Trekking (Agence de voyage basée dans les Alpes, spécialiste rando, trekking et voyages d’aventure)
  • Atalante (Spécialiste du voyage d’aventure, de la randonnée et du trek)
  • Chilowé (le spécialiste de la micro-aventure en France)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (Randonnées dans les Pyrénées et rien que les Pyrénées)
  • Travelbase (Agence de voyage pour des aventures à vivre en groupe ou en solo, et avec l’esprit Travelbase)

Installation et douche au gîte le Villard avant de manger un morceau au resto les Marmottes. je croise d’autres randonneurs avec qui j’avais fait connaissance auparavant. Deux d’entre-eux me font part encore une fois du refus du refuge Agnel de les accepter en invoquant des normes européennes drastiques. Mais où va t-on ?

Queyras

Globalement, une journée moins intéressante que les précédentes : pas de panoramas époustouflants, présence de piste de ski, manque de variété des paysages. Une journée de transition, ni plus ni moins. A  éviter lors du tour du Queyras !

Abriès – Fonts de Cervières

7h45, je sors d’Abriès par le calvaire qui surplombe le village. Je dépasse les quatre randonneurs prêtres rencontrés au gîte hier et monte par le chemin en balcon.

Tour du Queyras

Je passe devant la minuscule chapelle de Notre Dame des 7 Douleurs. Tranquillement, j’arrive au hameau quasi abandonné de Malrif. La montée se poursuit sous les mélèzes, longe le torrent du Malrif et tombe sur la Bergerie de Bertins (2040 m) qui constitue un jolie lieu de bivouac.

Tour du Queyras

Je suis parti depuis 1h10. La pente s’accentue jusqu’au col du Malrif. Entre temps, je passe par le jolie lac du Grand Laus (2579 m) qui offre un panorama époustouflant sur plusieurs sommets français et italiens. Arrêt d’une heure pour flâner des yeux…

C’est reparti. Vingt minutes après je suis au col (2830 m). Je le passe et descend dans le pierrier et rejoins les alpages. Je suis le torrent de Pierre Rouge jusqu’au Fonts de Cervières (2040 m), agréable hameau de chalets d’alpage traditionnels. Au refuge (Tél : 04 92 21 32 82) : accueil sympathique, personnel attentionné, bonne cuisine. Une adresse sympa !

Fonts de Cervières – Refuge de Furfande

6h20. Le réveil sonne. Je suis dans le choux. Difficilement, je m’extirpe du sac à viande, m’habille en essayant de ne pas faire trop de bruit et part prendre mon petit-déjeuner.

J’envisage de sauter l’étape de Brunissard et de me rendre directement au refuge de Furfande. Les propriétaires du refuge me conseille de passer par Arvieux. C’est plus court !

7h05, je démarre la journée. Il caille. Cette nuit, ça a gelé !

GR58

Je monte tranquillement au col de Péas (2629 m) par les alpages (1h15). Je téléphone au refuge de Furfande pour savoir s’ils ont de la place. Il m’était impossible de téléphoner plus tôt, le portable ne passait pas. Le refuge est plein mais il me réserve une tente. J’annule mon passage à Brunissard et laisse un message sur le répondeur de ma compagne restée à la maison.

En descendant, je passe sous la crête de Clot Chamaurie (2850 m) par les alpages envahis de marmottes et rejoins Souliers par une forêt de mélèzes. Au village, je quitte le GR 58 et prends le GR 5 pour rejoindre Arvieux. J’empreinte une piste carrossable jusqu’au très jolie lac de Roue où je m’arrête un instant. A la pointe sud du lac, je m’engage sur le GR 5 qui poursuit vers le nord.

Queyras

A la sortie du village Les Maisons, je prends la route qui conduit à Arvieux. Petite halte chez Proxi pour acheter des journaux et se tenir au courant des nouvelles du monde. Je bois un coca à une terrasse de café et repars par une variante du GR 58.

Je suis sur une piste carrossable, la quitte pour reprendre un sentier qui pénètre au coeur du bois de Devez. Je passe la cabane du plan de Wallon et longe le torrent du même nom. Devant moi avance dans la même direction un énorme troupeaux de moutons encadré par deux patous. J’hésite à avancer suite à une mauvaise expérience rencontré avec un chien de berger dans les Pyrénées.

Queyras

Le troupeau avance à pas lent, je me décide à partir à leur rencontre. Je les dépasse et continue jusqu’au col de Furfande (2500 m). Entre temps, un vent froid s’est levé et des nuages noirs ont fait leur apparition. Quinze minutes plus tard, je suis au refuge de Furfande, attablé devant une tarte au citron.

Le refuge (Tel : 04 92 45 25 44) est tenu par Laure, compagne de Michel Zalio , guide de haute montagne et photographe. Il a notamment édité un très beau livre sur le Queyras ( Queyras : singulier et pluriels ) et plusieurs ouvrages sur le Sahara.

Refuge de Furfande – Ceillac

Journée morose pour cette dernière journée : je pars sous les nuages. je descend au col de la Lauze (2076 m) et poursuis sous la pluie jusqu’au village des Escoyères. L’itinéraire continue sur une route en lacet, traverse la D902 et monte à Bramousse. Petite halte au gîte pour prendre une tarte et je repars aussi sec.

Queyras

Je monte tranquillement jusqu’aux chalets de Bramousse où les pentes sont envahies par les vaches. Le chemin grimpe à travers le bois de Souillet pour atteindre le col de Bramousse (2251 m) et  descend sur Ceillac. A mon arrivée, le ciel bleu est revenu, histoire de finir la randonnée sur une bonne note.

Informations pratiques Tour du Queyras

Mont point de vue sur le gr58.

Le tour du Queyras est un très bel itinéraire de randonnée.Il se réalise généralement en huit jours par son parcours classique. Je conseille de supprimer l’étape en boucle entre Ristolas et Abriès, ce qui amène la randonnée à sept jours. Les bons marcheurs pourront faire le tour du Queyras en 4/5 jours avec un bon rythme et de longues journées de marche. C’était ma toute première randonnée itinérante en solo.

Le tour du Queyras est un sentier de randonnée de moyenne montagne de niveau plutôt facile. Toutefois, en montagne, les conditions climatiques peuvent aggraver la difficulté du terrain. Il faut en être conscient. Mieux vaut donc partir tôt.

Tour du Queyras,GR58

Balisage en rouge et blanc bien entretenue. Pas de difficulté particulière pour s’orienter et trouver son chemin par beau temps.

Hébergements

Vous pourrez retrouver tous les hébergements sur le site http://www.queyras.com/ et www.pnr-queyras.fr

Période conseillée

Cet itinéraire est accessible de mi-juin à septembre pour la randonnée pédestre et l’hiver pour la raquette. Préférez juin, début juillet ou septembre pour éviter la foule estivale.

Tour du Queyras,GR58

Ne vous surchargez pas inutilement en vêtements. Pensez sécurité et protection. Pour le reste, économisez au maximum. Voici le sac à dos que je conseille pour faire le tour du Queyras l’été en gîtes d’étape et refuges (55 / 60 litres suffisent) :

Pour la tête

  • Une casquette
  • Une paire de lunettes de soleil indice 3
  • Une lampe frontale

Pour le buste

  • Des sous-vêtements type Carline Millet ou Merinos (séchage rapide) : 2 manches courtes et 1 manche longue
  • Un pull polaire (excellent rapport poids / isolation)
  • Une veste type Gore-tex (imperméable et respirante)

Queyras

Pour les mains

  • Une paire de gants léger

Pour les jambes

  • Un pantalon de montagne
  • Un collant thermique

Pour les pieds

  • Des chaussures de randonnée imperméables, à tige montante pour un bon maintien de la cheville
  • Des chaussettes de marche
  • Une paire de chaussures légères pour le soir (les gîtes et refuges en disposent mais c’est plus agréable d’avoir les siennes)
  • Un drap-sac
  • Des bâtons de marche téléscopiques
  • Une paire de lacets de rechange, une aiguille et du fil
  • Une trousse de toilette et une serviette de bain absrobande
  • Du papier toilette et un briquet
  • Une gourde de 1,5 litres ou plus
  • Un couteau de poche
  • Des pastilles pour purifier l’eau (Micropur ou Hydrochlonazone)
  • Une couverture de survie (modèle renforcé)
  • Cartes et/ou topo-guide et un livre

GR58

  • De la crème solaire visage et lèvres, Elastoplaste, pansements et double peau (Compeed)
  • Un antidiarrhéique (Immodium, Ercéfuryl), un antalgique (Aspirine, Doliprane)
  • Du collyre (Uveline ou Antalyre)
  • Un médicament pour la gorge (Locabiotal, Lysopaïne)
  • Des antibiotiques à spectre large
  • Anti-inflammatoires
  • Antalgiques
  • Une pince à épiler
  • Des médicaments personnels liés à une maladie ou un problème de santé spécifique
  • des bouchons d’oreille

Bibliographie

  • Topo-guide Tour du Queyras (FFRP) : Bien conçu, j’ai réalisé le tour du Queyras avec le topo-guide. Par beau temps, il peut s’avérer suffisant.
  • Cartes IGN :  Mont Viso 3637 OT – Guillestre 3537 ET – Briançon 3536 OT
  • Queyras : singuliers pluriels de Michel Zalio : Il emmène le lecteur avec sa plume et ses photos, sur les chemins et les sentiers, dans les villages et les alpages, découvrir, regarder, sentir, juste pour le plaisir.

Sites internet

  • Parc Naturel régional du Queyras : Le site du Parc Naturel Régional
  • Portail touristique sur le Queyras : Pratique pour organiser vos réservations d’hébergement
  • Fleurs des Alpes : Pour en savoir plus sur les fleurs des Alpes et du Queyras

Tour du Queyras

L'ARTICLE VOUS A PLUS ? PARTAGEZ LE !

Grégory Rohart

Grégory Rohart

Philippe Manaël

Le Queyras m’évoque à la fois une randonnée estivale de 6 jours en Italie qui s’est terminée dans le parc naturel du Queyras, précisément au refuge Agnel. Puis une autre fois autour de Molines pour une semaine en raquettes au Nouvel An (Saint-Véran, alpage de Clapeyto, col des Prés de Fromage…)

Ça me donne envie du coup de les partager sur i-trekkings ! La beauté des paysages et les pistes à arpenter encouragent un confinement saisonnier 😉

Le Queyras, c’est unique aux 4 saisons… Tiens je ne connais pas encore à l’automne, ton commentaire me donne des idées 🙂

Minacz

Un peu plus qu’une “rando de moyenne montagne assez facile”, non ? T’avais quand même du D+ 900/1000m sur des étapes courtes de moins de 15 bornes…

C’est une randonnée de moyenne montagne. Le terrain ne présente pas de difficultés particulières. Après, ça reste la montagne avec des cols assez élevé. Parfois c’est raide. Bon à l’époque, j’avais bien la caisse… 🙂

' src=

Bonjour, Super topo ! à quel moment de l’année, la randonnée a t-elle eu lieu ? Est-ce envisageable fin mai ? (Même avec des passages sur névé et zones de neige importantes)

Salut Adrien,

J’ai réalisé la rando fin juillet ou début août, je ne sais plus exactement. Fin mai, on ski encore parfois. C’est vraiment tôt pour faire le tour du Queyras. Il serait préférable d’attendre mi-juin (et il y aura encore des névés, notamment en face nord).

' src=

Je me demandais ce que vous aviez dépensé en termes d’hébergement et nourriture pour ce trek, ça pourrait être pratique pour planifier le voyage à mon tour. Merci d’avance

Salut Jules,

Cela fait pas mal d’années mais compte en moyenne 50/60 € par jour pour la nuit et la demi-pension dans les hébergements + l’achat pour le pique-nique du midi. 75€ par jour en voyant large.

' src=

Bonjour , tres beau topo qui donne envie😁😁 . Je pensais faire un micro tour de 4 jours avec ma fille , en marchant correctement sans etre en trail . Quelles etapes conseilleriez vous ? Merci

Difficile de répondre. J’ai tout aimé sur le tour du Queyras. En 4 jours dans le secteur et toujours dans le Queyras, vous avez le tour du Pain Perdu ou en 3 jours, le Tour des Pics de la Font Sancte : https://www.i-trekkings.net/carnet-outdoor/tour-des-pics-de-la-font-sancte/ 😉

' src=

Hello, ça donne vraiment envie ;)) faisable en bivouac? Merci

Oui tout à fait faisable en bivouac 🙂

' src=

Bonjour, Vous avez pris de belles photos, quel matériel avez vous utilisé pour photographier, sachant ce matériel pèse un certain poids qui se rajoute à tout le reste. Bravo pour le descriptif détaillé de cet itinéraire.

Bonjour Marc,

C’était avec un bridge à l’époque, un Panasonic DMC-FZ30.

' src=

Bonjour, quel sac de rando avez vous utilisé pour réaliser le tour de Queyras ? Un sac de 45L est-il suffisant pour 7j en nuit refuge ? Merci beaucoup

Oui, 45 litres c’est largement suffisant. Il ne faut prendre que ceux qui est nécessaire. Cet article peut t’aider à choisir quoi mettre dans ton sc à dos https://www.i-trekkings.net/articles-outdoor/comment-faire-un-sac-a-dos-leger/ 🙂

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Me prévenir lorsque de nouveaux commentaires sont ajoutés.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées .

I-Trekkings vous conseille aussi

Tour du Queyras,GR58

Suivez I-Trekkings sur les réseaux sociaux

Recevoir la newsletter.

Tour du Queyras

Tour du Queyras logo

Randonnée sur le tour du Queyras

Informations &  conseils pour réussir votre tour du Queyras

Faire le tour du Queyras ...

randonneurs tour du Queyras

Avec un âne

tour du Queyras raquettes

En raquettes

Le tour du parc naturel régional du queyras.

Le GR58 est un sentier de grande randonnée qui permet aux randonneurs de faire le tour du Queyras . Lors du Tour du Queyras, les randonneurs évolueront sur des étapes de moyenne montagne de gîtes en refuges.  L'itinéraire au départ du village de Ceillac , vous amènera étape après étape à la découverte des vallées du Queyras entre cols, lacs et pics. 

Randonnée entre France et Italie, le sentier du Tour du Queyras vous fera découvrir des paysages de moyenne montagne avec en toile de fond des forêts de mélèzes, des pâturages, des chalets d'alpages, le Mont-Viso ... Le soir, après une belle journée de marche en montagne, vous ferez étape dans les hébergements du Queyras réputé pour leur accueil et la qualité des repas. Dans les villages et hameaux, l'hébergement est possible en gîte ou en hôtel. Certaines étapes en altitude vous feront passer la nuit dans l'un des 4 refuges du Tour du Queyras (Refuge de la Blanche, Col Agnel, Furfande et Fonts de Cervières).

 Sur le tour du Queyras, vous découvrirez les traditionnels villages du Queyras : Ceillac, Arvieux, Château Ville Vieille, Aiguilles, Abriès-Ristolas, Molines en Queyras. Sans oublier Saint-Véran, la plus haute commune d’Europe, qui culmine à 2050m d’altitude.

Carte des étapes du tour du Queyras

L'itinéraire du tour du Queyras peut varier selon la durée dont vous disposez et votre niveau, la marche sur le circuit va de 4 à 12 jours.

Le départ sac au dos se fait du village de Ceillac dans les Hautes-Alpes.

Carte étape tour du Queyras GR58

Détail des étapes de randonnée : Étape de randonnée de Ceillac - Col des Estronques - Saint-Véran (Dénivelé 1150m) Trek de Saint-Véran - Lac de la Blanche - Col de Chamoussière - Refuge du Col Agnel (Dénivelé 960m) Trek du Refuge du Col Agnel - Col Vieux - Lac Foréant - Lac Egorgéoux - L'Echalp (Dénivelé 250m) étape de randonnée de L'Echalp - Crête de Gilly - Abriès (Déniv 900m) étape de randonnée d'Abriès - Lac Malrif - Col Sans Nom - Refuge des Fonts de Cervières (Déniv 1300m) Randonnée du Refuge des Fonts - Col de Péas - Hameau de Souliers (Déniv 700m) Randonnée du Hameau de Souliers - Col du Tronchet - Arvieux (Déniv 550m) Trek Arvieux - Col de Furfande - Refuge de Furfande -  Bramousse (Déniv 1250m) Trek de Bramousse - Col de Bramousse - Ceillac (Déniv 750m)

Carte des hébergements du tour du Queyras

Sur chaque étape, vous pourrez choisir entre passer la nuit en gîte, auberge, refuge ou hôtel

Liste des hébergements du Tour du Queyras : Hébergement de la vallée de Ceillac, Hébergement de la vallée de Saint-Véran, Col Agnel, Hébergement de la vallée du haut-guil, gîtes de la vallée d'Abriès, refuge des fonts de Cervières, gîtes de Souliers, gîtes de la vallée d'Arvieux, Gîte de Bramousse

map-846083.jpg

Agence de voyage spécialiste du Queyras

Tout savoir sur le tour du queyras, les étapes, les hébergements, idées de séjours, forum de discussion sur le tour du queyras, question sur une étape.

Tour du Queyras en 7 jours (GR 58)

Proche de la frontière italienne, le Queyras est un parc naturel régionnal situé dans le département des Hautes-Alpes (05) au sud des Alpes. A l'instar de son voisin des Ecrins, le massif du Queyras nous offre une diversité de paysages alternant fôrets de conniferes, longues étendues herbeuse et décors lunaires. Son taux d'ensoleillement est également un argument attrayant, puisqu'il est proche des 300 jours par an.

Le Queyras est situé à une altitude moyenne de 2200m, et est constitué de 8 communes.

Le circuit de grande randonnée numéro 58, permet de faire le tour du parc régional tout en traversant la plupart des villages que composent le Queyras.

Un peu moins fréquenté que le tour du Mont Blanc, et sûrement plus accessible que le GR20, le tour du Queyras est pour moi l'idéal afin de m'expérimenter sur un circuit de grande randonné en saison estivale.

La randonnée se pratique généralement sur une durée de 7à 10 jours. Les guides donnent pour départ "officiel" la commune de Ceillac, mais il est bien évident que le GR58 peut se démarrer ailleurs étant donné qu'il s'agit d'un circuit.

Ce circuit est de plus en plus pratiqué par les trailleurs ainsi que par les vététistes, qui font l'ensemble du circuit en quelques jours seulement.

Enfin, bien qu'ayant pour but personnel de bivouac en pleine nature ou en camping, il faut savoir qu'il est tout à fait possible d'effectuer le GR tout en faisant étape dans les gites et refuges présent tout le long du parcours.

Arrivée à Aiguilles

J'arrive à Aiguilles, le lundi 15 juillet, vers 19 heures, après environ 9h de route depuis mes Vosges natales.

Aiguilles, village où séjournent mes parents depuis quelques années, est mon pied-a-terre et lieu de départ pour ce GR. Bien que n'étant plus sur l'itinéraire « officiel » du tour du Queyras, la variante indiquée sur les guides permet de rejoindre très facilement le trajet du GR qui descend du col de Péas, en prenant la direction de Souliers.

Situé en plein cœur du Queyras à une altitude de 1450m, Aiguilles est un petit village typique de 450 habitants qui a la particularité d'accueillir un centre hospitalier et une pharmacie, la seule de la vallée.

Je fais un rapide tour à pieds dans les rues plutôt calme du village où je suis étonné de constater que les sommets au loin sont complètements enneigés, ce qui est plutôt rare à cette période de l'année.

Après un dîner, riche en féculents, je décide logiquement de me coucher tôt afin d’être en forme pour la semaine de randonnée qu'y m’attend.

J1 : Aiguilles → Bergerie de Souliers :

920m de dénivelé positive | 19,3km | 5h45min

Avant mon départ, je fais un tour à la supérette, où j’achète mon pain ainsi qu'une bouteille de gaz, qu'il manque à mon matériel. Je démarre officiellement mon trek juste avant 9h et pars en direction de Souliers. Le temps est au beau fixe, ce qui me permet, comme la veille, d'admirer de beaux paysages embellis par les sommets enneigés.

Le début de la randonnée est agréable. En plus de l’excitation lié au départ, je profite d'un dénivelé positif plutôt faible. Après environ 1h30 de marche, j’aperçois Chateau-Queyras, en contrebas. J’atteins le hameau des Meyries (1701m) puis celui du Rouet.

Après avoir passé la bergerie de Péas, où se trouve un embranchement permettant de rejoindre le col de Crèche, je parviens au passage d'un torrent, où je décide de déjeuner. Sitôt que je quitte mon lieu de pique-nique, un jeune couple, s'empresse de s'y installer. L'endroit devait être attrayant.

À partir de là, les chemins sont plus raides et le dénivelé beaucoup plus fort. Je ressens mes premières douleurs, certainement liées au poids du sac, à la hanche droite.

Après environ 1h de montée, je rejoins le lieu dit «La Cuche» (2270m), le point culminant de cette première étape, qui fait la jonction avec le parcours officiel du GR58, descendant du col de Péas.

S'ensuit une longue descente qui se fait de manière plutôt « tranquille » dans une forêt de Mélèze, me conduisant à Souliers peu avant 15h.

Souliers (1844m), hameau de Château-Ville-Vieille, accueille quelques gîtes étapes, parmi lesquels, le Grand Rochebrune, où je décide de faire une pause pendant laquelle je commande une bière locale : « La sauvage Ambrée ». J’apprécie la cruche d'eau, apporté par le serveur, geste spontané sûrement réservé aux randonneurs, et qui me sera proposé à plusieurs reprises tout le long de mon séjour, sans que j'en fasse la demande.

Après avoir pris quelques notes je continue mon chemin sur le GR. J'atteins les bergeries de Souliers environ une heure après avoir quitté le hameau et je décide de planter ma tente près d'une rivière un peu plus loin.

Mon lieu de bivouac, isolé et discret, est parfait. Je profite du cours d'eau pour nettoyer quelques vêtements et me laver sommairement. Après avoir mangé, la nuit ne tarde pas à tomber, il n'en faut pas plus pour me pousser à rejoindre ma tente.

J2 : Bergerie de Souliers → Les Escoyères

1120m de dénivelé positif | 22km | 6h40min

Je suis réveillé par le soleil aux alentours de 7h30. Malgré l'absence de pluie, ma tente est très humide, du à ma proximité avec la rivière. En rangeant mon camp, j'aperçois des trailleurs passer sur le chemin des bergeries, non loin de moi. Je reprend ma route peu après 9h.

J'atteins, le col du Tronchet (2347m), le premier col de mon GR, moins d'une heure après mon départ, puis entame la descente. Je ne croise pas grand monde excepté le couple rencontré la veille, que je double juste avant d'arriver à Brunissard.

Il est encore tôt mais je décide de déjeuner dans le hameau de Arvieux, avant d'entamer l'ascension du col de Furfande. Je fais halte « Chez Marius », snack/bar au personnel sympathiques. Deux groupes de randonneurs, y font halte également. L'un d'eux, envisage l'ascension du Col de l'Izoard, et, me voyant bien chargé, me demande des informations sur mon matériel. L'autre groupe, composé de deux jeunes hommes, semble plus se la couler douce, et semble confiant sur la montée du col col de Furfande, qu'il espère faire en 3h alors qu'il est indiqué à au moins 4h de marche.

Après avoir rapidement avalé un panini, je fais le plein d'eau à la fontaine du hameau et reprend la route qui s’élève doucement sur un sentier en balcon, permettant d’apercevoir Arvieux.

J'arrive au torrent de Combe Bonne moins d'une heure plus tard. À partir de là, le chemin devient beaucoup plus dur jusqu’au contournement de la crête de l’Échelle. J'entame ensuite une descente censé m'amener dans la vallon de Champ la Maison. La pente est relativement dangereuse, notamment à cause de pierriers, éboulis de pierres. Après avoir évité quelques glissades, je ne peux éviter la chute quelques instants plus tard, heureusement sans gravité.

Une fois le chemin pastoral atteint, je commence la longue ascension du col. Les derniers cents mètres de dénivelé sont vraiment dur. C'est à ce moment que les deux jeunes hommes rencontrés plus tôt me doublent. Ils me reconnaissent et me saluent gentiment. Je parviens au col de Furfande (2500m) m'offrant un très beau diaporama sur plusieurs sommets des alentours, comme la Dent de Ratier ou le pic du Gazon. Je ne m'attarde pas trop, car le vent est très fort à cet endroit. Je descend donc en direction du refuge, que j’atteins à peine 20 minutes plus tard.

Le refuge du Furfande, accueil pas mal de monde, ce qui ne m’étonne guère. À cet période de l'année, il vaut mieux réserver à l'avance si l'on souhait y séjourner. Quelques tentes sont installés à proximité. Il est d'ailleurs possible, lorsque l'on souhait bivouaquer de profiter des installations du refuge pour un prix raisonnable. Je fais une pause sur les tables installées, en profitant de la vue qui m'est offerte tout en dégustant une délicieuse tarte aux myrtilles. Étant dans un lieu reculé, à 2300 mètres d'altitudes, je ne suis pas supris que la pâtisserie soit assez chère.

Plutôt que de camper au refuge, je décide de continuer mon chemin afin de m’avancer pour le lendemain. Peu de temps après avoir quitté le refuge, j’aperçois quelques marmottes.

La descente d'abord très caillouteuses, devient plus forestière en rejoignant le hameau du Châtelard. Après presque deux heures de descente, j'arrive aux Escoyères (1532m) peu après 18h.

Je monte mon campement juste devant la chapelle Saint-Romuald. Une fois installé je me rend compte qu'étant très proche des habitations, je ne suis pas forcement autorisé à camper à cet endroit, mais je suis trop fatigué pour chercher un autre lieu, et qui plus est, il commence à se faire tard. Un fontaine, installé quelques dizaines de mettre en contrebas me permet de ma laver, encore une fois brièvement, et de récupérer de l'eau pour préparer mon repas. Un chien appartenant à des riverains vient me tenir compagnie quelques instants avant d'aller me coucher.

J3 : Les Escoyères → Ceillac

1065m de dénivelé positif | 14,2km | 4h50min

L'ensoleillement très matinale, dont bénéficie l'endroit où j'ai dormi, me fait réveiller vers 6h30. Après avoir admiré le lever du soleil, je prend mon temps pour ranger mon camp et faire mon sac. Profitant de l’avance prise la veille sur mon GR, l'étape sera par conséquent un peu plus courte en distance.

Je profite une seconde fois de la fontaine de village, où je retrouve le chien que j'avais rencontré la veille. Il est très gentil et se laisse caresser facilement.

Je quitte Les Escoyères, et entreprend la descente des 28 lacets me conduisant dans le fond de Vallée. Je rejoint la départemental et traverse le pont de Bramousse. A une altitude de 1185 mètres, le pont, surplombant la rivière du Guil, est le point le plus bas traversé lors de mon trek.

Je quitte rapidement la route pour entamer l'ascension, par un chemin forestier. N'ayant pas beaucoup déjeuner, je me réjouis des fraises des bois que je trouve à porté de main sur mon chemin. J'atteint Bramousse une demie heure plus tard. Cet hameau de Guillestre, est composé de quatre groupes de maisons, qui ont chacun leur four à pain parfaitement restauré, que je tente de localiser pour prendre en photo. La présence de gîte permet de faire étape à Bramousse. Après avoir fait le plein d'eau et poursuis mon chemin.

Le sentier qui suit, quelques temps, un chemin carrossable s'élève très rapidement en direction des chalets de Bramousse où je refais le plein à la fontaine toute neuve, installée par les chasseurs.

Après avoir quitté, le groupement de chalet, le chemin s’élève encore sous une foret de mélèze. La dur ascension est ponctuée par le champ des cloches d'un troupeau de vache situé à proximité du sentier. La chaleur étant au rendez-vous, je suis content que presque la totalité de l'ascension soit ombragée sur ce versant. J'arrive au col de Bramousse, à 12h40, moment idéal pour déjeuner.

Je démarre la descente, 20 minutes plus tard. Je constate que de ce coté, le chemin de randonnée est en plein travaux et croise donc avec étonnement une pelleteuse et plusieurs ouvriers. Après 1h30 de descente, je rejoins le centre de Ceillac. Cette commune, situé au confluent du Cristillan et du Mélézet, est très touristique à cette période de l'année. Il s'agit d'un charmant village, typique du Queyras, où l'on peu trouver de nombreux commerces. À noter qu'il est également possible de retirer de l'argent au distributeur situé à l'intérieur de la mairie.

Je me pose à un bar, dans la rue principal du village. Un randonneur d'une quarantaine d'année s'installe à la table à coté de moi. A son attitude et son apparence, je comprend qu’il marche depuis très longtemps. Apercevant, mon topoguide, il entame la conversation, et me dit que tout comme moi il effectue le GR. Je le questionne et lui demande depuis combien de temps il marche. Il m'explique être parti depuis 2 mois mais qu'il prend son temps car il se remet d'une fracture au talon. Je ne comprend pas comment il peut faire le tour du Queyras depuis plusieurs mois, même en prenant son temps. Je comprendrai plus tard, que l'on s'était mal compris, et qu'il était certainement en train d'effectuer la traversée des Alpes, par le GR5.

Je souhaite faire quelques course, malheureusement il est trop tôt et l’épicerie n’ouvre qu'à 15h30, je prend donc la direction du camping munipale, où je vais passer la nuit, et profiter d'une vraie douche. Comme pour l'épicerie, le camping n'est pas encore ouvert mais je croise l'employé communal qui me laisse m'installer et me dit de repasser le voir. Il n'est pas très bavard, mais arrangeant et concis. Il me laisse recharger mon téléphone et mon batterie dans son bureau pour la nuit. À noter, qu'il existe un second camping à Ceillac, le camping des mélèze, mais celui-ci se situe environ 1km plus loin dans la vallée. J'ai préféré choisir le plus proche du village.

Une fois installé, je me dirige au centre du village faire quelques courses. Sur le retour, je suis témoin de l'animation, présente à Ceillac à cette période de l'année. Tous les bars et restaurants sont bondés. Il y a même un groupe de musique qui joue dans la rue principale. J’hésite à m’attarder, mais la fatigue commence à se faire sentir, je préfère être raisonnable et je reprend la direction du camping.

J4 : Ceillac → Chapelle de Clausis

1570m de dénivelé positif | 22,8km | 6h50min

Réveil aux alentours de 8h pour partir une heure plus tard. J'ai laissé mon téléphone chargé dans le bureau du gérant, et je dois donc attendre que celui-ci arrive pour le récupérer et continuer ma route.

Avant d'entamer l’ascension vers le prochain col, je repasse par le centre du village, pour acheter mon pain. La boulangère se mare ne me voyant galérer à ranger mes pièces. Tous les jours je place mon couchage, ma nourriture et mon linge dans mon sac-à-dos de manière organisée, tel un tetris, et je n'arrive à remettre 2 pièces de monnaies dans mon portefeuille, quelle ironie.

Dès la sortie de Ceillac, le chemin s’élève tranquillement en longeant le Cristillan. J’aperçois rapidement le hameau du Villard. Je croise beaucoup de monde en ce début de randonnée, ce qui me change de mon début de trek.

Une jeune fille en VTT, accompagnée de 3 chiens, me double, pile au moment où une marmotte se met à crier. L'un des chiens se met instantanément à courir en direction du cri, mais est arrêté aussi sec par un ordre de la jeune fille. Cette scène me fait rire. Le chemin continu à monter de manière plutôt calme. Je passe devant la chapelle Saint-Urs, qui est étonnamment ouverte.

À partir de l'intersection du Touret, le chemin laisse place à des lacets, beaucoup plus raide. Pour la premère fois depuis le début de mon GR, j'ai du mal à gérer mon effort. Je suis contraint de faire des pauses régulièrement pour reprendre mon souffle. Apres un long effort, je débouche sur le col des Estronques (2651 m).

Le col étant très venteux, je décide continuer mon chemin et de déjeuner plus tard. De plus, un groupe de randonneurs, pas très discrets, arrive au col. Ils s'interpellent en criant, se font des blagues de très mauvais goût et se permettent même de péter, alors que je suis assis à quelques mètres d'eux. Ce comportement me déçois et est, fort heureusement, pas représentatif des randonneurs de manières générale. La descente est assez longue mais plutôt agréable, j'aperçois très vite Saint-Véran au loin.

Je fini la descente est atteint le pont de Moulin à 14h30. Je décide de manger à cet endroit, qui est le départ de nombreuse randonnées, en témoigne les nombreux promeneurs rencontrés.

Je poursuis mon chemin qui doit me faire grimper jusqu'à Saint-Véran. La montée, qui me semblait être une formalité, est en fait plutôt dur. L'accumulation des difficulté combiné à la chaleur, la rende vraiment éprouvante.

Je rejoins d'abord le hameaux du Roux, puis le village de Saint-Véran (2020 m), à 15h.

La commune est très touristique, encore plus que Ceillac. On la considère comme la plus haute d’Europe. Il y a une sorte de péage à l'entrée du village pour réguler la circulation des véhicules. Beaucoup de monde afflue dans les nombreux commerces se trouvant à Saint-Véran.

Je peux à nouveau acheter quelques provisions. J'en profite, car je n'aurai certainement pas accès à une épicerie les deux prochains jours.

Je me pose à un bar, afin de prendre quelques notes, donner des nouvelles à mes proches et accessoirement boire une bière. Je profite de la prise électrique mis à disposition par le barman pour recharger mon téléphone. Bien qu'ayant déjà beaucoup marché aujourd’hui, j'envisage de prolonger l'étape jusqu’à la chapelle de Clausis.

Je reprend ma route vers 16h30. À la sortie du village je constate que beaucoup de famille se promène en compagnie d'un âne, transportant leurs bagages. Je trouve ce service, proposé par certains gîtes, vraiment intéressant et atypique, même si visiblement il se développe de plus en plus.

Autre moyen de transport que je croise à la sortie de Saint-véran : le vélo électrique.

Le trajet qui suit la route pastoral, monte de manière raisonnable, mais la fatigue accumulée de la journée commence à vraiment se ressentir. Ma montre indique que je suis à plus de 22 km de marche. Ce sera l'étape la plus longue de mon trek. Le dernier kilomètre est soulagé par les nombreuses marmottes que j'aperçois.

Un lieu de bivouac intéressant, situé au pied de la dernière montée vers la chapelle est déjà occupé par une famille accompagnée de leur chien et d'un âne. C'est dommage, il était idéalement placé sur un terrain plat, à proximité du torrent. Je termine les derniers hectomètres de la journée, ne sachant pas trop où m'installer pour la nuit. Finalement en atteignant la Chapelle de Clausis, j'aperçois la présence d'un grand terrain plat juste à coté.

La chapelle de Clausis, est un imposant édifice religieux. Ce monument fait l'objet de célébration régulière, pouvant expliquer qu'il soit si bien entretenu. Une fois mon camp monté, je constate que je ne me suis jamais senti aussi isolé depuis le début de mon voyage. L'immensité des montagne tout autour de moi, accentue ce sentiment à la fois angoissant et apaissant.

Le terrain plat dans lequel je suis installé forme un sorte de cuvette, dans laquelle les marmottes sont légions. Certaines d'entre elles se promette à quelques mètre de ma tente. Après avoir dîné, j'admire le couche de soleil, et ne tarde pas à aller au lit.

J5 : Chapelle de Clausis → La Monta

770m de dénivelé positif | 20,15km | 6h

Debout à 7h30 après une nuit assez froide. Le soleil vient rapidement me réchauffer dans ce paysage semi-lunaire.

Alors que je viens seulement de me lever, je suis étonné d'apercevoir une dame juste devant la chapelle de Clausis. Il est à peine 8h. je doute que la personne ai pu bivouaquer, peut-être vient-elle d'un refuge. En déjeunant, j’aperçois les marmottes qui restent silencieuse. Je quitte mon lieu de bivouac peu avant 9h et rejoins le torrent en contrebas où j'en profite pour remplir ma gourde et faire ma toilette.

J'entame l’ascension ver le col de Chamoussière, à 2884 mètre, le plus haut col de tout le GR. Je me retourne une dernière fois pour admirer la chapelle de Clausis au loin. Lors de la montée, les marmottes abondent juste devant moi. La plupart ne sont pas farouches et se laissent approcher, ce qui me permet de faire quelques photos.

Sur le chemin je crois encore une famille avec un âne chargée. Décidément, ce type de randonnée est très populaire dans le secteur. J'atteins le col à 10h35. Il y a pas mal de gens, mais la plupart ont fait l'ascension dans l'autre sens, en venant du refuge Agnel. Je m’aperçois également que quelques personnes effectuent l’ascension en VTT.

Je constate la présence d'un gros névé, accumulation de neige, qui est l'attraction du lieu pour les enfants. En entamant la descente vers le refuge Agnel, je me rend compte que la véritable attraction, c'est la vue sur le mont Viso, l'un des plus hauts sommets des alpes italienne, qui malgré la présence de quelques nuages, reste très visible.

La descente est relativement dangereuse. Le sentier très étroit, permet difficilement de se croiser. Le terrain est une alternance de pierriers et de névés. Nous sommes le 20 juillet, et la chaleur présente sur le massif depuis quelques jours a permis de fortement diminuer la quantité de neige présente à cette endroit, ce qui n'était pas le cas il y a quelques semaines. J'avais même entendu dire que l'ascension du col était fortement déconseillé au début du mois.

La vision du refuge très loin en contrebas, me donne des sensations de vertiges, que je n'avais pas ressenti jusqu'alors. Je parviens au refuge qui ouvre à peine. Il est un peu avant midi. Je n'avais pas prévu de m’y arrêter mais le cadre sympathique du lieu me donne envie de commander au moins à boire. Finalement, l'amabilité de la serveuse et les prix raisonnables à la carte me poussent à rester déjeuner

À savoir, que même si il est relativement haut, le refuge reste accessible en voiture, via la départemental. Par conséquent, le refuge accueil des randonneurs mais principalement des cyclistes, des motards ou même des automobilistes. la clientèle est majoritairement italienne ce jour là, la frontière est à quelques kilomètres.

Je repars peu avant 13h pour escalader mon second col de la journée. La montée se fait quasiment tout du long, dans un périmètre qui est en réhabilitation écologique. La présence de petite clôture en corde, nous interdit de quitter le sentier.

L’ascension, plutôt facile, me permet d'admirer le Pan de sucre, présent sur ma droite. J'avais initialement prévu d'aller à ce sommet, me permettant de franchir au moins un sommet à plus de 3000m, mais je préfère être raisonnable : finir mon circuit de grande randonnée reste mon objectif numéro 1.

Arrivé au col Vieux (2806m) un peu plus d'une demi-heure apres avoir quitté le refuge, je ne traîne pas et poursuit sur la descente en direction de l 'Echalp. À ce moment survient une douleur très vive à mon genoux gauche. Je comprend vite que celle-ci ne va pas me lâcher.

Malgré tout je continue mon chemin, je longe le Lac du Foréant, où je fais quelque cliché à l'aide de mon trépied. À 15h, je fais une pause au lac Egorgéou, ou j'essaye de soulager un peu mon genou.

Je ne dois pas traîner, la descente est longue et la douleur me contraint à marcher à un rythme beaucoup plus lent. Le chemin, assez raide, entrecoupé de plusieurs ravins puis de poursuit dans un mélézin. Après une interminable descente, je rejoint les bords du Guil. À partir de là, le sentier longe la rivière et devient beaucoup plus facile, ce qui est un soulagement pour mon genou. Je passe à hauteur de l'Echalp, à 16h50, puis arrive à La Monta, 20 minutes plus tard.

Pour cette nuit, je souhait dormir au camping de ce hameau. Le camping de la Monta s’avère, au premier abord, très rudimentaire. Avec des sanitaires un peu vétustes et un terrain peu entretenu, le camping de La Monta, paraît, au premier abord très rudimentaire. Mais dans ce lieu, l'attrait est vraiment ailleurs.

En préparant mon trek, j'avais entendu parler du charismatique Didier, gérant de ce camping, et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Didier est très sympathique, drôle et arrangeant. Plutôt que de monter ma tente il m'en propose une à lui déjà monté. Je décline son offre gentiment. Il me laisse me placer où je veux et me fais confiance pour le régler plus tard.

L'accueil du camping est également originale. Il est composé d'une roulotte, de cabane en bois et de yourtes. On y trouve un bar/restaurant, des pièces de repos, et même un bain suédois.

Il y règne vraiment une ambiance apaisante et chaleureuse. C'est un lieu atypique, où les chèches, se faufilent entre les clients du restaurant sans que cela n'étonne personne. Après avoir profiter du bar et constater l'amabilité du personnel, je retourne à mon campement.

J6 : La Monta → Abriès

820m de dénivelé positif | 20,1km | 6h

Réveillé à 7h30, je reprend la route à 9h20 pour l'avant dernière étape de mon périple. Je récupère mon pain, commandé la veille au camping. Je suis proche de la fin, mais la douleur au genou que je ressens lors des descente me donne vraiment des interrogations. J'envisage même de raccourcir mon tour du Queyras d'une étape, ce qui serai une déception pour moi.

En quittant la monta, je ne trouve pas bien mon chemin. Le topoguide m'indique un sentier passant à coté d'un cimetière que j'ai du mal à localiser. Pour la première fois j'utilise l'une de mes cartes IGN pour me situer.

La rude ascension passe d'abord par un alpage où la vue sur la vallée apparaît petit à petit. Elle se poursuit, par une série de lacets traversants une foret de mélèze, puis passe au pied d'un éboulis. À partir de là, la pente se raidit jusque-là la Crête de Peyra Plata.

Après une dernière montée, j’atteins le point cuminant de la crête de Gilly(2584m) à 12h10. Ce sommet, marqué par un énorme cairn, offre une magnifique vue panoramique sur les montagnes avoisinante.

J'amorce la descente vers la Collette de Gilly. À cet endroit, je passe près de piquets, câbles et autres poteaux en acier, témoin de la présence d'un domaine de ski en hiver. Je compte 3 différents chemin accédant au col, ce qui explique en partie la présence de nombreux promeneurs et randonneurs.

À partir de là, la douleur à mon genou, qui n'avait pas disparu mais restait tolérable, enfle, et j'éprouve de réelle difficulté à plier mon articulation. La fin de l'étape risque d'être longue. Je profite de l'une des nombreuses pauses que j’effectue, pour déjeuner. Après presque 2 heure de descente, où j'essaye de gérer tant bien que mal ma douleur, je passe une passerelle traversant le torrent de Bouchet.

À cet instant, je remarque que je trouve plus aucun balisage de GR, et ni aucune autre indication. C'est étonnant car le trajet du Tour de Queyras a toujours été bien indiqué. JE ne tarde pas à comprendre que j'ai fait fausse route. Manque d'indication ou problème de concentration, je n'ai pas pris le bon chemin et je n'aurai jamais du arriver à hauteur du torrent.

Plutôt que de revenir sur mes pas, je préfère continuer sur le chemin carrossable, qui devrait m'amener jusqu'à Abriès. Je longe le torrent quelques centaines de mètre qui fini par rejoindre la route départementale. Je poursuit mon chemin sur le bitume. Ce n'est pas la partie la plus agréable de ma randonnée : il fait très chaud et les voitures roulent vite à cet endroit, cependant la route, qui descend très légèrement me permet de ménager mon genou.

De nombreux VTT et vélos électriques, empruntent également la départemental pour rejoindre Abriès, que je finis par atteindre à 16h, après 3 kilomètres de marche sur la route.

Tout comme Ceillac et Saint-Véran, Abriès est très tourisqtique. De nombreux commerce et restaurant sont présent en villes. L'on y trouve également des décorations très atypique, comme les ours en vélo ou la multitude de parapluies ornant la rue principal.

Après avoir demandé mon chemin à l'office du tourisme, je rejoins le camping, d'Abriès. Contrairement à la monta, celui-ci est très haut de gamme. L'abondance de services ainsi que la clientèle, composée essentiellement de camping-car tout équipé, dénote un peu avec la reste de mon séjour. Néanmoins, le gérant, plutôt bienveillant m'indique la présence d'un espace réservé au bivouac. Le randonneur du traditionnel GR58, n'est pas encore oublié, ce qui n'est pas pour me déplaire

Une fois installé et lavé, je retourne au centre du village pour visiter un peu et faire mes dernières course. Je remarque que le télésiège est en marche à cette période de l'année. La remontée est utilisée par les enduristes et vététistes pour accéder aux pistes.

Je me pose à un restaurant « Chez Nico » pour déguster une glace, vraiment très bonne dans la région. J'en profite pour écrire quelques cartes postales, puis je finis par commander à manger dans ce même resaturant. Après un rapide tour à pied me permettant d'apprécier ce charmant village, je retourne au camping.

J6 : Abriès → Aiguilles

940m de dénivelé positif | 16,8km | 5h10min

Réveillé vers 7h, je prend mon temps pour ranger une dernière fois mes affaires et plier ma tente. Je pars peu avant 9h. En traversant le village, j'aperçois un peu loin en hauteur, le chemin de croix, là où passe le GR.

Après un arrêt à la boulangerie, j’entame cette montée composée de 15 oratoires et m'amenant à la chapelle de Notre Dame des sept douleurs. L'ascension se fait rapidemment, puis se poursuit dans le vallon de Malrif. sans grand difficulté.

J'atteins le hameau de malrif peu après 10h. La localité est en cours de restauration.

Le chemin continu en longeant le torrent de Malrif dans un paysage alternant alpages et mélèzes Une fois la bergerie des Bertins (2040m) atteinte la pente s'accentue très nettement dans une série de longs lacets. Je peux apercevoir des randonneurs beaucoup plus haut qui sont toujours dans l'ascension, ce qui n'est pas très encourageant.

La longue montée assez impressionnant, qui s’effectue en plein soleil, fini par m'amener sous une croix. À partir de là, le lac du Grand Laus, n'est plus très loin. À 12h20, je suis au bord du premiers des 3 lacs du Malrif, où je déjeune les pieds dans l'eau. Il y un peu de monde, normal, le cadre est magnifique, est la randonnée est connue.

Le trajet du GR continu en direction des Fonts de Cervières, mais moi, je prend le chemin vers le sud qui retourne à Aiguilles, où je boucle mon périple.

La descente est pour moi beaucoup moins douloureuses, que lors des deux jours précédents. J'effectue la fin de mon trajet de manière prudente et un peu excité à l'idée de terminer le Tour de Queyras. J'aperçois Aiguilles assez tôt, ce qui s'avère assez frustrant car la descente va durer presque 3 heures.

Finalement j'atteins le village de mon pied à terre à 15h40. La bouclée est bouclée, je suis à la fois heureux d'arriver, mais également heureux de l'avoir fait. Pour fêter ça je m'autorise une bière et une glace au Bô-bar, bar/restaurant de Aiguilles.

Épilogue

Ce tour du Queyras aura été une première pour moi. Il s'agit du premier circuit de grande randonnée que je boucle. Au total j'ai parcouru 132 kilomètres, franchi 7 cols, sur environ 7400 mètres de dénivélés.

Sur les 7 jours de marches, je n'ai eu que du beau temps. J'ai pu accèder à des endroits magnifiques et j'ai fait de belles rencontres. Je suis pleinement satisfait de ce trek et je recommande grandement la région du Queyras qui gagne vraiment à être connu.

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

ANTOINE strubhardt

6 juillet 2020

test de ouf

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Morbi posuere dolor sit amet aliquet egestas. Proin rhoncus eget elit id elementum. Integer magna metus, lacinia scelerisque finibus ac, faucibus eget urna. Curabitur eget sem in neque elementum porta ac non dui. Etiam dignissim volutpat leo, sit amet bibendum metus viverra id. Maecenas porttitor euismod ultrices. Nulla consequat a ante sed bibendum. Etiam eu rutrum arcu. Duis consequat urna sit amet lacus vehicula bibendum. Aliquam rhoncus sodales sodales. Sed facilisis placerat tortor, sit amet tempor sem fringilla accumsan. Curabitur suscipit ante vitae sagittis mollis. Praesent facilisis, eros at egestas auctor, lacus orci pellentesque ex, ac placerat orci orci eu mi. Cras facilisis vulputate felis, id volutpat tortor vehicula in. Duis non semper metus, eget fermentum nulla. Suspendisse mattis congue ligula eu tristique. Nunc sagittis iaculis risus, nec sodales nisl imperdiet eu. In hac habitasse platea dictumst. Etiam rhoncus purus vel est sodales, non suscipit lorem tempor. Donec hendrerit efficitur neque, in placerat purus ornare ac. Curabitur aliquam semper est bibendum consectetur. Etiam eget nunc in orci rutrum maximus vel molestie massa. Integer mi justo, gravida eu odio accumsan, fermentum porttitor leo. Suspendisse potenti. Curabitur vehicula arcu a tortor rutrum rutrum. Aliquam condimentum posuere sapien vestibulum elementum. Nunc tristique, libero non pulvinar mattis, quam magna egestas quam, sit amet elementum velit est sit amet felis. Cras tristique fermentum orci, eu pulvinar odio sagittis id. Pellentesque ac malesuada mi. Aliquam mollis mi vitae dapibus porta. Suspendisse efficitur leo tortor, eu tincidunt ante rhoncus vitae. Mauris ac tellus tincidunt, aliquam turpis non, blandit dolor. Integer quis est sit amet massa volutpat dictum sit amet tristique nunc. Duis semper luctus arcu, et molestie risus vehicula vel. Fusce quis pretium orci. Aenean congue neque at placerat euismod. Morbi ut justo a est vestibulum rutrum. Sed euismod commodo lacus, et laoreet lorem congue eget. Aenean laoreet bibendum gravida. Curabitur lobortis commodo consectetur. Duis justo dolor, tempor et tempor fringilla, condimentum eu nisl. Maecenas felis nibh, ornare id efficitur sit amet, ultrices ac sem. Donec id eros ipsum. Mauris a nulla molestie, luctus orci sit amet, bibendum neque. Cras tincidunt ipsum at magna facilisis sodales. In hac habitasse platea dictumst. Sed sit amet vehicula est, nec pharetra magna. Nam id hendrerit massa. Nam massa ex, efficitur quis dignissim a, pulvinar id velit. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Curabitur vitae massa vel tellus ullamcorper volutpat. Ut ligula lectus, hendrerit nec libero a, pulvinar porttitor erat. Cras non feugiat tortor, vitae maximus nisl. Morbi tincidunt eleifend ex eu laoreet. Praesent massa tellus, lobortis eget placerat ac, maximus ac nunc. Ut iaculis eros nisl, nec posuere dui euismod id. In dignissim justo et luctus dictum.

Laisser un commentaire

Expérience Outdoor

Le Tour du Queyras à pied

tour du queyras col de Péas

Julien Defois vous partage l’expérience de son premier trek de la saison 2021: le Tour du Queyras. Un itinéraire classique mais la neige présente tardivement cette année a donné une dimension inattendue à son aventure.

Informations pour préparer le Tour du Queyras à pied

29 mai au 2 juin 2021

Ceillac, Queyras, Hautes Alpes, Provence Alpes Côte d’Azur

Comment s’y rendre :

Le plus facile est de s’y rendre en voiture. Mais des possibilités existent en transport en commun. La gare de Mont Dauphin Guillestre se situe aux portes du Queyras. En saison, des navettes Zou effectuent la liaison entre Guillestre et Ceillac. Sinon, il vous faudra tendre le pouce. En montagne, et avec des sacs de randonnée bien visibles, les chances d’être pris en stop sont élevées.

Pour les plus téméraires, vous pouvez rejoindre le GR 58 depuis la gare à pieds: comptez une journée de marche. Furfande s’atteint soit par les cols de la Moussière, du Lauzet et de Saint Antoine (itinéraire splendide) soit par le col Garnier.

Participant au Tour du Queyras

lac Egorgéou

Julien 42 ans. J’habite pas loin de Toulouse. Je connais bien les Pyrénées alors quand je veux j’aime aller visiter les montagnes du monde à pieds ou à skis. J’ai un gros coup de cœur pour la rando longue distance.

Où dormir sur le Tour du Queyras

C’est un tour qui se fait soit en gîte ou refuge soit en tente.

Cet itinéraire ne traverse pas de réserve naturelle: le bivouac est donc possible à peu près partout. Il ne manque pas de spots de rêve ou planter sa tente:

  • Chapelle de Clausis
  • Lac Foréant ou Egorgéou
  • Crêtes de Gilly
  • Lacs du Malrif
  • Lac des Cordes
  • Col de Péas
  • Alpage de Furfande

Ce n’est qu’une suggestion, les possibles sont immenses!

Fleurs GR 58

Il est en général possible de bivouaquer à proximité des refuges.

Côté campings:

  • Ceillac: 2 campings, les Mélèzes, un peu excentré, et les Moutets, camping municipal plus proche du village (700m).
  • Abriès: 2 campings également, Queyras Caravaneige situé dans le village, ouvert à l’année avec une salle hors sac et des sanitaires neufs et le camping municipal du Chardonnet , à la Monta.

Pour ce qui est des hébergements, voici une liste non exhaustive selon les étapes en sens anti horaire depuis Ceillac:

  • Ceillac: gîte d’étape les Baladins , le Matefaim
  • Saint Véran: les Perce Neige , les Gabelous
  • Sur la commune de Saint Véran mais en montagne, le Refuge de la Blanche
  • Refuge Agnel
  • Refuge La Monta
  • Abriès Ristolas: gîte d’étape le Villard , Auberge l’Edelweiss à Abriès, 7° Est à l’Echalp, le gîte hôtel Le Ristolas à Ristolas,
  • Le Roux: gîte le Cassu
  • Refuge des Fonts de Cervières
  • Souliers: le Grand Rochebrune
  • Brunissard/Arvieux: Les bons enfants à Brunissard, La Fruitière du Queyras à Arvieux, le Teppio et le Chalet Viso à la Chalp
  • Refuge de Furfande
  • Gîte d’étape le Riou Vert, Bramousse

Hors saison, les refuges Agnel et des Fonts de Cervières ont un local hiver.

Où manger et se ravitailler

En dehors des refuges et des gîtes, la plupart des villages ont une épicerie qui fait dépôt de pain. Attention hors saison, les épiceries ne sont pas toujours ouvertes. Les bonnes adresses pour mange durant une randonnée :

  • Ceillac: ne pas manquer la fromagerie du village, qui a aussi une épicerie et deux boulangeries.
  • Saint Véran: épicerie
  • Abriès: épicerie
  • Arvieux: épicerie

En pleine saison, certains campings ont également une épicerie et un dépôt de pain.

L’alimentation en Trekking ou comment bien se nourrir en randonnée?

Caractéristiques du Tour du Queyras

Le tour du Queyras porte aussi le nom de GR 58. Il fait le tour du parc naturel régional du Queyras. D’une distance de 130km, avec un dénivelé compris entre 7200m et 10000m selon vos options, ce trek se déroule en 10 étapes. Les trailers le font en 2 jours, les randonneurs rapides en 4 ou 5 jours. La plupart de ceux qui font le GR 58 mettent environ une semaine pour aller de Ceillac à Ceillac.

GR 58

C’est le maire de ce village, Philippe Lamour, qui a été à l’initiative de la création du Tour du Queyras en 1971. Il a lui même balisé l’itinéraire avec son épouse, avant que la FFRP prenne le relais.

Son point le plus bas est 1185m et il visite de nombreuses forêts de mélèzes en montagne. Mais il ne faut pas s’y tromper: c’est un GR de haute montagne, dont l’altitude moyenne reste élevée. Il traverse des hauts cols, comme le col de Chamoussière, à 2884m, le plus haut col français emprunté par un GR. De petits détours permettent de faire des 3000 faciles, comme le pic de Caramantran ou le Pain de Sucre.

C’est donc un itinéraire contrasté et riche qui offre une dimension culturelle avec la visite des beaux villages du Queyras, historique avec des témoins de l’histoire pastorale, comme le hameau de Malrif, et humaine, avec de nombreux alpages en activités.

Les étapes classiques

  • Ceillac – Saint Véran par le col des Estronques +1000m / -800m
  • Saint Véran – Refuge Agnel par le col de Chamoussières +800m / -300m
  • Refuge Agnel – La Monta ou l’Echalp par le col Vieux + 230m / – 1100m
  • La Monta – Abriès par les crêtes de Gilly +900m / – 1100m
  • Abriès – Les Fonts de Cervières par le col de Malrif + 1300m / -800m
  • Les Fonts de Cervières – Souliers par le col de Péas + 600m / -800m
  • Souliers – Arvieux par le col tronchet +500m / -700m
  • Arvieux – Refuge de Furfande par le col de Furfande +900m / -200m
  • Refuge de Furfande – Bramousse par le col de la Lauze +200m / -1000m
  • Bramousse – Ceillac par le col de Bramousse +800m / -600m

bouquetin la monta queyras

Les variantes

Le Tour du Queyras se prête à d’innombrables variantes.

Les raccourcis

  • La première l’écourte en prenant l’itinéraire original du Tour du Queyras à sa création: d’Abriès à Aiguilles par les lacs de Malrif, puis d’Aiguilles à Arvieux si vous voulez rejoindre l’itinéraire classique. Autrement, depuis Aiguilles, vous pouvez aller à Château Queyras pour une version encore plus courte: de là, prenez le GR 5 jusqu’à Ceillac en passant par le col Fromage.
  • La seconde permet d’éviter le col tronchet: depuis Souliers, passer au lac de Roue (très beau spot de bivouac), puis rejoindre Arvieux.

Les extensions

Visiter le viso.

Il est tout à fait possible d’associer le tour du Viso au tour du Queyras. L’itinéraire serait alors:

  • Saint Véran – Chianale par le col Blanchet
  • Chianale – Rifugio Vallanta par le Col Losetta
  • Rifugio Vallanta – Rifugio Quintino Sella
  • Refuge Quintino Sella – Rifugio Granero par le Rifugio Giacoletti, le col ou le tunnel de la Traversette
  • Rifugio Granero – Abriès ou le Roux par le refuge Jervis et le col d’Urine

Si vous voulez voir le Viso de près mais que vous n’avez pas le temps d’en faire le tour:

  • Chianale – refuge du Viso par le col Losetta et le col de Valante
  • Refuge du Viso – Abriès par les refuges Granero, Jervis et les cols de Sellière et d’Urine

D’autres belles variantes plus ou moins officielles:

  • De l’Echalp à Abriès par les cols de Lacroix et d’Urine. Le refuge Jervis se situe entre les deux cols.
  • Du Roux aux Fonts de Cervières en passant par les cols des Thures et de Rasis et le pic de Malrif. Un très bel itinéraire tout en crêtes.

Une variante hors sentier: depuis le col de Péas, continuer direction sud ouest sous les crêtes de Chamaurie en suivant l’itinéraire de ski de rando sur les cartes IGN. Passer le col sans nom côté 2639m sur la crête de Crépaud. Descendre vers la bergerie de Souliers, d’abord hors sentier puis, une fois en forêt, il y a un chemin rive gauche du torrent qui mène au fond de vallée

Contourner le col de Chamoussière en début de saison

Le col de Chamoussière, à près de 2900m, reste enneigé longtemps dans la saison, de même que les pentes qui le surplombent. Si la neige est celle de névé, tassée, dure et stable, traverser ce col peut nécessiter des crampons. De plus, lorsque la neige n’a pas fini son cycle de transformation, elle peut devenir pourrie très tôt dans la journée (voire toute la journée si absence de regel). La progression devient alors très complexe parce que l’on s’enfonce totalement dans cette neige sans portance. Compte tenu de la distance à parcourir à haute altitude sur le versant nord du col, cela peut être épuisant voire impossible de passer. Il faut également bien faire attention au risque d’avalanche car ces pentes nord sont surplombées par celles bien plus raides du pic de Caramantran.

col de Longet

En cas de doute, depuis Saint Véran, on peut passer par le col de Longet (au sud est de l’observatoire, à ne pas confondre avec le tout proche col Longet qui sépare Chianale et Maljasset dans la vallée de l’Ubaye). Il faut ensuite remonter la route du col d’Agnel vers le refuge éponyme. Pas très sauvage mais bien plus sécure.

Mes étapes : 5 jours pour réaliser le tour du Queyras

  • J1: Ceillac – Saint Véran – col de Longet – Bergerie au bord de la route du col d’Agnel
  • J 2 Bergerie – col Vieux – Col de Lacroix – Refuge Jervis (nourriture excellente) – Col d’Urine – col de la colette de Gilly – Abriès
  • J 3 Abriès – les Fonts de Cervières par le pic de Malrif
  • J4 Les Fonts – col de Péas – col sans nom sur la crête de Crépaud – Col tronchet – Col de Furfande – Refuge de Furfande
  • J5 Refuge de Furfande – Col de Bramousse – Ceillac (arrivée vers 13h)

Ma trace GPS sur le Tour du Queyras à pied

Quoi d’autre dans les environs.

Le Queyras est un paradis de montagne en toute saison.

Pour le trek, c’est une bonne base de départ pour le Mont Viso:

Tour du Mont Viso en 3 jours : trek dans les alpes italiennes

A l’automne, les mélèzes en faut feront le bonheur des randonneurs, comme en témoigne Mathilde Chaignaud .

Mais le Queyras n’est pas un paradis que pour les randonneurs. Les amateurs de vélo de montagne seront peut être impressionnés par les descentes d’Alexis Righetti dans le massif. Pour une expérience plus accessible, voici un autre récit:

Randonnée à VTT dans le Queyras au départ d’Abriès

Pour ceux qui aiment le froid, le Queyras ne vous décevra pas. C’est un terrain de jeu fabuleux en ski de randonnée:

Ski de rando dans le Queyras : une semaine de ski dans une poudreuse de rêve

L’alpinisme n’est pas en reste, avec des belles possibilités en cascade de glace:

Cascade de glace à Ceillac dans Les formes du Chaos.
Alpinisme à Ceillac : cascade glace et ski alpinisme dans les Hautes-Alpes

et pour les amoureux de la pêche à la mouche, le Queyras est un spot de grande qualité comme avec les magnifiques truites du Guil :

3 jours de pêche à la mouche sur le Guil

Office du tourisme

L’ office du tourisme du Guillestrois et du Queyras répondra à vos questions tout au long de l’année. Son siège est à Château-Ville Vieille mais il dispose de 7 antennes dans les principaux villages du secteur.

Bibliographie

La FFRP édite un topo guide qui détaille l’itinéraire du tour du Queyras par le GR 58, ses variantes mais aussi d’autres GR, comme le très beau GRP Tour de la Font Sancte.

Liens internet

fleurs de printemps tour du queyras

Si vous recherchez une agence pour vous aider à préparer votre itinéraire et pour vous encadrer, les possibilités ne manquent pas. Destination Queyras a créé le site Tour du Queyras qui fournit des informations pratiques très utiles et vous propose des services: organisation d’un tour en liberté ou accompagné, organisation d’un tour en VTT ou en raquettes et même la possibilité de faire le GR 58 avec un âne. J’ai échangé avec cette agence et je l’ai trouvée sympathique et chaleureuse.

Les hébergements du Tour du Queyras se sont regroupés et ont créé le site Mon Tour du Queyras. Il recense tous les hébergements et vous permet d’organiser en ligne vos réservations. D’autres itinéraires sont décrits à la journée comme sur plusieurs jours, avec également la possibilité d’effectuer ses réservations en ligne.

Pour ceux font le tour du Queyras en hébergement, le service Sherpa permet le transport de bagages afin de randonner léger et de retrouver tout son confort en arrivant au gîte.

5 jours de randonnée pour le Tour du Queyras

L’hiver fait de la résistance.

29 mai 2021. J’arrive à Ceillac en soirée. Il fait encore assez clair pour que je puisse distinguer les sommets du massif de la Font Sancte. Ils sont blancs, très blancs même. Autant que lorsqu’étais venu passer le réveillon du nouvel an dans ce village, il y a quelques mois.

résistance hivernale

La saison n’avait pas été époustouflante dans les Alpes du sud mais les mois d’avril et mai avaient décidé de ménager le manteau neigeux. Les températures bien froides pour la saison et un soleil qui avait pris des vacances ailleurs avaient permis à l’hiver de se maintenir en altitude.

J’étais surpris de la configuration hivernale des hautes montagnes en versant nord. Cela risquait de bien compliquer mon tour du Queyras. Les versants sud semblaient plus pressés de se débarrasser de la neige: ils étaient dégagés en toutes altitudes, d’après ce que je voyais.

Une nuit au camping municipal de Ceillac plus tard, je me réveillais sous le soleil et ravi de découvrir cette région qui m’avait marquée lors de ma Via Alpina en 2020. Le camping était fermé en cette saison, je l’ai donc utilisé en mode « sauvage ».

Prisonnier de la neige

D’après mes recherches sur les réseaux sociaux, personne ne s’était encore lancé sur le GR 58 cette année. Si quelqu’un l’avait fait, il était resté très discret. Je partais donc avec peu d’infos sur les conditions et mes retours de terrain allaient être scrutés avec attention lorsque j’aurai fini mon trek. Fin mai début juin, c’est une période limite pour se lancer sur le tour du Queyras: il faut s’attendre à trouver de la neige. Mais j’ignorais à quoi m’attendre réellement: la réponse ne tarderait pas à arriver.

Le Villard Ceillac vallée du cristillan

La montée au col des Estronques fut parfaitement facile. Aidé par le soleil, des paysages somptueux et des températures agréables, je vins à bout de ce premier col en un peu plus de 2h. De l’autre côté, elle m’attendait. La neige était bien présente, disposée de manière à ce que je ne puisse l’éviter. Dès les premiers pas, elle avala mes jambes entières. Son avidité n’avait pas de limite: elle voulait aspirer tout mon corps. A chaque pas, je restais son prisonnier un moment, avant de pouvoir extraire mes jambes pour les enfoncer un peu plus loin. Il n’y avait que 150m de dénivelé à descendre dans ces conditions. Mais la neige réclamait son droit de passage et me coûtait cher en énergie.

col des Estronques

Plus bas, alors que j’avais enfin trouvé un manteau portant, je traversais une pente assez raide labourée par une avalanche fraiche. Décidément, la neige ne voulait pas se montrer sous son meilleur jour.

Les aléas d’un ravitaillement en début de saison

Saint Véran. Arrivé dans le plus haut village de France, je me précipite vers l’épicerie. Il me manque du fromage, que je n’ai pas pu acheter à Ceillac car la supérette était fermée. Google m’annonce qu’elle est ouverte, mais comme midi approche, je me hâte. La lumière qui éclaire l’intérieur du magasin me promet l’arrivée prochaine d’un fromage dans mon sac à dos.

La déception fut à la hauteur de l’espoir suscité par cette lumière. L’épicerie est fermée: elle n’ouvre que dans une semaine. La précocité n’a pas que du bon. Me voilà en route pour Molines, quelques kilomètres plus bas. Un stop facile me conduit au fromage tant attendu.

Maintenant, il me faut remonter. Les voitures sont peu nombreuses et les conducteurs peu enclins à me dépanner. Après 45mn d’attente, je repars vers Saint-Véran à pieds. Après quelques kilomètres, la délivrance pris la forme d’une sympathique famille parisienne qui accepta d’abréger la souffrance de mes chaussures sur le bitume.

A Ceillac, je n’avais pas voulu attendre l’ouverture de l’épicerie qui m’aurait fait perdre une heure. La vie voulait me transmettre un message, car j’avais largement perdu cette heure pendant mon aventure fromagère à Saint Véran.

Variante obligatoire

L’expérience du col des Estronques avait donné le ton. La neige n’était pas accueillante en cette fin du mois de mai. Le prochain col de la journée, le col de Chamoussière, ne suscitait pas mon enthousiasme. Plus haut col du trek, son côté nord avait une configuration assez protégée: je supposais que les conditions y seraient très similaires à celle du col des Estronques. Avec la longueur en plus, car j’avais largement plus d’un kilomètre à parcourir dans le bourbier blanc. A cela s’ajoutait le risque d’avalanche, car les pentes du pic de Caramantran devaient être encore bien chargées d’une neige très pourrie et prête à m’avaler.

chapelle de Clausis

Je n’avais pas du tout envisagé ce cas de figure. Heureusement, un coup d’oeil à la carte me permit d’échafauder un plan pour échapper aux griffes, potentiellement très dangereuses, de la neige. Le col de Longet montait à 2701m, donc bien plus bas que Chamoussière, et plongeait assez rapidement vers le route du col d’Agnel. Je n’avais pas de traversée scabreuse à effectuer et l’immersion neigeuse serait réduite.

Chaleureusement salué par une foule de fleurs printanières, je savourais ma montée au sec dans des paysages somptueux.

montée au col de Longet

Les dents de la mer de neige

Col de Longet. La pause s’impose. Le vent me pousse vers la descente, mais je la ferai attendre. Après 1900m de dénivelé, la fatigue s’installe. Appuyé sur un rocher, je me laisser bercer par l’instant. Mon regard, vidé des pensées qui parasitent son acuité, s’attarde sur mes jambes. Elles sont meurtries. La neige avait faim: elle m’a arraché des petits bouts de peau avec ses cristaux acérés tels de dents de squale. J’ai été dévoré, au sens propre comme au sens figuré. En même temps, se balader en short dans la neige c’est un peu chercher les ennuis. Mon surpantalon ne tarde pas à s’interposer entre les éléments et moi.

descente du col de Longet

Je plonge. A chaque pas, mes jambes sont encore englouties. Des souvenirs remontent, ils me ramènent presque 30 ans plus tôt, lorsque je faisais de la course de haie au collège. Ici, c’est presque la même chose, mais tout semble tellement plus lourd! Je cherche des astuces qui me permettraient de survoler l’étau qui m’enserre. Je n’en trouve pas. J’accepte mon sort et paie mon tribut à la montagne en efforts démesurés.

route du col Agnel

La route qui conduisait au col d’Agnel avait, pour une fois, le goût de la délivrance et de la facilité: promesse d’une progression sans encombre. Je posais ma tente à proximité du bitume, épuisé par cette journée. Pour une reprise du trek, avec environ 2000m de dénivelé et une neige vampirisante, c’était une dure entrée en matière et j’avais mérité mon sommeil. Dans la nuit, les éclairs me réveillent. L’orage est loin et ne tonne pas. Isolé ici, protégé seulement par cette fine toile, je sens fragile et vulnérable.

Trekking estival sur un terrain de ski de rando

Au réveil, les nuages ne tardent pas à envahir le cirque du col d’Agnel. J’avais pu le voir de loin hier: écrasé par une chappe de blanc, l’hiver y régnait sans partage. Ce matin, je n’hésite pas à tricher un peu: quelques voitures montent et je tends le pouce. A croire qu’il me tarde d’aller voir mes jambes disparaitre dans la neige. A mon grand étonnement, ceux qui me prennent sont des skieurs. Deux mondes et deux saisons se croisent. J’ai l’impression de ne pas être tout à fait à ma place.

Col Vieux tour du queyras

Je descends au refuge Agnel. Le brouillard est très dense: on y voit jusqu’à 5m, c’est impressionnant. La nuit (et le froid) semble avoir porté conseil à la neige qui se tient sage: elle ne se dérobe pas sous mes pieds dans la montée au col Vieux, qui culmine à 2806m. Je suis des skieurs qui montent vers le Pain de Sucre. Au col, le soleil décide que je n’en ai pas assez vu: il chasse les nuages. Et me voilà révélé le grandiose paysage du Queyras: le Pain de Sucre, les crêtes de la Taillante, le lac Foréant. Les skieurs ne s’y sont pas trompés: dans le blanc sans partage, c’est le territoire des spatules ici, pas des chaussures de randonnée.

Pain de Sucre GR 58

Choix d’itinéraires

Lac Foréant

La neige porte bien jusqu’au lac Foréant, mais je sens qu’elle ne demande que quelques mètres d’altitude en moins pour s’approprier à nouveau mes jambes. Je tente donc de passer versant ouest, où le soleil n’a pas encore brillé, pour gagner le lac Egorgéou: la neige sera peut être plus portante. Erreur: elle est lourde et pourrie. Le piège se referme sur moi: une de mes jambes est coincée. Dans mes tentatives de dégagement, je perds une des précieuses rondelles de bâton. Une fois ma jambe sortie, je pars à sa recherche et, par chance, la neige me la rend. demi tour, je tente de rester sur l’itinéraire du GR 58 en passant versant est. C’est une bonne option, il y a de nombreuses sections libres de neige.

Lac Egorgéou et col Vieux

Lac Egorgéou: je viens de m’acquitter de mon droit de passage sur neige. Je suis tranquille jusqu’à demain. Maintenant, une terre printanière et accueillante s’étend devant moi. Au loin, une vague de nuage déborde d’Italie et vient lécher les mélèzes français. C’est vers le col Lacroix.

Col de Lacroix tour du Queyras

Coup d’oeil à la carte: je serai dans peu de temps à la Monta et Abriès est ma destination. La journée est belle, alors pourquoi pas rallonger un peu et faire une incursion en Italie? Pourquoi pas aller dans les nuages piémontais alors qu’il fait beau en France? L’optimisme m’aveugle, poussé par une jouissante envie de m’affranchir des règles sanitaires qui imposent des certificats pour qui veut franchir les frontières. Là haut, je pourrais proclamer ma totale liberté, loin de tout contrôle. Libre de passer, libre d’être dans les nuages quand je pourrais être au soleil. Et puis, je l’avoue, une autre motivation me pousse vers l’Italie: le refuge Jervis. S’il est ouvert, je mangerai italien!

Clandestino

Col de Lacroix et Tête du Pelvas

De belles rencontres m’attendent dans la descente vers l’Echalp. Tout d’abord Kyra, une randonneuse de Guillestre qui montait voir les bouquetins et avec qui je partage le chemin jusqu’à la route. Je suis heureux d’avoir un peu de compagnie. Et puis ces fameux bouquetins. Les premiers que nous voyons sont bien cachés, camouflés dans les arbres, jouissant de leur tranquillité. Les suivants sont des célébrités, à en croire les innombrables randonneurs venus les admirer et les prendre en photo. Il faut dire qu’ils jouent très bien le jeu. Peu mobiles, paissant dans une prairie verdoyante qui borde le chemin, ils donnent volontiers un spectacle qui en émerveille plus d’un.

Bouquetins GR 58

Me revoilà seul, après avoir hérité d’un morceau de pain maison offert par Kyra. Pas si seul en réalité. Des fleurs fortes de leur jouvence printanière haranguent le randonneur de leurs couleurs puissantes. Elles me saluent dans leur langue sensorielle, d’une énergie que les humains traduisent par beauté.

anémone

L’Italie: je suis accueilli par les nuages, qui ne me demandent pas de pass sanitaire. Me voilà dans un territoire où je ne suis pas censé être, d’après la loi des hommes. La montagne tolère ces écarts, elle ne rejette personne, quelle que soit sa santé ou ses choix de vie. Elle accueille inconditionnellement, parfois dans la rudesse, parfois sans pitié, parfois dans la douceur. Elle nous renvoie à la responsabilité de nos choix: nos décisions personnelles nous engagent en montagne.

col de Lacroix GR 58

Le refuge Jervis se situe 600m plus bas. Je ne sais pas s’il est ouvert, mais la perspective d’un repas italien galvanise mes jambes.

Buon appetito

rifugio jervis

Polenta concia, polenta con formaggio, polenta con salsiccia, torta con cioccolate: je ne connais pas l’italien mais j’aime sa musique. Le menu du refuge Jervis est simple mais prometteur. Il est bien ouvert et je ne suis pas le seul à en profiter en ce dimanche. Je m’offre une polenta concia (comprenez avec du fromage fondu) et un gâteau pommes chocolat. Ce sera le seul refuge ouvert du séjour, autant célébrer!

polenta refuge Jervis

Pesant bien 300kg de plus après mon repas gargantuesque, je m’élance doucement vers la France. Le col suivant au nom déroutant, col d’Urine, m’attend 800m plus haut. Fidèlement accompagné par les nuages, je prends de l’altitude à une vitesse déconcertante: il me semble que ce col n’arrive jamais. Cette nébulosité qui m’aveugle n’arrange rien: le paysage est immuable, sans promesse, sans espoir d’atteindre quoi que ce soit qui me donne l’impression d’avoir avancé. Bientôt, le blanc du ciel se conjugue avec le blanc de la terre. C’est presque une bonne nouvelle: témoignage irréfutable d’une élévation. Cette neige là porte. J’en suis presque surpris, m’attendant à chaque pas à une descente dans les enfers blancs. Eh bien non: quelle joie!

brouillard

Col d’Urine: les nuages abandonnent la partie. Ils tentent bien une incursion en France mais elle est vite chassée par un soleil radieux et désireux de préserver la France. Une fois de plus, des milliers de fleurs rayonnent leur vitalité et leur lumière. Nous nous saluons respectueusement. Dans cette nature qui respire sa joie de renaître, je reçois chaque fleur comme un cadeau merveilleux: la vie est généreuse et belle.

GR 58 variante par le col d'Urine

Se ressourcer

Je n’ai plus qu’à choisir où dormir ce soir. J’hésite: des orages sont prévus et je n’ai pas envie de rester en altitude. Mais s’ils ne viennent pas, alors je serai au paradis ici, parmi mes amis les fleurs et les arbres. Mes jambes ont leur mot à dire et elles souhaitent une fin d’étape rapide. Ce deuxième jour fut le jumeau du premier: du dénivelé et quelques tonnes d’énergies consacrées à me sortir de la neige.

col d'Urine

La négociation est rude mais toutes les parties de moi ayant voie au chapitre finissent par trouver un accord. Ce soir, je dors à Abriès et demain je ferai une étape plus « raisonnable », avec le seul col du Malrif au programme. Montée à la colette de Gilly: je sens bien que mes jambes ne faisaient pas la comédie lorsqu’elles me demandaient d’en finir au plus vite. Derrière moi, le Queyras révèle ses sommets secrets: Bric Bouchet, Grand Queyron, Bric Froid. Autant d’invitation à imaginer des itinéraires pour les saluer de près.

Bric Bouchet

J’expédie la descente dans la station de ski. C’est pas l’itinéraire classique du tour du Queyras mais il me semble que c’est plus rapide que le GR 58 qui fait tout le tour de la montagne. Le camping est ouvert à Abriès: impossible de me refuser une douche chaude et une bonne bière! Le camping dispose d’une salle hors sac avec du gaz et des couverts: le luxe alors que la pluie et l’orage imposent leur présence.

pic de l'Agrenier

Après une bonne nuit, je quitte Abriès enrichi d’une éphémère chocolatine glanée à l’épicerie du village. Bientôt, je traverse le hameau du Malrif, vestige encore bien vivant de l’époque où les hommes habitaient haut en montagne. Quelques maisons ont été réhabilitées, tout comme la chapelle.

hameau de Malrif

Plus fidèle encore que les nuages d’hier, la solitude m’accompagne sur ce GR 58. Dans quelques semaines, il n’y aura peut être plus d’espace pour elle sur ce très fréquenté tour du Queyras. J’ai le sentiment d’être privilégié, comme si ces montagnes m’étaient réservées, le temps d’un pas dans la terre humide, d’un regard vers les cimes. Ce qui me réjouit, ce n’est pas tant l’impression illusoire de posséder ce lieu l’espace d’un instant. Non, rien ne me dégoûte plus que l’appropriation des espaces sauvages, synonymes de liberté. Dans la solitude, je trouve l’intimité, qui me permet de goûter à une relation très authentique avec la nature. Les distractions, le bruit, les dialogues, tout cela j’en suis épargné. Le silence intérieur se fait: un sentiment de sacré peut naitre, ancré dans la présence à ce qui m’entoure, à moi même aussi. Je goûte l’instant.

mélèze

Aux pieds des pentes raides qui mènent au lac de Malrif, je remercie l’absence de neige: ce terrain est exposé et je suis content de ne pas avoir à tester mon aisance sur les pentes déversantes.

Le col le plus technique du tour du Queyras

pic de Clausis

Les nuages chapeautent maintenant les cimes. Ce couvercle empêche mon esprit de s’évader: je suis ramené dans une méditation intérieure. Il me faut toute mon attention pour éviter un passage barré par la neige sur le chemin: le contourner implique une petite grimpette exposée.

lac et col de Malrif

Au lac de Malrif, l’hiver et la neige m’attendent. Le lac ne s’est pas libéré de son manteau de glace et, au fond, le col chargé de neige se dresse comme une forteresse imprenable. Ses pentes sont raides, défendues par une corniche, cernées de douves blanches que j’ai trop traversées depuis mon départ de Ceillac. Son ascension va être difficile et dangereuse. La montagne me conseille un autre chemin: celui du pic Malrif, à droite du col. La crête qui y mène est presque libre de l’étreinte blanche: de là haut, je pourrais jeter un oeil satisfait sur les pièges enneigés qui m’attendaient sur le chemin du col. Marché conclu, me voici en route pour monter à plus de 2900m.

lac de Malrif vu d'en haut

Quand le tour du Queyras sort du Queyras

Sans encombre, j’arrive à la frontière du Queyras et du Briançonnais. Il m’aura fallu presque 4h pour arriver au terme de cette longue et unique montée de la journée. Maintenant, s’ouvre à moi une large vallée qui me conduit aux Fonts de Cervières. Mais avant d’y arriver, une nouvelle négociation avec la neige m’attend. Tapie sur les hauteurs de la vallée, elle a dressé sa nasse sur mon chemin, sans surprise: à cette altitude, elle est encore chez elle.

Col de Malrif

Elle porte très bien sur le début de la descente, que je fais à la savoyarde: dré dans l’pentu. Mais les meilleures choses ayant toujours une fin, je ne tarde pas à aller sonder les tréfonds du manteau neigeux. Me revoilà dans un labyrinthe, je cherche là où il y a peu de fond, les meilleurs trajectoires pour bénéficier un bref moment des zones dégagées. Une fois de plus, la neige est implacable et épuisante. Mais pas éternelle: grignotée par l’herbe, elle cède du terrain et je finis par retrouver un sol stable et porteur, propice à dérouler ma foulée en toute insouciance.

neige pourrie

Contemplations

Au Fonts, le refuge encore fermé s’apprête à se réveiller: son gardien s’active pour le remettre en état afin d’ouvrir dans quelques jours. Les mélèzes aussi dorment encore: nous sommes à la veille de juin et ils n’ont pas sorti leurs aiguilles. Peut être que les arbres aussi sont frileux. Aube pour les uns, crépuscule pour les autres: quelques skieurs lèchent encore la neige avec leurs spatules qui n’ont pas envie de l’été, mais elles devront très bientôt s’y résigner.

les Fonts de Cervières

Quant à moi, j’observe ce balai de la vie. Arrivé vers 14h, je me suis offert le luxe d’une après midi immobile. Bercé par les mots magnifiques et bouleversants de Christiane Singer, qui dans son ultime livre raconte son voyage vers la mort, je regarde au gré des pauses ce monde qui m’entoure. Entre l’été et l’hiver, alors que ce n’est ni l’été ni l’hiver, je suis dans un entre deux, un passage: ce Dernier fragment d’un long voyage résonne fortement avec l’instant vécu. Alors que Christiane chemine vers la mort, elle écrit un hymne à la vie et transcende sa propre mort qui n’est plus vécue comme une fin, mais comme un passage. Il n’y a plus la mort et la vie, mais la vie sous différentes formes, dont les transformations s’appellent mort.

Casser la croûte

vallon de Péas

Retours aux réalités du trek. Le temps s’est enfin stabilisé et a bien voulu désencombrer le ciel. C’est une aubaine car le regel s’est invité cette nuit, durcissant la neige. Car le col de Péas, situé à plus de 2600m, se franchit en montant sur son versant nord: c’est le premier col que j’ai à monter par son côté enneigé. Je ne suis donc pas fâché par les températures négatives du matin qui promettent une flottaison salvatrice sur les pentes blanches.

pic de rochebrune tour du queyras

J’atteins rapidement la neige. Elle porte, mais pas trop. J’espère qu’en gagnant de l’altitude elle sera plus docile. Rien à faire, la croûte de regel est trop fine, ou je suis trop lourd! Je m’enfonce un peu, cherchant à trouver le pas du chamois pour que la neige accepte de supporter mon passage. Encore une fois, il faut tâtonner pour trouver les endroits qui portent le mieux.

au sud du col de Péas

Au col de Péas, le panneau de signalisation enseveli encore profondément indique que le soleil a encore beaucoup de travail avant d’avoir libéré la terre de l’emprise blanche. Laquelle se fait d’ailleurs plus sympathique pour le randonneur alors que je passe en versant sud: cette neige plus tassée porte bien.

Variante maison sur le tour du Queyras

Je me laisse tenter par un itinéraire original, hors sentier, qui me permet d’éviter la descente à Souliers et la remontée vers la bergerie éponyme. A noter que cette partie de l’itinéraire, dans les alpages et les forêts de mélèzes, est très belle: ma variante s’inspire davantage d’un besoin d’exploration et de visiter des endroits plus sauvages.

versant sud pic de rochebrune

Me voilà donc sous les murailles septentrionales du splendide et dolomitique pic de Rochebrune. A mon goût le plus beau sommet du Queyras. Je traverse l’esplanade de cette cathédrale queyrassine en direction d’un collet à 2639m sur une crête perdue, tout joyeux d’avoir enfin à chercher mon chemin, libéré du tracé parfois trop étroit du sentier. La pente finale fait environ 80 à 100m de dénivelé. Elle est en neige et assez raide. Je me lance. Un « wouf » typique d’une rupture dans la couche de neige me glace le sang. La couche qui a cédé n’a pas emporté le manteau neigeux, mais je suis quand même sur un terrain avalancheux, et les avalanches se fichent qu’on soit en juin. Elles tombent quand c’est le moment. Je dois être prudent sur ces terrains encore parsemés de pièges hivernaux.

montée sur la crête de crépaud

Soulagement quand j’arrive au collet: la neige m’a laissé passer. Devant moi, un vallon sauvage où je surprends un chamois et un renard qui ne m’a pas vu. Il ne doit pas être habitué aux visites humaines par ici. La descente est directe et bientôt me voilà dans une accueillante et douce forêt de mélèzes. D’abondants tapis de fleurs couronnent cet oasis où je me ressource après ces dernières heures plus austères.

GR 58 variante

Quand la neige me joue des tours

C’est l’heure d’une trêve momentanée. Jusqu’à Arvieux, la neige a promis de me laisser tranquille. Le col du Tronchet à 2347m devrait être totalement dégagé. Sous le soleil, je peux enfin profiter d’un temps quasi estival. J’ai eu assez froid jusqu’à présent et mon T shirt ne se plaint pas d’un excès de transpiration. Le col du tronchet n’est pas le plus haut du parcours mais il vaut quand même son dénivelé. De belles vues sur le massif du Rochebrune attendent le randonneur, qui peut aussi se délecter de très belles cheminées sur le chemin de Brunissard.

bergerie de souliers

Arvieux: pause et achat d’une bière à savourer ce soir. Il me faudra en effet une récompense à la hauteur des efforts qui m’attendent. Le col de l’après midi sera le plus difficile du parcours: Furfande est abrité dans un étroit vallon orienté nord, encore très enneigé d’après ce que j’ai pu observer. Je vais passer en plein après midi, quand la neige sera au paroxysme de sa mollesse. Aussi, les prévisions sont à une transpiration abondante et une fatigue intense pour franchir les 400m de dénivelé dans les enfers blancs. Il est probable que je ne puisse pas passer: à cette heure ci, la neige pourrie sera intraitable.

montée au col de furfande

Surprise. Pour cet ultime col d’altitude, la neige a décidé de me laisser un bon souvenir. Elle porte avec une étonnante générosité. Le caractère encaissé du vallon y est sans doute pour quelque chose. Mes chaussures s’enfoncent à peine. Je crois à une supercherie, la neige a posé ses pièges plus loin, elle ne va pas me laisser m’en tirer à si bon compte alors que je défie sa portance en plein après midi. Mais je me trompe: cette montée supposée impossible fut une bonne promenade.

col de furfande

Le plus beau bivouac du tour du Queyras

Furfande n’est pas toujours le lieu préféré des randonneurs. La piste qui conduit au col depuis Arvieux amène beaucoup de voitures. Mais pour le moment, la neige tient les moteurs à distance de ce lieu qui profite encore de sa tranquillité. Les mouflons ne s’y trompent pas: trois hardes batifolent dans les Alpages de Furfande, encore libres de la colonisation saisonnière des humains. J’ai presque le sentiment d’être un intrus. Les mouflons se tiennent un peu à distance mais ne me fuient pas: j’aurai le plaisir de les voir toute la soirée.

alpage de furfande

Je pose ma tente à proximité du refuge encore fermé. Le terrain plat, la solitude, la proximité de l’eau et une vue fabuleuse: toutes les qualités d’un bivouac de rêve. Des nuages venus des Ecrins semblent vouloir s’inviter: le Queyras n’en veut pas et les maintient à distance. Déchargé de cette puissante énergie que j’honore en laissant derrière moi un abondant dénivelé, je peux m’installer à nouveau dans l’immobilité et recevoir tous ses cadeaux: une fleur frêle qui danse dans le vent, toutes ses soeurs réunies qui, de leur voix colorée, chantent la belle saison, l’ombre qui glisse sur les flancs montagneux, les mouflons qui s’ébrouent, cette petite marmotte qui s’intéresse un peu trop à mon matériel et que j’ai à effrayer pour ne pas qu’elle ait envie de le déguster.

mouflons tour du queyras

C’est mon dernier bivouac sur le Tour du Queyras et je suis gâté.

refuge de furfande GR 5

Ultimes kilomètres

rocher de furfande

Je connais le sentier qui va du Furfande à Ceillac: je l’ai parcouru l’an dernier. Après avoir dit au revoir à Furfande, me voilà sur le raide sentier qui descend au Pont de Bramousse, le point le plus bas de l’itinéraire, où le GR 58 entame son ultime montée vers le col de Bramousse. Ce n’est pas aussi spectaculaire que d’autres parties du trek, mais les alpages verdoyants bordés de mélézins et de chalets traditionnels offrent une douce compensation à la longueur de la montée.

Pique nique au col, puis descente rapide sur Ceillac: la boucle est bouclée!

Conclusion du Tour du Queyras à pied en 5 jours

pic de la font Sancte tour du queyras

Ce fut un tour du Queyras original. Connu pour être fréquenté, le GR 58 était désert et, en ce printemps 2021, je fus sûrement le premier à le faire en totalité. La neige très généreuse a considérablement corsé le parcours, devenu beaucoup plus technique mais aussi inattendu, incertain, surprenant. Je ne pouvais pas vraiment savoir à quoi m’attendre: je découvrais le terrain chaque jour.

La neige, loin de me gâcher le parcours, l’a rendu plus intéressant et en dissimulant nombre des beautés du GR 58 elle m’a donné envie d’y revenir. Faire le trek en été pour voir ces montagnes dans leur éclat minéral, revenir encore en automne pour saluer les mélèzes au firmament de leur beauté. Le Queyras c’est un coup de coeur, que je sais partagé avec une multitude d’amateurs de montagne. Je les comprends: ce petit bout des Alpes est d’une beauté unique.

Matériel utilisé pour le Tour du Queyras

Pour ce trek, j’ai utilisé mon équipement classique de trek, quasiment identique à celui de la Via Alpina réalisé l’année précédente. A deux exceptions près: les chaussures et le sac de couchage.

Comment s’équiper pour un trekking en autonomie?

Le sac de couchage m’avait été fourni en test par Montania Sport : c’était un Sir Joseph Koteka II 400 . En voici le test.

Test du sac de couchage Sir Joseph Koteka 400 II

Pour mes chaussures, je ne changeais pas de marque, juste de modèle. J’ai découvert les excellentes Hoka Speedgoat Mid GTX .

Test des chaussures Hoka One One Speedgoat Mid GTX 2

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Julien DEFOIS

Pendant mon enfance, mes parents m'ont initié aux joies et aux peines de la randonnée en montagne. A l'adolescence, j'ai oublié la montagne, elle me demandait trop d'effort. Mais des graines avaient été semées dans l'enfance et elles ont fini par germer au début de la vingtaine pour moi. J'ai recommencé à marcher dans la nature, puis je me suis orienté vers les montagnes. J'ai ressenti un appel profond, comme si je rentrais chez moi. J'ai pratiqué assidûment et fidèlement, développant mes compétences et mes appétences. Je me suis ouvert à l'escalade, à l'alpinisme, au ski. J'ai repoussé mes limites, exploré mes peurs et profité de tout ce que la montagne avait à offrir pour sortir de ma zone de confort. Jusqu'à ce qu'une partie plus contemplative de mon être prenne le dessus. Dès lors, la montagne n'a plus été un lieu de défi, mais d'exploration de la vie et de soi-même, une opportunité de me connecter à tout ce qui m'entoure, de m'émerveiller de la beauté de la nature. J'aime toujours le côté sportif dont mon corps a besoin, mais je le pratique avec une dimension d'écoute de soi et de plaisir. Après de nombreux voyages partout dans le monde, j'aspire à une exploration de proximité, dans l'intimité de notre pays ou de notre continent.

Loury CAVALIE photographe sportif outdoor

Les plus belles visites autour de new york , vous pourriez aussi aimer, gr20 en 5 jours par les variantes alpines, le gr®34 en solitaire du mont-saint michel à..., trans’alpes 2023 : 600 km sur la « hrp »..., les meilleurs treks en colombie : découvrez des..., les 10 meilleures destinations de trekking en europe, trek autour des aiguilles rouges et fiz, partir à l’autre bout du monde… sans même..., 19 jours de marche le long de la..., guide de voyage : un week-end sur la..., les plus beaux treks des dolomites, 4 commentaires.

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Merci Julien pour ce beau descriptif du tour qui me donne envie de le découvrir. Peux-tu me renvoyer les traces GPS de ton parcours ? Merci et peut-être à bientôt sur les sentiers. Michel

Bonjour Merci pour ton retour! La trace gps figure maintenant dans la première partie de l’article consacrée aux informations pratiques. Mon expertise encore limitée dans les traces GPS ne me permet pas de bien tracer ma variante par la crête de Crépaud mais le point de passage sur cette crête que j’évoque dans l’article y figure. Bonne rando!

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Merci pour ce bel article. Serait-il possible d’avoir la trace GPS s’il-te-plaît? A bientôt

Bonjour Merci pour ton retour! Je viens de répondre à ta question dans le commentaire précédent. N’hésite pas si tu as besoin de plus d’infos. Bonne rando!

Laisser un commentaire Annuler

Save my name, email, and website in this browser for the next time I comment.

IGN - Institut National de l'Information Géographique et Forestière, La référence pour vos activités nature

  • Mes parcours
  • Ma communauté
  • Se connecter

Tous les sites IGN

  • Boutique IGN
  • Édugéo
  • ENSG / Formation
  • Espace revendeurs
  • Géoportail
  • Géoservices
  • Inventaire forestier
  • Géodésie
  • Remonter le temps
  • Espace collaboratif

Le Portail IGN

  • Points d'intérêt
  • Communautés
  • Pour les pros
  • Applis Mobiles

IGNrando, compagnon de vos découvertes

Participez à notre prochain atelier en ligne gratuit : "L'application IGNrando' et la sécurité dans vos activités de pleine nature", le jeudi 13 juin à 18h30 -  Inscrivez-vous »

GR58 ® - Tour du Queyras

  • Thématique  Itinérance, road-trip
  • Mis à jour le  05/08/2022
  • Identifiant  1318906

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Photos & vidéos (3)

Description, hébergements à proximité.

Studio refait à neuf sur les pistes

Studio refait à neuf sur les pistes

Chalet Queyras, veritable fuste renovee, confort l

Chalet Queyras, veritable fuste renovee, confort l

Gite 1689 : Grand duplex de charme

Gite 1689 : Grand duplex de charme

Appartement 4/6 personnes en Rez de Jardin d'une m

Appartement 4/6 personnes en Rez de Jardin d'une m

maison 4 chambres avec jardin et jacuzzi

maison 4 chambres avec jardin et jacuzzi

Serre-Chevalier Vallée Briançon

Serre-Chevalier Vallée Briançon

appartement fonctionnel situation idéale briançon

appartement fonctionnel situation idéale briançon

Superbe appartement T4 avec vue magnifique

Superbe appartement T4 avec vue magnifique

Sportihome

données de référence

Période conseillée : de juin a septembre, adresses utiles, le topoguide ffrandonnée : gr58 ®, infos parcours (3), gr58 - tour du queyras, gr58 ® de ceillac à brunissard, gr58 ® de ceillac à la monta.

FFRandonnée

FFRandonnée

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

  • Commenter / Evaluer »
  • Signaler une anomalie »

Le parcours ou point d'intérêt est disponible pour être synchronisé avec un application mobile compatible.

  • Ajouter aux favoris »

Sur les réseaux sociaux

Créer un parcours

un point d'intérêt" href="https://ignrando.fr/fr/pointsinteret/edition/description/"> Proposer un point d'intérêt

Cartes associées

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Vents & Voyages

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Le Tour du Queyras, un trek réalisé en 5 jours

Depuis quelques années, aucun été ne se passe sans que nous y consacrions  une semaine de trek dans les Alpes . Alors que l’année dernière je m’extasiais devant les marmottes lors de mon  Tour des Fiz , le co-randonneur avait souhaité se lancer à l’assaut du  tour du Queyras et du Viso  en solo. Complètement emballé par son expérience, il a réussi à me motiver pour refaire cette année cette boucle combinant les deux tours du Queyras et du Viso, en une semaine.

Ces deux magnifiques treks étant deux boucles indépendantes, je vais y consacrer deux articles. Celui-ci ne traitant que du tour du Queyras. 

Je préfère te prévenir, la boucle que je vais te présenter n’est pas le tracé « standard » du tour du Queyras, le GR®58. Par choix, mais aussi parce que des événements inattendus nous ont forcés à changer notre parcours en cours de route,  nous avons misés sur de nombreuses variantes  afin de réaliser une boucle qui nous corresponde. Les puristes savent désormais à quoi s’attendre 🙂

De plus, contrairement au topo officiel qui commence le tour du Queyras depuis Ceillac et qui préconise de le suivre selon le sens inverse des aiguilles d’une montre, nous avons choisi de commencer au plus près par rapport à notre lieu d’habitation afin d’éviter une demi-heure de route en plus, et de le réaliser dans  le sens des aiguilles d’une montre  car certaines étapes techniques du tour du Viso s’y prêtaient mieux.

Cet article étant relativement long, voici le sommaire si tu souhaites accéder plus facilement à une étape en particulier.

  • Résumé des étapes
  • Etape 1 : Les Fonds de Cervières – Le Malrif 
  • Etape 2 : Le Malrif – L’Echalp
  • Etape 3 : L’Echalp – Refuge de la Blanche
  • Etape 4 : Refuge de la Blanche – Chalets de Bramousse
  • Etape 5 : Chalets de Bramousse – Arvieux
  • Etape 6 : Arvieux – Souliers
  • Variante 4-5-6 : Refuge de la Blanche – Bergerie de Péas
  • Etape 7 : Souliers – Les Fonds de Cervières
  • Informations pratiques

tour du queyras

Tu cherches un trek organisé en petit groupe pour découvrir le parc du Queyras ? Découvre les différents séjours que propose l'agence Atalante, spécialisée dans les voyages à pied !

Le tour du Queyras en résumé

Départ / Arrivée:

Les Fonds de Cervières

5 - 7 jours

Difficulté:

Moyen (3/5)

Meilleure Saison:

Tu retrouveras dans le tableau suivant le détail des étapes jour par jour. 

Il est tout à fait possible de découper cette boucle en plus ou moins d’étapes selon ta forme, ton rythme et surtout tes envies !

  • Trace GPX : GR58 en 7 jours
  • Trace GPX : GR58 en 5 jours

Jour 1 : Les Fonds De Cervières - Le Malrif

En cette fin août 2020, après un printemps confiné, nous attendions avec impatience nos vacances à la montagne, dans le Queyras ! Levés aux aurores, nous avions prévu de commencer notre tour du Queyras et du Viso au lieu dit « Les Fonds de Cervières ».

Après un « petit » souci technique de voiture nous obligeant à nous taper 5km de plus en plein soleil pour rejoindre le départ du trek, nous arrivons finalement aux Fond de Cervières vers 12h.

Dans ce pittoresque hameau niché au fin fond d’une vallée,  le temps semblait doucement s’étirer au rythme des sifflements des marmottes et du ruissellement de la rivière.  Je me souviens avoir été complètement charmée par cette toute première vision du Queyras.

Le cadre était tellement sympathique que nous décidons de profiter de l’un des rares endroits ombragés pour casser la croûte avant d’entamer l’ascension menant au col du Malrif.

Queyras viso

L’ascension jusqu’au col du Malrif se déroule en deux parties. Une pente modérée sur plusieurs kilomètres le long de la rivière dans un décor bucolique (et en plein cagnard !) puis la montée finale au fond du cirque, avec une petite centaine de mètres bien raide pour atteindre la crête au dessus du lac du Grand Laus.

Alors que le palpitant s’emballait, des randonneurs de passage nous souhaitaient bonne chance pour la descente avec un large sourire. Mais que quoi ?! Je compris vite la petite blagounette en arrivant au col. Quelle ne fût pas ma surprise d’être accueillie par un énorme troupeau de moutons !  

Depuis la crête, le panorama était splendide sur le lac du grand Laus en contrebas et les sommets qui se distinguait au milieu des nuages juste en face de nous. 

col du Malrif

Nous avions initialement prévu de contourner le lac par la variante des crêtes et rejoindre ainsi Ristolas le lendemain mais, du fait de notre départ raté le matin, nous étions en retard sur notre planning et avons préféré suivre le sentier normal pour être certains d’arriver à temps au refuge du Viso le lendemain soir. De ce fait, nous n’avons même pas pris le temps de monter voir les autres lac du Malrif. Il parait qu’ils méritent le détour, si tu as plus de temps que nous ! 

La descente jusqu’au lac, au milieu des moutons et sous la surveillance accrue des patous, était vraiment raide, je me souviens avoir pensé que je n’aurais vraiment pas aimé me la taper en sens inverse (sûrement la raison de la réflexion des randonneurs plus tôt). C’était même trop abrupte pour mon genou qui commençait à me faire vraiment mal. Il faut dire que j’avais commencé a développer une douleur à la descente plusieurs semaines avant le trek et malgré les anti-inflammatoires prescrits par le médecin et ma genouillère, rien ne semblait vraiment faire effet… 

C’est donc clopin clopant que j’ai continué la descente encore sur quelques kilomètres jusqu’à ce que nous trouvions un endroit agréable pour poser notre bivouac, juste avant le village du Malrif. Il faut croire que nous n’étions pas les seuls à avoir eu la même idée car les tentes se sont mises à pousser comme des champignons dans cette prairie !

queyras malrif

Jour 2: Le Malrif - L'Echalp

Pas de temps à perdre pour cette deuxième journée !

Nos lits et repas bien chauds nous attendent ce soir au refuge du Viso, il ne faudrait pas arriver trop tard. Si tu as bien suivi, ce refuge ne fait pas partie du tour du Queyras, mais est le point de départ du tour du Viso que nous allons réaliser les jours suivants et dont je te parlerais dans un autre article.

Pour commencer la journée, nous rejoignons rapidement le hameau perché du Malrif avec sa petite chapelle. Pour la minute culture, 19 maisons et 150 habitants vivaient ici au 19ème siècle! Cela relève de l’exploit quand on voit les conditions d’accès. Mais les habitants ont progressivement désertés le village et aujourd’hui, au milieu des ruines, seules 3 maisons ont été restaurées. 

Nous continuons la descente vers Abries par un sentier panoramique sur la vallée du Guil et le village d’Aiguilles avant d’atteindre la Chapelle de Notre Dame des Sept Douleurs et son chemin de croix menant tout droit au centre du mignon village d’Abriès.

L’itinéraire normal du tour du Queyras remonte ensuite sur les hauteurs avant de redescendre soit sur Ristolas ou directement au site de l’Echalp. Mais ne voyant pas trop l’intérêt de cette montée / descente, nous avons préféré rejoindre Ristolas puis l’Echalp par le sentier bien aménagé qui longe la rivière. Par contre, nous l’avons emprunté sur les coups de midi et je préfère te prévenir il y a trèèèès peu d’ombre sur le chemin. La caillasse au sol ne fait que réfléchir la lumière et donc, même si niveau dénivelé c’est plus facile, je n’en garde pas un très bon souvenir malgré les jolis paysages.

Le lieu-dit de l’Echalp étant l’endroit où débute le tour du Viso, nous avons continué jusqu’au refuge du Viso situé en hauteur. Mais si tu ne comptes pas faire le tour du Viso, le gite d’étape situé à l’Echalp marque la fin de cette journée. 

Abries Ristolas

Même si tu ne souhaites pas combiner le tour du Queyras avec le Viso, je te recommande vivement de faire un détour à minima jusqu’au belvédère du Viso (le plus loin sur le route, pas le « petit belvédère » d’où tu ne verras rien), au mieux jusqu’au refuge du Viso tellement le paysage est magnifique et sauvage. Si tu t’arrêtes au belvédère, mon conseil c’est de continuer encore une petite centaine de mètres après la barrière en direction du refuge pour obtenir une vue encore plus sympa que celle du belvédère. Enfin, dernier point,  tu profiteras le mieux du point de vue soit tôt en matinée, ou en fin d’après midi pour le coucher de soleil, quand la nebbia ne recouvre pas le Viso.

Jour 3: L'Echalp - Refuge de la Blanche

Depuis l’Echalp, le sentier du tour du Queyras continue jusqu’au refuge Agnel. N’ayant pas parcouru cette portion, je ne saurais te dire à quoi elle ressemble. Par contre, si tu souhaites monter au col Agnel pour profiter du panorama, je ne peux que te conseiller de t’y rendre soit tôt le matin afin de voir les sommets avant que la brume ne les enveloppe, ou bien au coucher de soleil quand les rayons illuminent les montagnes de cette belle lumière dorée.

La logique aurait voulu que nous terminions notre tour du Viso en rebifurquant sur le tour du Queyras depuis le col Agnel. Mais comme nous avions prévu de passer par la variante du refuge de la Blanche, l’itinéraire le plus droit nous faisait passer par le col de Saint Véran.

Et franchement, c’est une variante que je te recommande. 

Du refuge Agnel, il te suffit de suivre l’itinéraire normal du tour du Queyras jusqu’au col de Chamoussière, et là, au lieu de redescendre directement au village de Saint Véran, tu bifurques vers le col. 

Lors de notre trek, alors que la brume rodait autour de nous pendant l’ascension, arrivés au col, nous avons pu profiter d’une vue incroyablement bien dégagée sur la rocca bianca, le massif du Queyras et même distinguer la Meije au milieu des Ecrins. Une bien belle récompense après l’effort de la montée !

col de saint véran

Accompagnés des nombreuses marmottes qui peuplent ce vallon, nous rejoignons ensuite tranquillement le refuge de la Blanche, idylliquement située sur les berges d’un lac au pied de la Rocca Bianca. 

Si tu as encore du jus dans les pattes, sache que l’ascension de la Rocca Bianca se fait assez facilement sans matériel si les conditions météo le permettent. Où deuxième alternative, tu peux aussi rejoindre le refuge de la Blanche en passant par les lacs Blanchets. Nous n’avons opté pour aucune de ces options afin de ménager mon genou, mais si je n’avais pas eu ces problèmes de santé je n’aurais pas hésité bien longtemps. 

La tente montée, les marmottes photographiées et les bières vidées, nous avons ensuite profité, une nouvelle fois, d’un magnifique coucher de soleil avant de faire bonne chère à la tablée du refuge. 

refuge de la blanche

Le col Saint Véran et le refuge de la Blanche ne sont pas sur l’itinéraire officiel. Mais, de mon avis et de tous ceux qui connaissent bien le Queyras avec qui j’ai pu discuter, il s’agit de la plus belle variante du tour du Queyras. Déjà pour le refuge en lui-même, juste exceptionnel à tous points de vue, mais surtout parce que les sentiers empruntés sont bien moins fréquentés et traversent des zones bien plus sauvages en comparaison à l’itinéraire normal.

Jour 4: Refuge de la Blanche - Chalets De Bramousse

Après un bon petit déjeuner, et un gros pique-nique dans les sacs, nous quittons le refuge direction le joli village de Saint Véran. 

Alors que le co-randonneur avait coupé par la forêt lors de son trek, nous préférons rester sur la route où la pente est plus douce pour ménager mon genou, quitte à nous rallonger un peu. 

Au moins, on profite de la vue et des marmottes quand elles ne se cachent pas en nous entendant. 

tour du queyras

Saint Véran est tel que le co-randonneur me l’avait décrit. Situé en peu en hauteur sur le flanc de la montagne, le village est un cul-de sac au milieu du Queyras. Pourtant, malgré sa situation géographique peu encourageante, nous sommes loin d’être les seuls touristes ce matin-là. Il faut dire que le village culminant à 2042m est connu pour être le plus haut village de France. Son architecture très typique du Queyras lui confère aussi beaucoup de charme et attire les curieux.   

De part sa situation centrale dans ce tour du Queyras, quasi à mi chemin entre le début et la fin de ce trek, le village de Saint Véran est aussi une étape très pratique d’un point de vue logistique. En effet, après 4 jours de treks on peut choisir deux options différentes pour continuer le tour du Queyras selon sa forme, le temps qu’il nous reste et son envie.

Lors de son trek, le co-randonneur avait continué la boucle en suivant l’itinéraire le plus proche du GR®58 en passant par Bramousse, Arvieux et Souliers. 

Je pensais faire de même lors de mon tour, mais c’était sans compter sur mes problèmes de genoux à ce moment là. Ainsi, en arrivant à Saint Véran, nous avons préféré « écourter » notre boucle en privilégiant un itinéraire plus direct par Château Ville Vieille. 

Comme ces deux options sont tout autant valables l’une que l’autre, pas de jalouses, j’ai choisi de te les décrire toutes les deux pour que cela puisse t’aider dans la conception de ton tour du Queyras. Les étapes 5, 6 et 7 décrites ci-après suivent l’itinéraire complet du tour du Queyras (GR®58) réalisé par le co-randonneur. Le récit de la variante en deux jours par Château Ville Vieille est décrit un pe u plus loin (clique ici pour y accéder directement).

saint véran

Après Saint Véran, une longue ascension avec de belles pentes et un sentier en serpentin dans la forêt puis les alpages permet de rejoindre le col des Estronques. Le meilleur point de vue se trouve en début d’ascension depuis le village de Saint Véran. Au col le panorama se porte surtout sur la ville de Ceillac en contrebas.

Souhaitant s’éviter une descente à Ceillac logiquement suivie d’une ascension, le co-randonneur à préféré couper le tour par la variante du Col Fromage. Si son nom ne t’es peut-être pas inconnu, ce n’est sûrement pas à cause du champ de fromage que tu ne trouveras PAS en haut (dommage…) , mais parce que ce col est situé au carrefour d’un nombre impressionnant de trek, dont le GR®5, la grande traversée des Alpes. En plein été c’est plutôt bondé et les places sont chères pour pique-niquer. 

Du col Fromage il existe donc plusieurs façon de rejoindre la trace du tour du Queyras (GR®58) après Ceillac. Le co-randonneur a opté par le chemin de la crête des Chambrettes qui passe par l’ancien poste optique puis par le col de Bramousse, espérant gagner son temps comparé aux autres chemins. comme nous n’avons pas de comparaison, impossible de te dire si c’est bien le cas. Par contre, plusieurs points à connaitre sur ce sentier. Avant le poste optique, tu as le choix entre deux sentiers. Celui en face de toi, très raide et technique qui monte au poste, et celui sur la gauche qui longe la crête mais ne permet pas de rejoindre le poste optique. Quoi qu’il en soit, les deux sentiers sont très exposés au soleil et au vent. A éviter donc en cas de mauvais temps. Le panorama le long des crêtes est bien plus sympa qu’au col fromage, avec une vue à 180° sur la vallée et les montagnes. 

Depuis le col, s’ensuit une longue descente jusqu’au village de Bramousse. Le co-randonneur avait dormi au gite du Riou Vert dont il garde un très bon souvenir de ses hôtes accueillants et des grands espaces.

col estronques

Pour tes repas, si tu cherches où acheter des lyophilisés de qualité, le site Lyophilisé & Co est une vraie caverne d’Alibaba avec un choix impressionnant de lyophilisés pour tous tes repas. Il y en a même pour les végétariens ! Personnellement j’aime beaucoup ce site car on peut classer les lyophilisés par marque et prix, mais aussi selon le rapport calorique de chaque sachet. Parfait pour choisir celui qui te convient le mieux !

Jour 5 : Chalets de Bramousse - Arvieux

Les journées se suivent et se ressemblent… plus ou moins. Après avoir rejoint Bramousse, une grosse ascension de 1200m t’attend. Mais selon les dires du co-randonneur le chemin est roulant et, point non négligeable, il est possible de se rafraichir aux nombreuses fontaines des petits villages traversés. Cela dit, s’est toujours mieux de prévoir cette section en matinée. 

La sente passe devant le refuge de Furfande, joliment situé dans son écrin et continue de monter jusqu’au col de Furfande, réputé comme l’un des plus beaux de ce tour du Queyras.

Mais malheureusement, l’un des plus accessibles aussi puisqu’une route y mène directement depuis Arvieux. Ne t’étonne donc pas si tu n’es pas seul.e en y arrivant. L’avantage c’est que tu trouveras facilement à faire du stop si l’envie te prenait de rejoindre le village en voiture !

En redescendant, tu auras le choix de bifurquer soit vers Arvieux à droite ou d’emprunter la crête de l’Echelle si tu souhaites rester sur le chemin et contourner Arvieux. Cette seconde option est néanmoins réservée aux randonneurs expérimentés puisqu’elle comprend une courte mais intense ascension et aussi parce que le sol paraissait assez instable à l’époque où le co-randonneur l’a emprunté (fin août). Ici nul panorama (c’est la forêt), mais de nombreux spots de bivouac possible. 

GR58 - furfande

Jour 6 : Arvieux - Souliers

Depuis Arvieux, le tracé original du tour du Queyras te fait passer par le village de Brunissard avant de rejoindre Souliers en une petite étape de 12km.

Mais si tu as le temps et l’envie, je te propose d’ajouter une petite boucle pour une variante qui vaut vraiment, mais VRAIMENT le coup. Nous l’avons réalisé à la journée et je ne comprends toujours pas pourquoi l’itinéraire du tour du Queyras n’emprunte pas ce sentier tellement le paysage est époustouflant.  

Lien vers le tracé GPX de cette variante par le col de Lauzon

col de neal

Si tu ne souhaites pas faire cette boucle en sus, tu peux rejoindre Brunissard soit par le sentier officiel dans la forêt ou bien par un autre chemin de GRP. Il y en a tellement que tu as le choix. Le tracé remonte ensuite jusqu’au col du Tronchet d’où tu pourras profiter d’une superbe vue sur la casse des Clausins, la crête des Oules et le pic de Rochebrune . S’en suit une descente plus ou moins « casse patte » dans le ravin des Tegneytes jusqu’au gite du grand Rochebrune à Souliers où s’achève cette étape.

Le long de l’itinéraire normal, plusieurs petites variantes sont possibles comme celle jusqu’au lac de souliers situé dans un cadre sublime sur les hauteurs, juste au pied des crêtes, ou encore celle jusqu’au lac de Roue, magnifique à l’automne quand les mélèzes en feu se reflètent à la surface.

Selon les dires du co-randonneur, le gite de Souliers vaut aussi le détour et rivalise avec le refuge de la Blanche au niveau de l’accueil et du repas très bon et très copieux. 

GR58

Variante en 5 jours: Saint Véran - Bergeries de Peas

Si, pour une raison ou une autre, tu souhaites emprunter les sentiers entre Saint Véran et les Bergeries de Peas sur les hauteurs de Château Ville Vieille, voici le descriptif de cette très grosse journée.

Parce que oui, pour couper ce tour du Queyras on aurait pu faire simple et suivre tout simplement le tracé du GRP de la Dent de Ratier pour environ 26km et 1000 mètres de dénivelé, mais n’ayant que nos téléphones avec nous, nous ne pouvions pas vraiment comparer les différentes possibilités sur nos applications de rando. On a donc essayé de suivre le sentier le plus court et qui paraissait avoir le moins de dénivelé, pour finalement faire près de 30km et 1250m de dénivelé. Epic fail ! 

Même si j’ai énormément apprécié cette journée à traverser plein de charmants hameaux, complètement seuls dans un cadre bien sauvage avec de l’ombre assez régulièrement, je ne te conseillerais néanmoins pas de suivre ce tracé qui emprunte parfois des chemins forestiers, mais bel et bien de suivre le GRP de la Dent de Ratier. Mais si tu es curieux.se, voici les principaux points par lesquels nous sommes passés ce jour là.

GR58

De Saint Véran nous avons continué au hameau de Pierre Grosse à travers les bois et parfois même sur les pistes de ski. Ce qui n’est franchement pas agréable pour les genoux.

Puis, au lieu de redescendre à Molines en Queyras, nous avons préféré rester sur le sentier panoramique en balcon jusqu’à Prats Hauts en profitant de magnifiques points de vue sur le parc du Queyras et les petits hameaux traversés. C’était croquignolet à souhait ! Tu peux même faire cette jolie boucle à la journée depuis Molines.

De Prats Hauts, nous avons ensuite coupé à travers les sentiers forestiers un peu casse-gueule pour redescendre à Ville Vieille. Clairement la partie la moins intéressante de la journée. En rejoignant Ville Vieille, nous étions déjà bien claqués mais nous voulions avancer au maximum pour nous éviter trop de dénivelé le lendemain pour notre dernier jour.

De Ville Vieille nous avons donc commencé l’ascension jusqu’au col de la Crèche, objectif de la journée pour poser notre bivouac. La première partie à l’ombre grimpe doucement au milieu des pins jusqu’au hameau des Meyries où nous attend une fontaine bien fraiche. Il faut dire que nous avons commencé l’ascension en plein milieu d’après-midi et que ce jour là il faisait bien chaud.

Meyries

Après une courte pause, nous avons poursuivi jusqu’au col de la Crêche et sa vue panoramique sur le massif du Queyras. Et là, sur un malentendu entre le co-randonneur et moi, au lieu de nous poser comme prévu, nous avons continué. 

Pour te la faire courte, en arrivant au col je ne me suis pas arrêtée tout de suite car je voulais prendre des photos. J’ai donc continué à grimper un peu et le co-randonneur me voyant partir et ne comprenant pas ce que je faisais m’a suivi. Le voyant derrière moi j’ai continué, croyant que le spot où il était avant ne lui convenait pas pour bivouaquer… 

C’est comme ça qu’on a marché plusieurs centaines de mètres avant de se rendre compte de notre stupidité alors qu’il n’y avait plus aucun coin de bivouac possible autour de nous, cerné par les pentes rocheuses. Au regard du terrain autour de nous, soit nous rebroussions chemin jusqu’au col, soit nous continuions jusqu’au bergeries de Peas en espérant y trouver un endroit plat pour poser la tente. 

J’ai éliminé la première option d’emblée, nous avions déjà bien assez marché, hors de question de faire demi-tour.

col de la creche

Nous étions déjà en fin d’après-midi et le soleil commençait à se cacher derrière les sommets, de quoi se refroidir rapidement. Alors que nous accélérions le pas, motivés comme jamais pour enfin poser notre c***, la bergerie de dessinait devant nous au milieu d’un joli vallon. De loin l’endroit paraissait au top. Mais de près, on s’est vite rendu compte que nous ne serions pas seuls… un troupeau de mouton et ses patous avaient déjà pris possession des lieux. Pas si étrange pour une bergerie me diras-tu. Il faut croire que la rando nous enlève quelques neurones quand il s’agit de réfléchir à notre bivouac. 

On était un peu dégouté car le spot semblait top avec la petite rivière juste à côté, et l’idée de continuer jusqu’au prochain col m’était insupportable. Par chance, les aboiements des patous alertent la bergère qui, en nous voyant, nous conseilla un endroit un peu plus au fond du vallon pour y dormir, hors de vue des patous qui n’auraient fait qu’aboyer toute la nuit sinon.

Le spot n’était pas hyper plat, mais le cadre était superbe.

Comme pour nous dire au-revoir et nous remercier de ces quelques jours passés en son sein, à peine avions nous fini de monter la tente, que nous avalions notre dernier lyophilisé face à un superbe coucher de soleil sur le massif du Queyras.

bergerie de peas

Jour 7 : Souliers - Les Fonds de Cervières

Après une nuit bien froide qui m’aura valu de dormir avec mes gants et mon bonnet (on est fin août !), nous sommes finalement réveillés par les premiers rayons du soleil. Entre le coucher de soleil la veille et ce beau spectacle matinal, je ne saurais te dire celui que j’ai préféré. Nous profitons que la tente mouillée par la rosée sèche au soleil pour prendre notre dernier petit déjeuner de ce tour du Queyras.

Comme à chaque fois que je termine un trek, je profite de toutes ces dernières fois avec une émotion palpable.

Dernier bivouac, dernier repas, dernier pliage de tente mouillée et les doigts congelés, dernière fois que je range mon sac, si léger comparé aux premiers jours. J’aime prendre le temps de savourer ces derniers instants, de les graver dans ma mémoire afin de me les remémorer au cœur de l’hiver quand l’impatience des beaux jours se fait sentir.

bergerie de peas

Fin prêts, nous rejoignons le sentier officiel en coupant à travers le vallon par un ancien sentier muletier. C’est rapide mais sportif ! Nous arrivons ainsi à l’embranchement qui permet de rejoindre Souliers par la forêt, section prise par le co-randonneur l’année précédente lors de son tour du Queyras et du Viso en solo.

Une nouvelle fois, je suis conquise par le paysage. Ce tour du Queyras m’aura surprise et émerveillée jusqu’au dernier jour, je comprends maintenant pourquoi il est si réputé.

Alors qu’à droite du sentier s’écoule une rivière cristalline dans un décor vallonné, à ma gauche se dressent de hautes falaises de calcaire, la crête de Crépaud, dominées par l’imposant pic de Rochebrune, le plus haut sommet du massif du Queyras. Nous évoluons ainsi dans ce cadre majestueux jusqu’au col de Péas, d’où nous amorçons notre descente jusqu’au point de départ de notre tour du Queyras et du Viso, les Fonds de Cervières. 

col de peas

Au milieu de la descente, il est possible de prendre la variante par le col des Marsailles pour rejoindre plusieurs lac dont le joli lac des Cordes. C’était mon plan en préparant l’itinéraire, mais sachant que nous devions nous ajouter quelques kilomètres supplémentaires jusqu’à notre voiture, j’ai préféré faire l’impasse sur cette dernière ascension.  

Tels deux super-héros, nous sommes accueillis aux Fonds par les sifflements de la foule en liesse des nombreuses marmottes présentes dans ce vallon.  Notre tour du Queyras et du Viso aurait dû s’arrêter là, mais nous sommes contraints de continuer encore 5km le long de la route pour retrouver notre voiture qui nous avait lâchement abandonnée le premier jour. 

Nous avons alors découvert avec joie qu’elle avait terminé son caprice ! Un beau cadeau pour terminer ce tour du Queyras sur une note très positive.

les fonds de cervieres tour du queyras

Informations Pratiques

Pas grand chose n’a changé dans mon sac depuis le GR®20 si ce n’est un effort d’allégement du sac et un duvet plus chaud, je t’invite donc à regarder la liste de mon matériel dans mon article pour te faire une idée. Partis mi-août, nous avons eu de  belles journées très chaudes mais aussi quelques nuits bien fraîches . Je ne regrette donc absolument pas d’avoir troqué mon ancien duvet pour le Sea to Summit Spark II et sa température confort de +2°C.  

C’était le premier trek long où  nous avons alterné entre bivouac et refuges , et c’était une belle découverte. En plus de pouvoir prendre une bonne douche chaude (quand c’est possible) et un bon repas, l’option pique-nique proposée par les gites et refuges nous a convaincus. C’est certes un peu plus lourd qu’un simple lyophilisé, mais la quantité est telle que pour ma part cela me permettait de faire le déjeuner et le diner. Un très bon compromis quand on ne veut / peut pas partir avec un stock de nourriture suffisante pour toute la durée du trek, et surtout c’est bien meilleur que les lyophilisés ! L’avantage non négligeable sur le colis en poste restante que nous avions testé lors de notre Tour des Ecrins (GR®54) et qui nous avait aussi convaincu, c’est que cela ne nous contraint pas à passer dans un village et nous laisse donc plus flexible sur l’itinéraire.

Le Tour du Queyras étant bien réputé, tu n’auras aucun mal à trouver de quoi te loger parmi l’offre importante de refuges et de gîtes d’étapes le long du parcours. La liste des refuges et les informations sur chacun est disponible sur le site des Refuges du Queyras .

En haute saison (juillet-août), je te recommande tout de même fortement de réserver ta nuitée et tes repas à l’avance sur les sites internet.

Le bivouac est autorisé dans le parc du Queyras. Le parc explique d’ailleurs très bien sur son site internet les règles à respecter.

La meilleure saison pour réaliser ce trek s’étend de  début juillet à fin septembre , quand les sentiers et les cols sont tous accessibles sans neige. Si tu n’es pas contraint par les vacances scolaires, je te recommence de privilégier les quelques semaines fin août- début septembre pour réaliser ce tour, puisque moins fréquenté et des chaleurs moins importantes à cette époque. Par contre certaines nuits peuvent déjà être fraîches. 

De ce que j’ai pu en voir et d’après le ressenti du co-randonneur, nous sommes d’accord pour dire que  les plus belles portions de ce tour du Queyras sont :

– la section entre Les Fonds de Cervières et le Malrif – la variante du refuge Agnel au refuge de la Blanche par le col Saint Véran – le col de Furfande – le col de Peas

Le must du must étant pour moi  toutes les étapes autour du Viso . C’est pour cette raison que je t’invite à combiner ces 2 parcours pour profiter du meilleur de cette belle région.

Nos problèmes de santé mis de côté, je n’ai pas constaté de difficultés particulières à réaliser ce tour d’une façon générale. C’est une boucle sportive, mais très roulante si tu suis l’itinéraire principal, et bien moins compliquée que le GR®20 ou le GR®54 par exemple. De plus, elle se fait très bien aussi dans le sens horaire , contrairement à ce qui est généralement proposé dans les topo officiels.

Afin de t’aider à préparer ton itinéraire tu trouveras plein d’informations complémentaires à mon article dans le topoguide sur le tour du Queyras , éditée par la Fédération Française de Randonnée. En achetant ce topoguide, ta contribution permettra à la fédération de continuer à entretenir, baliser et aménager les sentiers sur le territoire.

Matériel de randonnée Si tu cherches à t’équiper avec du matériel de qualité je te conseille les enseignes / sites suivants, tous spécialisés dans les équipements outdoor:

Autres idées de treks dans les Alpes

En conclusion, malgré nos péripéties et la poisse qui nous aura accompagné tout au long des sentiers du Queyras et du Viso,  j’ai été totalement conquise par ce trek et ses paysages incroyablement beaux  et je ne peux que le recommander à tous les amoureux de la nature.

queyras-viso

Tu connais le Tour du Queyras (GR ® 58) ? Tu as d’autres treks et France ou à l’étranger à me conseiller ?

Epingle-moi sur Pinterest !

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Pour améliorer l'expérience utilisateur le site Vents & Voyages collecte des cookies et traite les données personnelles collectées à des fins statistiques.  Le fait de ne pas consentir ou de retirer son consentement peut avoir un effet négatif sur certaines caractéristiques et fonctions.

  • Qui sommes-nous ?
  • Contactez-nous
  • +33 4 92 46 71 72

Vous n'avez pas de séjour en favoris

Logo La Vie Sauvage

GR58, le tour du Queyras original

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Voyage en liberté

Le tour du Queyras, véritable pèlerinage pour les amateurs de randonnée, offre une aventure complète à travers les paysages spectaculaires des Alpes françaises. Ce périple en boucle, dévoile la richesse naturelle et culturelle de la région. Vous parcourez des vallées verdoyantes, des charmants villages, et franchissez des cols offrant des panoramas à couper le souffle. Chaque étape sur le sentier du GR58 révèle une facette unique du Queyras, entourés par le silence majestueux des cimes. Le tour du Queyras original promet une expérience inoubliable, unissant effort physique et émerveillement devant ce territoire encore sauvage. 

Les plus de La Vie Sauvage

Prochain départ le 01-06-2024

Réserver/Poser une option

Programme jour par jour

Jour 1 : ceillac - saint-véran, jour 2 : saint-véran - refuge agnel, jour 3 : refuge agnel - haute vallée du guil, jour 4 : la monta - abriès, jour 5 : abriès - les fonts de cervières, jour 6 : les fonts - souliers, jour 7 : souliers - arvieux, jour 8 : arvieux - bramousse, jour 9 : bramousse - ceillac.

Choisir son tour du Queyras

Il est possible de faire le tour du Queyras en 4 à 12 jours en formule en gîte ou en hôtel. Le tableau ci-dessous vous permettra de trouver le Tour du Queyras qui vous convient le mieux. 

Dates et prix

Départs possibles tous les jours du 1er juin au 23 septembre

Sans transport de bagages :

689€ par personne en hébergement classique,

755€ par personne en hébergement confort en gîte en chambre de 2 personnes,

985€ par personne en hébergement confort en hôtel en chambre de 2 personnes.

Avec transport de bagages :

759€ par personne en hébergement classique,

825€ par personne en hébergement confort en gîte en chambre de 2 personnes,

1055€ par personne en hébergement confort en hôtel en chambre de 2 personnes.

Options disponibles :

Supplément départ personne seule :  50€.

Pique-niques :

- 8 pique-niques : 96€ par personne.

Nuits supplémentaires :

- Nuit supplémentaire en nuit et petit déjeuner en chambre à partager : 45€ par personne

- Nuit supplémentaire en nuit et petit déjeuner en chambre de 2 en gîte : 55€ par personne.

- Nuit supplémentaire en nuit et petit déjeuner en chambre de 2 en hôtel : 75€ par personne.

Le prix comprend

Les documents de voyage,

L'hébergement en demi-pension (dîners et petits-déjeuners),

Les frais d'organisation et d'inscriptions,

Les taxes de séjour.

Le prix ne comprend pas

Les assurances,

Le transport aller-retour jusqu'au lieu de rendez-vous,

Le transport des bagages,

Les boissons et dépenses personnelles,

Les pique-niques. 

Personnaliser votre voyage

Ce voyage vous plaît mais vous souhaitez y ajouter quelques modifications ? Nous pouvons vous faire une proposition sur-mesure.

Complétez le formulaire ci-dessous, nous vous établirons gratuitement un devis que nous vous transmettrons par mail dans les plus brefs délais.

Merci de saisir tous les champs obligatoires !

Fiche technique

  • Détail du voyage
  • Accueil/Accès
  • Environnement
  • Equipements
  • Nos conseils

Niveau : sportif 

Randonnée 3 chaussures

Hébergement

Selon la formule choisie :

Hébergement classique en gîte : Chambre collective de 4 à 12 personnes, les draps et serviettes ne sont pas fournis, les sanitaires sont sur le palier.

Hébergement confort en gîte : Chambre double ou à 2 lits selon votre choix, les draps et serviettes ne sont pas fournis, les sanitaires sont sur le palier (attention, sur ce circuit, si l'option en chambre de 2 "confort gîte" n'est pas disponible, nous pourrons vous proposer une version "confort hôtel" avec un supplément : entre 25€ et 35€ par rapport à la formule "confort gîte").

Hébergement confort en version hôtel : Chambre double ou à 2 lits selon votre choix, les draps et serviettes sont fournis, les sanitaires sont privatifs.

Les repas servis dans les hébergements sont équilibrés et variés. La cuisine est copieuse, adaptée aux besoins des randonneurs et souvent issus de produits locaux. Les régimes spéciaux doivent être précisés à la réservation afin que nous puissions prévenir les hébergements.

Les pique-niques peuvent être réservé par La Vie Sauvage auprès des hébergements en prenant l’option sinon vous trouverez dans les villages les commerces nécessaires à vos achats. Vous pourrez également les réserver auprès des hébergeurs dès votre arrivée pour le lendemain.

Transferts internes

Pas de transfert

Portage des bagages

Selon l’option choisie :

Sans transport des bagages : Vous portez vos affaires personnelles pour toute la durée du séjour.

Avec transport des bagages : Vous portez seulement vos affaires pour la journée. Les reste de vos bagages est transporté entre les hébergements. Dans le cas où le transport des bagages n’est pas possible dans un hébergement du séjour, vous porterez vos affaires personnelles pour un soir. Vous retrouverez vos bagages le jour suivant.

De 2 à 15 participants

Encadrement

Pas de guide sur ce voyage.

Avant votre départ nous vous remettons un road book spécialement conçu pour ce circuit, composé d'indications précises qui vous permettront d'effectuer vos journées de découverte et de randonnée en toute liberté.

Pour profiter et apprécier pleinement votre voyage de randonnée, vous devez être en mesure d'assurer votre autonomie sur le terrain avec les documents fournis.

Dossier de randonnée

Votre dossier de randonnée vous sera expédié par la poste à réception du règlement du solde de votre séjour. Il comprend :

  • Un livre de route (Topoguide de la FFRP),
  • Un jeu de cartes IGN,
  • La feuille de route reprenant l'ensemble des hébergements,
  • Les étiquettes pour les bagages,
  • L'accès à notre application numérique téléchargeable sur votre smartphone.

Départ le jour 1 à Ceillac.

Vous laisserez vos bagages au gîte "les Baladins" puis départ du village même. Parking sur place.

Le jour 9 à Ceillac, vous retrouverez vos sacs au gîte les Baladins

En savoir plus

Equipement individuel

  Vêtements

  • Séjour en liberté en pratique
  • Les niveaux et types de randonnée
  • Quand et comment s’inscrire en liberté

Les avis sur ce voyage

Avis sur mon sejour:le tour du queyras original, tour du queyras 2023 en 9 jours, tour queyras en 9 jours en liberté & gîtes, tour du queyras 7 jours en gîte.

Déposez votre avis

le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

Recevez nos Newsletters

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Contactez-nous !

+33 (0)4 92 46 71 72

Suivez-nous !

© 2013 - 2024 La Vie Sauvage. Tous droits réservés.

Design & conception : Pix.LR - Ce site utilise la plateforme Webresa

Règlement du séjour par carte Mastercard

Rechercher un séjour

  • Serre-Ponçon
  • Beaufortain
  • Chemin de Stevenson
  • Provence et Côte d'Azur
  • Traversée des Alpes
  • Cinque Terre
  • Campanie - Côte Almafitaine
  • Lacs italiens
  • Val Pellice
  • Val d'Aoste
  • Italian Alps

Séjours été

  • Aujourd'hui
  • Agenda du jour
  • Manifestations
  • Foires & salons
  • Sorties famille
  • Recherche par mots-clés
  • Actus tourisme & loisirs
  • Annuaire tourisme & loisirs
  • Newsletter des sorties

Vous utilisez une très ancienne version de navigateur Internet, ce qui impacte négativement votre expérience de navigation sur le site du JDS et sur Internet en général. Nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur ou d'en installer un autre en cliquant ici .

Que faire et visiter à Molines-en-Queyras ?

Prochainement à molines-en-queyras.

Festival Marsatac 2024 : découvrez la prog\'

Tourisme et loisirs à Molines-en-Queyras

Abonnez-vous à la newsletter du JDS Hautes-Alpes

Retrouvez chaque semaine nos bons plans sorties dans les Hautes-Alpes

Besoin d'idées sorties dans votre ville ?

Choisissez une ville spécifique

Recherchez sur jds.fr par mots-clés

Recevez les meilleures idées sorties par notification web !

Aucun email requis.

Autoriser les notifications pour continuer.

Une seconde fenêtre va s'ouvrir vous invitant à autoriser les notifications

Viaferrataceillac Pema Comcomgq Sd 17

  • Selon ma nature

Via Ferrata

Tu cherches un truc qui décoiffe dans le Queyras ? La via ferrata, c’est ton ticket pour l’adrénaline. Imagine un parcours sécurisé accroché à flanc de montagne, où tu te balades entre ciel bleu et terre.  C’est une vraie aventure verticale qui t’attend ! Alors, si tu es prêt à défier la gravité et à jouer les acrobates dans les Hautes Alpes, enfile ton baudrier et viens goûter à la liberté pour tous les niveaux. Tu trouveras ici une sélection de nos plus beaux parcours de Via-Ferrata et Via Corda.

Via Ferrata de Pra Premier

Connectez-vous ou créez un compte

Pour pouvoir enregistrer un article, un compte est nécessaire.

  • Annecy / Rumilly / Les Aravis
  • Annonay / Nord Ardèche
  • Aubenas / Privas / Vallée du Rhône
  • Bourgoin-Jallieu / Nord-Dauphiné
  • Chambéry / Aix-les-Bains
  • Edition Provençale
  • Grand Genève / Chablais / Ain
  • Grenoble / Agglomération
  • Grésivaudan / Oisans
  • Hautes-Alpes / Alpes de Haute-Provence
  • La Tour-du-Pin / Nord-Dauphiné
  • Mont-Blanc / Arve
  • Montélimar / Drôme Provençale
  • Romans / Nord Drôme
  • Tarentaise / Maurienne
  • Valence / Rhône Crussol / Vallée de la Drôme
  • Vienne / Roussillon
  • Voiron / Saint-Marcellin
  • Newsletters
  • Libra Memoria

Grenoble et son agglomération

Grenoble et son agglomération

ven. 24/05/2024

  • Activer JavaScript dans votre navigateur pour accéder à l'inscription sur notre site

Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas

Le Dauphiné Libéré, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Le Dauphiné Libéré, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant [email protected] ou consulter les liens suivants : Protection des données , CGU du site et Contact . Le Délégué à la Protection des Données personnelles ( [email protected] ) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.

  • Dans un article
  • Dans ma ville
  • Environnement
  • Corvée d’arrachage des bunias d’Orient, ce vendredi
  • Oiseaux de bonheur
  • Ici on agit !

Eygliers Corvée d’arrachage des bunias d’Orient, ce vendredi

Photo  Mairie d’Eygliers

Une corvée d’arrachage des bunias d’orient est organisée, par la municipalité vendredi 24 mai. Cette plante invasive, qui colonise les...

...pour lire la suite, rejoignez notre communauté d'abonnés

et accédez à l'intégralité de nos articles sur le site et l'application mobile

à partir de 1 € le 1er mois, sans engagement de durée

{'skus': ['ldlswgpremium4']}

Google : -50% les 6 premiers mois

  • Ici on agit
  • Guillestrois - Queyras
  • Edition Hautes-Alpes / Alpes de Haute-Provence

Chaque mois, recevez une sélection des initiatives locales en faveur de l'environnement.

IMAGES

  1. Tour du Queyras étapes

    le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

  2. Faire le Tour du Queyras (GR 58) en 8 jours

    le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

  3. GR® 58 : Tour du Queyras

    le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

  4. Le tour complet du Queyras en randonnée

    le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

  5. Le tour du Queyras version confort

    le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

  6. GR 58 ®

    le tour du queyras (gr58 hautes alpes)

VIDEO

  1. Tour du Queyras GR58

COMMENTS

  1. Tour du Queyras

    Le GR ® 58 permet de faire le tour du Parc naturel régional du Queyras, situé dans les Hautes-Alpes. Sur 130 kilomètres, le randonneur traversera de profondes gorges et, comme aux temps les plus anciens, franchira un col haut perché où sont passés tant de migrants, de colporteurs et de marchandises…

  2. Le guide complet du Tour du Queyras (GR® 58)

    5 septembre 2023. Temps de lecture — 7 minutes. Le Tour du Queyras (GR® 58) est une randonnée de moyenne-haute montagne exceptionnelle sur plus de 110km. Les paysages y sont extrêmement diversifiés : forêts de mélèzes, alpages verdoyants, vallée la plus élevée des Hautes-Alpes et mythiques sommets.

  3. Le tour du Queyras en 7 jours (GR58)

    Grande Randonnée. par Pierre Ferrolliet. 20 septembre 2022. Temps de lecture — 16 minutes. Nous avons réalisé le tour du Queyras en 7 jours (GR58), une incroyable aventure dans les Hautes-Alpes ! On vous explique tout dans cet article : itinéraire, étapes et retour d'expérience. Préparer et organiser son tour du Queyras en 7 jours (GR58)

  4. Tour complet du Queyras par le GR®58 et ses variantes

    Visorando. Randonnées. Provence-Alpes-Côte d'Azur. 05 - Hautes-Alpes. Ceillac. Tour complet du Queyras par le GR®58 et ses variantes. Magnifique circuit sur le GR ® 58 sur 9 jours en prenant des variantes. Nous avons effectué ce parcours du 3 au 11 juillet en bivouac, tout en profitant des repas dans les refuges, gîtes et camping.

  5. Tour du Queyras GR58 : le guide ultime

    Voici une belle manière de découvrir la variété des vallées du Queyras, via l'un des plus réputés sentier de grande randonnée pédestre en itinérance : le GR58 Tour du Queyras. Vous trouverez ici une présentation du parcours, et nos précieux conseils afin de vous permettre de construire votre séjour.

  6. Le tour du Queyras en 7 jours de randonnée (GR58)

    7 390 m. 31. Le Tour du Queyras est un sentier de grande randonnée qui parcourt les montagnes du Queyras dans les Hautes-Alpes, en France. Le sentier circulaire de 180 kilomètres est réputé pour sa beauté naturelle, avec des paysages spectaculaires de montagnes, de forêts, de lacs et de rivières.

  7. Préparez votre randonnée sur le tour du Queyras (GR58)

    Connaissez-vous le Tour du Queyras ? Avec le Tour du Mont Blanc et la traversée de la Corse, c'est l'un des itinéraires majeurs de randonnée en France ! À pied, à raquette ou en VTT, le parc naturel régional du Queyras est sans aucun doute le MUST de la randonnée dans les Alpes du Sud.

  8. Randonnée Tour du Queyras

    GR ® 58 : 4 jours de randonnée pédestre dans le Queyras. Avec 130 kilomètres de sentiers balisés, le GR ® 58 est l'un des itinéraires des Alpes françaises les plus réputés.

  9. GR®58 Randonnée sur le Tour du Queyras (Hautes-Alpes)

    GR®58 Randonnée sur le Tour du Queyras (Hautes-Alpes) Tour du Queyras (Hautes-Alpes) 107km. Google Maps - Google Earth. 106 122 vues au 23/01/21 - 180 075 vues au 9/03/23. © GPX Usage privé. Distance: 107km, Altitude maximum: 2888m, Altitude minimum: 1175m, Dénivelé cumulé montée: 7674m. Cartes IGN: Guillestre Vars Risoul PNR du Queyras (3537ET).

  10. GR®58 Tour du Queyras

    Longueur. +8074m. Dénivelé positif. -8078m. Dénivelé négatif. Itinérance. Type de parcours. GR. Réseau. En plein cœur du parc naturel régional du Queyras, le GR 58® est considéré comme un des itinéraires les plus réputés des Alpes Françaises pour ses très forts atouts patrimoniaux.

  11. Le Tour du Queyras

    Sais-tu que le Tour du Queyras - nom de code GR 58 - est une des boucles de grande randonnée en montagne, les plus réputées de France avec ceux du Mont-Blanc (TMB) et de Corse (GR 20) ? Un trek en boucle enchanteur : 130 kilomètres de pur bonheur à travers les sept communes du Queyras.

  12. Le Tour du Queyras en 6 jours : itinéraire et traces GPS

    Il est possible de faire le tour du queyras en 6 jours, en autonomie complète, ou en dormant tous les soirs en refuge. MON TOUR DU QUEYRAS EN QUELQUES CHIFFRES : 6 jours. 100 kms. 6000m de D+. Il existe de nombreuses variantes et le tour du Queyras peut se réaliser en 6 à 14 jours.

  13. Tour du Queyras (GR 58 ®) : récit de la randonnée et trace GPS

    Tour du Queyras (GR 58 ®) : récit de la randonnée et trace GPS. Destination : Provence Alpes Côte d'Azur » France | Montagne : Alpes ; Queyras | Activité : Randonnée |. Nombre de jours : 7 jours | Difficulté : 3 | Dénivelé : +7050 m/-7050 m | Type d'itinéraire : Boucle |. Ecosystème : Montagne | Hébergement : Gite d étape et Refuge.

  14. Tour du Queyras

    Sur le tour du Queyras, vous découvrirez les traditionnels villages du Queyras : Ceillac, Arvieux, Château Ville Vieille, Aiguilles, Abriès-Ristolas, Molines en Queyras. Sans oublier Saint-Véran, la plus haute commune d'Europe, qui culmine à 2050m d'altitude.

  15. Tour du Queyras en 7 jours (GR 58)

    Proche de la frontière italienne, le Queyras est un parc naturel régionnal situé dans le département des Hautes-Alpes (05) au sud des Alpes. A l'instar de son voisin des Ecrins, le massif du Queyras nous offre une diversité de paysages alternant fôrets de conniferes, longues étendues herbeuse et décors lunaires.

  16. Tour du Queyras en 5 jours : un des plus beaux treks des Alpes du sud

    Sommaire masquer. 1 Informations pour préparer le Tour du Queyras à pied. 1.1 Date: 1.2 Lieu : 1.3 Comment s'y rendre : 1.4 Participant au Tour du Queyras. 1.5 Où dormir sur le Tour du Queyras. 1.6 Où manger et se ravitailler. 1.7 Caractéristiques du Tour du Queyras. 1.8 Les étapes classiques. 1.9 Les variantes. 1.9.1 Les raccourcis.

  17. GR58 ®

    GR58 ® - Tour du Queyras. Le GR® 58 est l'un des sentiers de grande randonnée les plus réputés des Alpes françaises, et parmi les plus fréquentés. Il est également appelé le Tour du Queyras puisqu'il fait le tour du Parc Naturel Régional du même nom à travers de somptueux paysages montagneux.

  18. Idée rando : le splendide tour du Queyras en raquettes par le GR58

    23 décembre 2023. On vous dit tout sur cette randonnée en raquettes, histoire de vous donner des idées pour vos prochaines vacances d'hiver ! Les temps forts du tour du Queyras par le GR58®. La tour du Queyras en raquettes offre une plongée exceptionnelle dans une nature sauvage et préservée.

  19. LE TOUR DU QUEYRAS

    Faire le tour du Queyras avec La Vie Sauvage, c'est marcher un pied en France et l'autre en Italie, jouer à saute-mouton sur la frontière par les chemins de contrebande, aller à la découverte des vallées piémontaises si traditionnelles et cheminer de lac en lac, jusqu'aux portes du Briançonnais.

  20. Hautes-Alpes: le tour du Queyras (GR58) en une semaine

    Informations pratiques. Tu cherches un trek organisé en petit groupe pour découvrir le parc du Queyras ? Découvre les différents séjours que propose l'agence Atalante, spécialisée dans les voyages à pied ! Je découvre. Le tour du Queyras en résumé. Départ / Arrivée: Les Fonds de Cervières. Durée: 5 - 7 jours. Difficulté: Moyen (3/5)

  21. Tour du Queyras en 6 jours

    Tour du Queyras en 6 jours - Randonnée GR58 par les villages - France - La vie sauvage. Tour du Queyras par ses villages authentiques. Voyage en liberté. Partez à la découverte du parc naturel régional du Queyras en randonnant sur le célèbre tour du Queyras.

  22. GR58, le tour du Queyras original

    Les plus de La Vie Sauvage. Découverte intégrale du Queyras, Le confort des hébergements, L'authenticité des villages. FRANCE - Queyras. à partir de 689 € 9 jours. 8 nuits. 9 jours d'activités. Prochain départ le 01-06-2024. Activité. Randonnée à pied. Itinérance. Voyage Itinérant. Niveau physique. Niveau technique. 5 avis posté (s)

  23. Des murs de neige retardent l'ouverture du col du Galibier

    Hautes-Alpes Des murs de neige retardent l'ouverture du col du Galibier Des grands murs de neige se dressent encore sur les cimes des Hautes-Alpes, rendant le déneigement plus difficile.

  24. Que faire et visiter à Molines-en-Queyras : activités, sorties et agenda

    Replugged (tournée) Le 24/05/2024. Centre de Congrès de Lyon. Acheter des billets. Marchés à Molines-en-Queyras. Marché Du 09/07/2024 au 29/08/2024 Molines-en-Queyras Au centre bourg de Molines, le marché estival du mardi matin connaît un franc succès.

  25. La permanence de la maison de l'habitat, inaugurée

    L'inauguration de la permanence de la maison de l'habitat des Hautes-Alpes, à l'espace France services de Guillestre, s'est tenue mardi 21 mai.

  26. Via Ferrata

    La via ferrata, c'est ton ticket pour l'adrénaline. Imagine un parcours sécurisé accroché à flanc de montagne, où tu te balades entre ciel bleu et terre. C'est une vraie aventure verticale qui t'attend ! Alors, si tu es prêt à défier la gravité et à jouer les acrobates dans les Hautes Alpes, enfile ton baudrier et viens ...

  27. Un trentenaire reconnu coupable de viol sous la menace d'une arme

    La cour d'assises des Hautes-Alpes l'a condamné, mardi 21 mai, à sept années de réclusion criminelle. Hautes-Alpes. Un trentenaire reconnu coupable de viol sous la menace d'une arme

  28. Guillestre. De la musique pour égayer la ...

    05 Hautes-Alpes. Hautes-Alpes / Alpes de Haute-Provence; 04 Alpes-de-Haute-Provence. Hautes-Alpes / Alpes de Haute-Provence; 01 Ain. Grand Genève / Chablais / Ain; 69 Rhône. CH Grand Genève et ...

  29. Guillestrois Queyras Au menu du prochain conseil communautaire

    Les conseillers communautaires sont invités à se réunir mercredi 29 mai à 18 h 30 en salle R + 1 du gymnase. Guillestrois Queyras. Au menu du prochain conseil communautaire

  30. Corvée d'arrachage des bunias d'Orient, ce vendredi

    Photo Mairie d'Eygliers. Une corvée d'arrachage des bunias d'orient est organisée, par la municipalité vendredi 24 mai. Cette plante invasive, qui colonise les... Environnement.